Copy

La Newsletter de Nathalie Delay en décembre 2019.

View this email in your browser
décembre 2019


Chères amies, chers amis,

quelques changements et nouveautés dans le programme de l'année 2020 :

Lyon | 25 - 26 janvier, week-end
Le stage se déroule dans une nouvelle salle : salle Cie Libertango, 37 rue Bancel, 69007 Lyon

Paris | Le sens d'être | 6 mars, soirée méditation et dialogue, 7 - 8 mars, week-end  
La date du stage a changé, il a été avancé à début mars.

Bologne, Italie | Qu'est-ce qui manque, maintenant ? | 27 mars, soirée méditation et dialogue, 28 - 29 mars, week-end

Francfort, Allemagne | 4 - 5 juillet, week-end


Cette année le stage résidentiel à Gut Helmeringen (Allemagne) n'aura pas lieu. Si l'expérience d'un résidentiel vous tente, plusieurs possibilités :

L'Aube, Drôme France | De la contraction à l'ouverture | 5 - 11 mai, stage résidentiel de 4 ou 6 jours

Centro Le Capannacce, Toscane, Italie | Déposer le mental dans le cœur | 12 - 17 juin, stage résidentiel de 5 jours

Landguet Ried, Niederwangen, Suisse | Faire face à la peur | 8 - 13 septembre | stage résidentiel de 5 jours

L'Aube, Drôme France | Retraite silence | 6 - 11 octobre | stage résidentiel de 5 jours

Pour consulter l'ensemble du programme des stages de l'année 2020, ainsi que les détails de chaque stage, veuillez vous rendre sur le site de Nathalie Delay.
 
Nous avons également la joie de partager avec vous en avant-première une vidéo de pratique, dans laquelle Nathalie nous guide pour se poser dans l'instant et explorer la sensation, la respiration, ainsi qu'un extrait écrit du stage de Vienne (Autriche, novembre 2019) sur la relation homme-femme.


Au plaisir de vous rencontrer.

info@nathaliedelay.com
www.nathaliedelay.com

 

Vidéo

Exploration de la sensation | Paris, septembre 2019
Sans titre, septembre 2019 | 12 x 16 cm, aquarelle sur papier

Texte

Question
On a beaucoup parlé de relation pendant ce week-end. Peux-tu nous dire les points essentiels dans une relation entre un homme et une femme ?

ND
L’ingrédient principal c’est l’honnêteté. C’est une très belle pratique d’oser être totalement honnête face à un être humain avec lequel tu es en relation, de ne jamais jouer un jeu, de ne jamais prétendre et d’être très conscient de ce qui se passe, notamment en terme d’ouverture et de protection.
En fait, une relation devrait être un mouvement d’ouverture. C’est cela une relation, selon moi. C’est la façon dont je peux m’ouvrir à un autre être humain. C’est sans fin. C’est ce dont je me rends compte, cette ouverture ne s’arrête jamais, cela peut devenir toujours plus intime, toujours plus profond. On peut se montrer de plus en plus. Cela va avec l’honnêteté, c’est-à-dire, plus je m’ouvre, plus je suis honnête.
Si tu as quelqu’un en face qui se positionne de la même manière, bien sûr, là, il y a une relation. Une relation d’être à être, et non pas d’ego à ego.
L’ego, lui, il cherche à gagner, il est toujours dans un rapport d’opposition. Il veut avoir raison. La relation dont je parle n’est pas duelle car elle ne se vit pas dans l’opposition. Il n’y a jamais quelqu’un qui a raison et quelqu’un qui a tort. Je m’ouvre à l’autre pour voir mes réactions et ses réactions, comment cela interagit entre nous, mais jamais avec l’idée : il y en a un qui est dans l’erreur et il y en a un qui est juste.
Les trois points essentiels sont : présence, honnêteté, ouverture. Attention à ne pas les prendre comme un idéal à atteindre. Mais plutôt dans l’instant voir ce que j’arrive à faire dans cette direction d’ouverture. Quand je vois que je me protège, acceptation, j’observe ce qui se passe. J’observe la fermeture sans laisser une idéologie interférer et me dire comment je devrais me comporter.

Ce qui est beau quand on est dans une relation honnête et mature, c’est qu’on a la possibilité de dire à l’autre très simplement : « là, je sens que je suis en train de me défendre, que je suis en train de me fermer, car il y a une partie sensible qui est touchée ». Sans se juger soi-même, ni se justifier et sans que l’autre nous attaque ou nous juge. On prend conscience ensemble de ce qui est en jeu, on le reconnaît et on l’accueille.
On peut ajouter un quatrième point : conscience. On prend conscience sans accuser. Dans une relation, ce qui me semble essentiel, c’est d’arrêter d’être dans un mode où l’on accuse l’autre d’être ce qu’il est. C’est important d’arriver à voir l’autre dans sa totalité, d’arriver à le voir dans sa limite, dans sa fragilité sans l’attaquer.
C’est souvent difficile de ne pas lui demander d’être différent, tel qu’on le voudrait, afin de ne pas être provoqué, de ne pas être dérangé. La limite de l’autre a tendance à nous provoquer, parce qu’elle reflète notre propre limite. L’autre est un miroir grossissant.

Et bien sûr, le point le plus important, c’est l’amour. Mais l’amour, c’est quoi finalement ? C’est cet état d’ouverture, d’accueil de l’autre tel qu’il est, complètement, entièrement. Si l’on n’aime qu’une partie, ce n’est pas de l’amour, c’est du commerce. Il s’agit donc d’aimer même les aspects difficiles, provocants et de voir que l’on a aussi choisi ces aspects-là, car ils nous font travailler sur nos propres limites. On n’en est pas conscient au début, mais plus tard on peut se rendre compte : « ah oui, je comprends pourquoi c’est ce partenaire parce que justement il me permet de voir des aspects qui sont encore fermés ou en réactions chez moi ».

Extrait du stage de Vienne (Autriche) | novembre 2019

Information 


Klaus Gisinger
+43 (0) 664 130 39 25

+33 (0) 7 61 70 52 72
info@nathaliedelay.com 
www.nathaliedelay.com


Retrouvez Nathalie sur Facebook et Youtube
Facebook
YouTube
Copyright © 2019 Nathalie Delay, All rights reserved.


unsubscribe from this list    update subscription preferences 

Email Marketing Powered by Mailchimp