Copy
Perspectives est le bulletin trimestriel du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick

Dans ce numéro...

Stéphane Robichaud
Directeur général du CSNB

Message du directeur général

Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) a connu une autre année constructive et productive en 2014-2015. Nous avons réussi à compléter la quasi-totalité des livra­­bles de notre plan d’affaires, et nous avons même saisi quelques nouvelles opportunités qui se sont présentées en cours de route pour contribuer davantage à notre mandat. Tout au long de l’année, les membres du Conseil ont été tenus informés de l’évolution de notre travail dans le cadre de discussions fructueuses. Ces discussions ont permis d'identifier des opportunités pour nos prochains plans d’affaires. Planifier le travail, travailler le plan forme maintenant la base de notre cycle annuel.

En termes de rapports publics, trois éléments importants de notre travail ont été complétés. Le rapport Portrait de la santé de la population présente les plus récents indicateurs sur les déterminants de la santé pour la province et les zones de santé. On y retrouve aussi une section où l’on énumère les principales causes de mortalité évitable au Nouveau-Brunswick. Les résultats de notre sondage sur la santé primaire ont aussi été rendus publics. Avec plus de 13 500 répondants, le rapport offre un aperçu de l’expérience vécue par les citoyens aux premiers points de contact avec les services de santé, comme leur médecin de famille, les infirmières praticiennes et les centres de santé communautaires. Finalement, notre dernière Fiche de rendement du système de santé offre une note sous forme de lettre, comme sur les bulletins scolaires. On y trouve ces notes par dimension de qualité et par secteur de santé. Le rapport de cette année souligne le besoin d’accroître les efforts pour améliorer les services de santé primaires.

Ces outils font partie du travail du CSNB pour faire rapport publiquement sur le rendement du système provincial de santé. Même si nous avons pu constater à quel point ces outils ont influencé des décisions concernant la qualité des services de santé, il s’agit d’avantage de rapports d’état de la situation que de rapports de rendement. Le principal défi pour faire rapport sur le rendement du système provincial de santé réside dans l’absence d’une gestion du rendement. Les rapports d’état de la situation nous aident à mieux comprendre notre situation par rapport à d’autres juridictions et surtout à reconnaître les variations à l’intérieur du Nouveau-Brunswick. Ces rapports sont aussi très utiles pour identifier des priorités. Cependant, en l’absence de normes provinciales sur la qualité des services de santé, il nous est impossible de faire rapport sur le rendement provincial. Par exemple, nous savons que 30 % de la population peut avoir un rendez-vous avec leur médecin de famille le jour même ou le jour suivant, et que cet indicateur varie de 12,0 % à 63,5 % selon la communauté. Cependant, il n’y a jamais eu de normes provinciales concernant un temps d’attente maximal. Est-ce que ça devrait être deux jours, quatre jours, ou plus?

Les membres du Conseil reconnaissent que l’information produite par le CSNB contribue positivement à une meilleure compréhension collective des défis et des opportunités liés à avoir une population plus en santé et engagée, des services de santé améliorés et un système provincial de santé viable à long terme. Le Plan d’affaires 2015-2016 a été préparé en misant sur l’amélioration du développement de nos messages et de nos moyens pour rejoindre nos divers publics. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que nous entreprenons l’année 2015-2016, avec les défis et les opportunités qu’elle nous réserve.

Fiche de rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick


Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) présente sa cinquième Fiche de rendement du système de santé dans le cadre de son engagement à fournir aux citoyens du Nouveau-Brunswick d’importantes informations concernant la qualité des services de santé offerts dans la province.  La Fiche de rendement attribue des notes sous forme de lettres, très semblables à un bulletin scolaire, portant sur les six dimensions de qualité sur lesquelles le CSNB fait rapport : l'accessibilité, la justesse, l'efficacité, le rendement, la sécurité et l'équité. Le rendement de notre système de santé se mérite toujours la note globale de C, plaçant la province dans la moyenne.

Les domaines où le rendement est sous la moyenne :
  • couverture des médicaments sous ordonnance
  • temps d’attente
  • dépistage ou justesse des tests et procédures
  • taux de réadmission aux hôpitaux
  • utilisation des salles d’urgence et des lits d’hôpitaux pour des cas dont on pourrait s’occuper dans la communauté
  • communication et transitions dans le continuum de soins ou intégration entre les services
La Fiche de rendement du système de santé fait les observations suivantes concernant les services de santé primaires, selon les dimensions de qualité du CSNB :
  • L’accessibilité se définit comme étant « la capacité des patients/clients d’obtenir des soins ou des services au bon endroit, au bon moment, selon leurs besoins respectifs et dans la langue officielle de leur choix ». L’accessibilité aux services de santé primaires n’affiche aucune amélioration majeure en 2014 par rapport à la situation qui prévalait avant 2011. Ce fait met en évidence la réponse limitée du gouvernement à l’un des messages clés envoyés par les citoyens, concernant le besoin d’une meilleure accessibilité aux services de santé primaires.
  • La justesse signifie que « les soins ou les services fournis sont pertinents aux besoins du patient/client et sont basés sur des normes établies ». La justesse des services de santé primaires ne semble pas avoir connu d’améliorations importantes. Le dépistage du cancer du col de l’utérus (test Pap) semble se diriger dans la mauvaise direction dans l’ensemble du Nouveau-Brunswick ; le taux de dépistage de cancer du sein (mammographie) n’a démontré aucune différence importante, alors que le taux de dépistage du cancer colorectal et le vaccin contre la grippe pour les personnes âgées semblent se diriger dans la bonne direction.
  • L’efficacité veut dire que « les soins ou les services, les interventions ou les actions mènent aux résultats souhaités. » L’efficacité des services de santé primaires, telle que mesurée par le taux d’hospitalisations évitables (troubles pour lesquels le suivi ambulatoire serait à privilégier) continue à se diriger dans la bonne direction, et ce, dans toutes les zones de santé. Cependant, il y a encore beaucoup de place à l’amélioration étant donné que le taux provincial est encore 1,5 fois plus élevé que la moyenne canadienne.
  • Le rendement implique « d’atteindre les résultats voulus en utilisant les ressources de façon rentable ». Le rendement dans la prestation des services de santé primaires (tel que mesuré par le pourcentage des cas moins urgents et non urgents affiché par les salles d’urgence) ne fait voir aucune amélioration considérable en moyenne. Les seules exceptions dignes de mention sont les diminutions dans les zones 5 et 7 qui méritent qu’on explore plus à fond l’identification des facteurs qui ont contribué à cette amélioration.
  • La sécurité représente « le fait que les risques éventuels d’une intervention ou de l’environnement sont évités ou minimisés ». La sécurité des services de santé primaires semble se diriger lentement dans la bonne direction en général, alors qu’un peu moins de personnes déclarent des taux d’erreur ou de faute de la communauté, ainsi qu’une diminution modeste dans l’ensemble du taux d’hospitalisation en raison de blessures.
  • La dimension de l’équité du CSNB veut dire « d’offrir des soins ou services de même qualité à tous, peu importe les caractéristiques individuelles et les circonstances, telles que la race, la couleur, la croyance, l’origine nationale, l’ascendance, le lieu d’origine, la langue, l’âge, l’incapacité physique, l’incapacité mentale, l’état matrimonial, la situation familiale, l’orientation sexuelle, le sexe, la condition sociale, et les convictions ou les activités politiques ». L’équité géographique dans la qualité des services de santé primaires devrait se mériter plus d’attention de la part des leaders et gestionnaires du système de santé.  Selon les indicateurs choisis visant à évaluer l’équité dans le cadre de la présente analyse, de plus grands écarts d’iniquité semblent prévaloir en matière d’efficacité et de sécurité des services de santé primaires.
Des détails additionnels au sujet de chaque dimension sont disponibles dans la Fiche de rendement, ainsi qu’une section vouée à l’étude des dépenses des programmes et des services depuis 2010, avec l’emphase sur les coûts, la qualité et les résultats en santé primaire.
Le saviez-vous?

Depuis 2010, le système de santé du Nouveau-Brunswick a toujours obtenu une note de C sur la Fiche de rendement du CSNB. Ceci signifie que notre système de santé est toujours dans la moyenne comparativement aux autres provinces.

En 2014, certains des domaines qui requièrent une attention particulière sont : les temps d'attentes, la couverture des médicaments sous ordonnance, et les taux de réadmission aux hôpitaux.

Portrait de la santé de la population


En janvier, le CSNB a publié son plus récent Portrait de la santé de la population. Le Portrait a été mis à jour avec les derniers indicateurs pour la province et pour chacune des sept zones et peut être consulté sur une carte interactive ici : http://www.csnb.ca/portrait-de-la-sante-de-la-population.

Le Portrait contient des tableaux sommaires pour 43 indicateurs qui tombent dans l’une de deux catégories : Résultat de santé de la population et Déterminants de la santé (qui regroupe à son tour les services de santé, les comportements liés à la santé, les facteurs sociaux et économiques, et l'environnement physique). De plus, une section affichant les caractéristiques de la province ou des zones dresse le profil démographique en plus d’énumérer les dix problèmes de santé chroniques et les dix raisons d’admission à l’hôpital les plus fréquentes.

En général, les tendances provinciales risquent de dissimuler une grande variabilité parmi les régions ou zones de santé : certaines zones affichent même des tendances opposées à celles de la province. La compréhension des variations géographiques des déterminants de la santé et des résultats pour la santé est essentielle si l’on espère mieux saisir les iniquités sous-jacentes en matière de santé de la population et de qualité des soins de santé et ainsi planifier des initiatives et des programmes efficaces fondés sur les besoins réels de la communauté.

L’analyse 2014-2015  du CSNB fait ressortir plusieurs points, dont :
  • L’accent sur la prévention a permis entre autres une amélioration au niveau de certains services de santé comme l’accès à un médecin, aux mammographies et au test Pap.
  • Certains comportements en santé ou facteurs de risque (connus comme étant des facteurs qui contribuent aux maladies chroniques) comme les saines habitudes alimentaires, l’obésité et le tabagisme font état de progrès. À l’inverse, d’autres facteurs de risque comme le manque d’activités physique et la consommation d’alcool représentent toujours des défis.
  • Le sentiment d’appartenance à la communauté est grandissant.
  • Les facteurs de l’environnement physique touchant à la qualité de l’air (fumée secondaire à la maison, dans les véhicules et dans les espaces publics, ainsi que la qualité de l’air à l’intérieur) présentent une légère tendance à l’amélioration.
  • Quand il s’agit de leur santé générale autodéclarée comme étant très bonne ou excellente, les Néo-Brunswickois se classe au dernier rang parmi les provinces pour la cinquième année consécutive. Le rapport comprend aussi une section intitulée « Dans la mire » qui présente une analyse des décès prématurés comme résultat en santé. Mesurer les taux de décès prématurés (avant l’âge de 75 ans) d’une population dans son ensemble et en identifier les causes fournissent une meilleure compréhension de l’état de santé de la population ainsi que les défis auxquels elle fait face et qui peuvent raccourcir la durée de vie d’une personne. Ce concept est clairement expliqué dans un clip disponible sur le site Web du CSNB : http://www.csnb.ca/portrait-de-la-sante-de-la-population.
Le saviez-vous?

La qualité des services de santé au Nouveau-Brunswick varie grandement d’un coin de la province à l’autre. Cette variation en qualité témoigne d’un défi auquel la province doit faire face, soit celui de répartir ses ressources en santé selon les besoins locaux des citoyens.

Les besoins locaux, comme la réalité démographique et socio-économique des citoyens, peuvent grandement contribuer aux discussions portant sur la répartition des ressources.

Sondage sur les soins à domicile


Le CSNB a entrepris il y a quelques jours son deuxième sondage destiné à évaluer la qualité des soins à domicile que reçoivent les Néo-Brunswickois. L’exercice se fait auprès des citoyens qui ont reçu des soins à domicile dans une période donnée et dont le coût est payé, partiellement ou entièrement, par les fonds publics. Le questionnaire qui est envoyé par la poste répertorie des sujets comme l’accès et l’orientation parmi les services offerts, la réponse aux besoins des clients et de leur famille, la communication entre les clients et les fournisseurs de soins, la sécurité, l’équité basée sur le choix de la langue de service et la satisfaction globale des services.

Les soins à domicile comprennent des services de santé offerts par un infirmier ou une infirmière, un travailleur social, un physiothérapeute, un ergothérapeute, un orthophoniste, un thérapeute respiratoire, un diététiste, ou un assistant à la réadaptation; en majorité, ceux-ci sont offerts par le Programme extra-mural. 

Les soins à domicile comprennent également des soins personnels offerts par un aide de maintien à domicile pour aider le client à se laver, à s’habiller, à faire sa toilette, à manger, pour les transferts, le ménage, la lessive, la préparation des repas, ou pour des soins de relève; en majorité, ceux-ci sont offerts par des agences de soutien à domicile. Au Nouveau-Brunswick, le ministère de la Santé finance le Programme extra-mural et le ministère du Développement social finance les services de soutien à domicile, entièrement ou partiellement, selon l’admissibilité. 

Nous publierons cet automne les résultats de ce deuxième sondage dont la première édition a eu lieu en 2012. Il sera alors intéressant pour nous de comparer ces résultats avec les précédents et de voir s’il y a eu des améliorations dans la livraison des services de santé à domicile au Nouveau-Brunswick. En attendant, si vous recevez le sondage par la poste, s.v.p. prenez le temps d’y répondre. Votre opinion est importante, partagez-la!
Le saviez-vous?

Un Néo-Brunswickois sur quatre perd en moyenne 16 années de vie à des causes qui peuvent être prévenues ou mieux traitées. Autrement dit, des 6 400 Néo-Brunswickois qui meurent à chaque année, environ 1 700 pourraient vivre plus longtemps.

Cette mortalité évitable est principalement causée par le cancer du poumon, les maladies du cœur, le suicide, les maladies pulmonaires obstructives chroniques, et les accidents de transport : cinq causes pouvant être prévenues.

Sondage sur la santé primaire


Entre les mois de mai et septembre 2014, 13 500 personnes ont répondu à notre sondage téléphonique sur les services de santé primaires. À l’instar de 2011, les appels ont été effectués sur l’ensemble du territoire du Nouveau-Brunswick.  L’objectif de 2014 : comprendre et faire rapport sur les expériences des Néo-Brunswickois quant aux services de santé primaires et plus précisément au  niveau communautaire.

Les services de santé primaire se définissent comme le premier endroit où les gens vont lorsqu’ils ont des préoccupations en santé : médecin de famille, infirmière praticienne ou autre professionnel de la santé. Ces soins comprennent habituellement les soins de routine, les soins pour les problèmes de santé urgents (mineurs ou communs), les soins en santé mentale, les soins de maternité ou des enfants, la coordination avec les soins à domicile, la promotion de la santé et la prévention des maladies, les consultations en nutrition et les soins palliatifs.

Le sondage permet entre autres d’examiner quelques éléments clés des services de santé primaires tels que l’accessibilité, l’utilisation des services, la satisfaction avec les services, la communication avec le médecin et les obstacles aux services de santé.

En 2014, nous sommes à même de comparer les résultats avec ceux de 2011. D’un point de vue global, on constate que peu d’améliorations ont été effectuées. Nous sommes toujours aux prises avec de grandes variations géographiques concernant la qualité des services aux quatre coins de la province. Ainsi, les iniquités géographiques persistent, affectant par le fait même les résultats en santé.

L’utilisation des services d’urgence des hôpitaux et des cliniques après-heures a augmenté en réponse à un manque d’accès à un fournisseur de services de santé dans un délai raisonnable. Même si la satisfaction des citoyens à l’égard de la communication avec les médecins de famille et la satisfaction à l’égard de leurs services a augmenté, il est à noter qu’il n’y a eu aucune amélioration dans l’accès aux médecins de famille dans les trois dernières années.

Pour Stéphane Robichaud, directeur général du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, « lorsqu’on répète un sondage d’une telle envergure, les tendances qui peuvent être observées sont très importantes pour l’amélioration de la qualité des services de santé. Sachant que 90 % des Néo-Brunswickois utilisent les services de santé primaires dans une année,  cette information peut aider à guider comment atteindre de meilleurs résultats en santé pour la population tout en étant responsable financièrement, et axé sur le citoyen. »

L’intégralité du rapport peut être consultée à l’adresse suivante : http://www.csnb.ca/sondage-sur-la-sante-primaire-2014
Le saviez-vous?

La budget de la santé est réparti de la façon suivante : environ 56 % est attribué au secteur des soins aigus (dans les hôpitaux), 23 % au secteur de soutien et de spécialité d'appoint, et 17 % au secteur de la santé primaire.

Ces proportions sont sensiblement les mêmes depuis 2010.
Le CSNB est un organisme indépendant qui mesure, surveille et évalue le rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick et la santé de la population.  Il a aussi pour mandat d’engager les citoyens dans l’amélioration des services de santé.
Visitez notre site Web
Visitez notre site Web
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Twitter
Visitez notre page Twitter
© 2015 Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, Tous droits réservés.


se désabonner de cette liste    mettre à jour ses préférences d'abonnement 

Email Marketing Powered by Mailchimp