Copy
Perspectives est le bulletin trimestriel du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick

Dans ce numéro...

Stéphane Robichaud
Directeur général du CSNB

Message du directeur général


Lorsqu’il est question des services de santé, tout le monde semble avoir une opinion. Les perspectives peuvent différer considérablement si vous recevez, fournissez ou gérez des services de santé. « Notre santé. Nos perspectives. Nos solutions » était le titre de notre premier projet provincial d’engagement des citoyens en juin 2010. Des centaines de citoyens de toute la province ont participé à ces discussions. Ils sont venus s’informer sur l’état de la santé de la population, la qualité des services de santé et la viabilité du système provincial de santé. Parmi toutes les précieuses contributions que les citoyens ont apportées aux discussions, un commentaire mentionné à maintes reprises a souligné l’importance de ces séances de dialogue : « Ce que j’ai entendu a changé l’opinion que j’avais sur nos services de santé provinciaux ».

Avoir des citoyens engagés et en meilleure santé, disposer d’une meilleure qualité de services de santé et bénéficier d’un système de services de santé viable à long terme sont les buts qui ont orienté l’élaboration et l’évolution de nos rapports publics. Dès le début, nous avons constaté l’absence d’informations normalisées sur le plan provincial concernant la santé des citoyens, la qualité des services de santé et le niveau des ressources en services de santé dans la province. Lorsque nous avons examiné la tendance générale des dépenses, nous avons constaté qu’on s’apprêtait à dépenser 1 milliard de dollars de plus au cours des cinq prochaines années. Entretemps, rien n’indiquait que ces dépenses déboucheraient sur une population en meilleure santé ou une meilleure qualité des services de santé. Cette propension à dépenser a été considérablement réduite au cours des dernières années, mais le défi sera de contrôler les dépenses à long terme.

Ce que l’on appelle le système provincial de santé a évolué au cours de plusieurs décennies en l’absence d’informations provinciales normalisées, ce qui signifie que les pratiques de gestion – à partir des fournisseurs de services de première ligne jusqu’aux briefings du ministre – ont évolué sans que l’on dispose d’une telle information. Au fur et à mesure que nos rapports publics ont évolué, les gestionnaires de services de santé, les conseillers en matière de politiques et les leaders politiques ont réagi de façon positive à la disponibilité de cette information. Entretemps, les pratiques de gestion actuelles se sont construites sur des décennies d’expérience et d’habitudes acquises. Elles sont conçues pour donner les résultats que nous affichons dans nos rapports publics. Bon nombre de ces résultats doivent être améliorés et nous ne devrions pas sous-estimer les défis associés à ces changements.

En dressant le bilan du travail réalisé jusqu’à ce jour, les membres du CSNB ont constaté la valeur de l’information transmise grâce à nos rapports. Ils ont également conclu que beaucoup plus de personnes devraient être conscientes d’une telle information. C’est la raison pour laquelle nous concentrerons nos efforts sur l’amélioration de notre aptitude à informer. Et cette nouvelle édition de Perspectives en est le point de départ.

Coup d'œil sur ma communauté : le pourquoi et le comment de nos 33 profils communautaires


Le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) a publié au printemps 33 profils communautaires intitulés Coup d’œil sur ma communauté. Ce nouvel outil offrant aux individus un portrait de leur communauté est le premier du genre à être publié au Nouveau-Brunswick. Chaque profil contient de l’information qui offre une vision d’ensemble des personnes qui vivent, apprennent, travaillent et participent à la vie communautaire dans cette région. La création de ces profils est le résultat de l’excellent travail de Karine LeBlanc Gagnon, analyste de l’information en santé au CSNB, qui a accepté de répondre à quelques questions.

Question - Karine, comment est venue l’idée de créer ces profils ?

En 2009, nous avons produit notre premier rapport sur la santé de la population qui contenait 42 indicateurs. Ce Portrait de la santé de la population a été créé pour les zones de santé. La demande d’information pour un portrait représentant les jeunes s’est vite fait ressentir. En collaboration avec le Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse du Nouveau-Brunswick, le Portrait des enfants et des jeunes a été créé regroupant 250 indicateurs provinciaux.

Plusieurs de nos partenaires nous ont mentionné qu’ils aimeraient avoir accès à cette information au niveau communautaire. On parle entre autres de groupes communautaires à qui l'on demande de plus en plus fréquemment de l’information pour mesurer leurs succès, et on parle aussi des régies régionales de la santé à qui l’on avait demandé de faire des évaluations des besoins communautaires. C’est de là qu’a germé l’idée de créer les profils communautaires.
 
Q - Quel a été le processus auprès des partenaires ?

Nous avons commencé en regardant ce qui se fait ailleurs, à l’échelle nationale et internationale. Ensuite, nous avons rencontré un groupe de 20 parties intéressées (du gouvernement, des entreprises et du secteur sans but lucratif) afin de déterminer quelles informations leur seraient utiles pour la planification et l'énoncé de stratégies au niveau communautaire.

Nous avons collaboré de près avec divers ministères provinciaux, le personnel de la GRC et Statistique Canada. Dans certains cas, les données nous arrivaient regroupées par communauté – par exemple, Statistique Canada a recalculé toute l’information de l’Enquête nationale auprès des ménages (qui a remplacé le recensement long) pour les délimitations de nos communautés – tandis que dans d’autres, nous avons dû faire les calculs nous-mêmes.
 
Q - Avez-vous eu vent de projets qui se basent sur l’information des profils ?

La réaction jusqu’à maintenant est très positive! L’intérêt pour ce niveau d’information détaillée est très présent dans chaque coin de la province. Nous avons eu un très grand nombre de visites sur notre site Web, de demandes de présentations et d’impression. Plusieurs organismes et individus nous ont mentionné qu’ils utilisent les profils.

Les réseaux de mieux-être de Kent, Chaleur et Restigouche utilisent déjà Coup d’œil sur ma communauté pour planifier leurs activités. Le CSNB a été invité à présenter les résultats pour chacune de ces régions lors de forums régionaux sur le mieux-être. Chacun des forums invitait la population de la région à un dialogue inclusif afin d’élaborer une vision commune et ainsi valoriser une culture de mieux-être. Coup d’œil sur ma communauté a joué un rôle déterminant pour aider à élaborer les priorités de ces municipalités lors des forums.
 
Q - En terminant, qu’est-ce qui s’en vient au sujet des profils ?

Nous travaillons fort en arrière-plan afin de vous offrir des outils complémentaires, comme le lancement prochain d'une capsule vidéo destinée aux utilisateurs des profils.
 
Pour prendre connaissance du profil de votre communauté : http://www.csnb.ca/profils-communautaires

Le saviez-vous?

Le Nouveau-Brunswick a plus de médecins de famille et d’infirmières par habitant que la moyenne canadienne, mais cela n’a pas mené à de meilleurs résultats en santé.

Comme province, nous n’avons pas nécessairement besoin de plus de ressources humaines – nous devons plutôt les déployer différemment pour mieux répondre aux besoins spécifiques de notre population.

Une évaluation de l'efficacité des cliniques de diabète dans la province

En juin 2012, le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) a entrepris un projet en partenariat avec le ministère de la Santé dans le but d’évaluer la prestation des services aux patients souffrant de diabète dans la province. L’objectif principal du projet consistait à évaluer l’efficacité des centres et cliniques d'éducation sur le diabète au Nouveau-Brunswick.

« Nous voulions, au moyen de ce projet, aider le ministère de la Santé et les régies régionales de la santé à améliorer la qualité des services liés au diabète dans la province », de dire Michelina Mancuso, directrice exécutive à l’évaluation du rendement au CSNB.

À retenir :
  • 37 cliniques de diabète dans la province
  • Plus de 69 000 Néo-Brunswickois en souffrent
  • Une visite à une clinique coûte entre 33 $ et 158 $
  • En 2010, le fardeau économique du diabète au N.-B. représentait environ 298 millions de dollars
Réalisé sur une période de deux ans, le projet a entre autres été basé sur une évaluation des facteurs relatifs à la vie privée dont le but était d’établir les paramètres de communication des données comprises dans le rapport final.

L’étude exhaustive révèle qu’il y a au Nouveau-Brunswick 37 points de service d’éducation sur le diabète et les soins étendus. Si le diabète est une maladie grave et qu’elle touche plus de 69 000 Néo-Brunswickois (2011), ou 9,2 % de la population, l’enquête conclut qu’avoir plus de ressources humaines n’est pas nécessairement garant de meilleurs résultats et que la plupart des cliniques efficientes ou efficaces sont celles qui ont mis en place des soins de santé centrés sur le patient.

En d'autres mots, offrir une bonne flexibilité en matière de prestation de services, en plus d’établir et de maintenir des liens étroits avec les fournisseurs de soins primaires, les autres services de santé et les autres ressources communautaires, permettent l’amélioration, l’intégration et la coordination des services.

« On développe des programmes et des services afin d’obtenir certains résultats. Être capable de mesurer leur rendement à l’égard de ces résultats s’avère la valeur ultime pour tous les Néo-Brunswickois, quelles que soient leurs caractéristiques individuelles et leur situation géographique », de dire Stéphane Robichaud, directeur général du CSNB.

L’étude menée par le CSNB et le ministère de la Santé met en relief la comparaison des résultats selon plusieurs caractéristiques, telles que les différences géographiques, les types de cliniques, ainsi qu’une comparaison entre les patients qui reçoivent des soins dans des cliniques de diabète ou des centres d’éducation et ceux qui ne les fréquentent pas.

Les résultats démontrent clairement qu’en optant pour un modèle de soins axé sur le patient, on développe entre le client/patient, le clinicien et les fournisseurs de soins une relation qui est centrée sur le partage du pouvoir et de la responsabilité.

Une série de recommandations découle de ce rapport dont vous pouvez prendre connaissance en suivant ce lien : http://www.csnb.ca/notre-travail/evaluation-des-centres-deducation-sur-le-diabete

Le saviez-vous?

Le Nouveau-Brunswick est la province qui a le plus haut pourcentage de citoyens avec un médecin régulier : 93 %, comparativement à la moyenne nationale de 85 %.

Toutefois, cela ne signifie pas un meilleur accès, puisque nous ne pouvons pas obtenir un rendez-vous avec notre médecin de famille aussi rapidement qu'ailleurs au Canada.

Conférence provinciale du mieux-être à Moncton


C’est sous le thème « Se faire les champions du mouvement du mieux-être au Nouveau-Brunswick » que la conférence du mieux-être 2014 s’est tenue à Moncton les 14 et 15 mai derniers. Cette conférence a rassemblé plus de 260 délégués des secteurs public, privé et sans but lucratif, touchant de près ou de loin le mieux-être. De telles conférences représentent une excellente occasion pour le CSNB de faire du réseautage avec les intervenants du milieu communautaire et de faire connaître ses nombreux outils.
 
Les délégués ont pu participer à de nombreux ateliers et séances d’information, ce qui leur a permis d’acquérir des connaissances pratiques et d’apprendre comment nous pouvons tous ensemble favoriser l’évolution du mouvement du mieux-être au Nouveau-Brunswick. Entre autres, les délégués ont pu assister à une présentation de groupes d’experts sur les déterminants de la santé et à une conférence de Rim Fayad du CSNB intitulée Plus nombreux et mieux informés : penchons-nous ensemble sur la santé de la population. Mme Fayad a mis en évidence les liens entre les piliers de la stratégie provinciale du mieux-être et le modèle de santé de la population du CSNB, puis a fait un survol de la performance des Néo-Brunswickois, jeunes et adultes, au cours des dernières années. Les tendances pour l’ensemble de la population en fonction des sept zones de santé de la province et les nouveaux profils communautaires ont aussi été présentés, en plus de la façon d’utiliser ces renseignements pour favoriser la mobilisation des gens, la planification, le choix des priorités et l’évaluation du succès.
 
Il s’agissait de la troisième conférence de ce genre, offerte grâce à un partenariat entre le ministère des Communautés saines et inclusives, la Coalition pour une saine alimentation et l’activité physique au Nouveau-Brunswick, le Réseau des Premières Nations et peuples autochtones, la Coalition antitabac du Nouveau-Brunswick, le Mouvement acadien des communautés en santé du Nouveau-Brunswick, le Réseau d’action sur la sécurité alimentaire du Nouveau-Brunswick et la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick.

Le personnel du CSNB espère pouvoir vous accueillir à son kiosque lors de la prochaine édition de cet événement! 
Le saviez-vous?

La quantité d'équipement médical au Nouveau-Brunswick est comparable, parfois même supérieure, au reste du pays : par exemple, nous avons plus de lits d'hôpitaux et d’appareils de tomodensitométrie (CT) par habitant que la moyenne canadienne. 

Notre défi, comme système, est donc d’apprendre à faire mieux avec notre niveau de ressources actuel.
Le CSNB est un organisme indépendant qui mesure, surveille et évalue le rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick et la santé de la population.  Il a aussi pour mandat d’engager les citoyens dans l’amélioration des services de santé.
Visitez notre site Web
Visitez notre site Web
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Twitter
Visitez notre page Twitter
© 2014 Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, Tous droits réservés.