Copy
Perspectives est le bulletin trimestriel du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick

Dans ce numéro...

Stéphane Robichaud
Directeur général du CSNB

Message du directeur général

Dans notre plus récent dossier, Le coût des problèmes de santé chroniques au Nouveau-Brunswick, nous parlons du besoin de changements dans le système de santé du Nouveau-Brunswick. Comment notre système de santé s’est-il donné le caractère qu’il a? En analysant les 60 dernières années de services de santé publics, on retrouve un certain nombre de facteurs qui ont influencé l’évolution du système de santé du Nouveau-Brunswick. Deux décisions fédérales importantes concernant un financement public ont eu des répercussions importantes sur la façon dont les systèmes de santé provinciaux ont établi leurs priorités en matière de dépenses et de services. La Loi sur l'assurance hospitalisation et les services diagnostiques de 1957 a fait en sorte que la moitié des coûts hospitaliers soient remboursés par le gouvernement fédéral.  En 1966, la Loi sur l’assurance maladie a étendu sa couverture pour inclure les services de médecins pratiquant à l’extérieur de l’hôpital. La portée de ces lois visait à éviter que les obligations financières liées à des soins médicaux ne ruinent les individus et les familles qui tombaient malades. Ce qui a amené les systèmes de santé à mettre l’accent sur les services de soins aigus et les médecins de famille.

Les premières années ont été marquées par des débats publics, qui se poursuivent encore de nos jours, au sujet des services de santé publics. Au plan provincial, il s’avérait judicieux de s’assurer que l’on retrouve des hôpitaux et des services de médecine générale dans toutes les régions. De nombreux organismes locaux sans but lucratif ont donc été reconnus comme étant des hôpitaux et se sont intégrés au réseau provincial. De telles décisions et celle de construire des hôpitaux dans d’autres régions de la province ont donné lieu à un système de santé provincial qui a évolué par défaut plutôt qu’en vertu d’une planification.

Dans les premières années, avant même que le mot « viabilité » ne soit répandu, on se préoccupait des conséquences financières d’une telle approche. Avec le temps, on a peu à peu reconnu que la croissance des services et leur financement s’effectuait sans planification ni contrôles adéquats. Dans les années 1980 et 1990, on a initié plusieurs projets qui avaient pour but d’améliorer la façon dont les services de santé étaient priorisés.

À la fin des années 90, on jugeait que les systèmes de santé et leurs coûts étaient impossibles à gérer. Les gouvernements, croyant que de nouvelles structures mèneraient à de nouveaux comportements, ont agi en remplaçant les conseils d’administration des hôpitaux par des régies régionales de santé. Au Nouveau-Brunswick, on a réduit davantage leur nombre de 8 à 2 en 2008 dans le cadre de réformes additionnelles du système de santé. Depuis, d’autres projets ont tenté de se pencher sur les coûts du système de santé.

Alan MacEachen était ministre fédéral de la Santé et du bien-être en 1966, lorsque la Loi sur l’assurance maladie a été présentée. Il a alors affirmé : « Les Canadiens devraient pouvoir obtenir des services de santé de grande qualité selon leurs besoins pour de tels services, sans égard à leur capacité de payer. » Bien que d’importantes questions subsistent, on en a accompli beaucoup afin de résoudre le problème des barrières financières liées aux services de santé. On a dès lors accordé beaucoup moins d’attention à la prestation de services de santé qui répondent aux besoins de la population. De sorte qu’on n’a pas encore complètement mis en place une planification ni une gestion du rendement. On a ainsi laissé le système fonctionner en fonction d’anciens paramètres par défaut, plutôt que de l’adapter complètement aux besoins actuels.  

Ceci est particulièrement évident lorsque l’on examine la façon dont les besoins de la population en matière de services de santé ont évolué depuis les années 60, alors que la planification et la conception des services de santé ont pris du retard.  Dans les premières années, les besoins en services de santé consistaient principalement en blessures, chirurgies, brûlures et infections. Pour le patient, ces besoins représentaient des interactions très limitées avec les services de santé, qui consistaient en un début et en une fin définis de ces services. Au cours des quelques dernières décennies, les états de santé chroniques se sont généralisés et sont devenus une réalité coûteuse au sein de la population. Ces états de santé peuvent requérir plusieurs interactions liées à des services de santé et ce, sur des périodes de temps prolongées. Lorsque ces besoins sont gérés avec efficacité, on peut réduire de façon importante les besoins liés aux services de santé les plus coûteux et contribuer à instituer une qualité de vie. À l’heure actuelle, on peut grandement améliorer la gestion de ces interactions au Nouveau-Brunswick.

On peut procéder à ces améliorations grâce à une réallocation des ressources actuelles. Il existe également suffisamment d’informations disponibles qui permettent d’établir des priorités et des cibles de rendement. Afin d’encourager ce changement dans le système, le NBHC propose l’instauration d’une imputabilité et d’une transparence publiques, en informant le public des changements requis et du progrès accompli par le système de santé. Nous avons tous un rôle à jouer dans l'amélioration de la façon que notre système de santé répond aux besoins de nos citoyens.

Sondage pour les lecteurs de Perspectives


Toujours soucieux d'améliorer la qualité de l’information que nous offrons, le CSNB vous demande de compléter le bref sondage suivant. Ce sondage, qui devrait vous prendre moins de cinq minutes à compléter, nous aidera à comprendre quelles parties de Perspectives vous sont les plus utiles, comment vous y accédez, et quelle fréquence de publication vous conviendrait le mieux. Nous nous servirons de cette rétroaction afin d’assurer que nos outils de communication conviennent du mieux possible aux besoins de nos partenaires. Merci de votre participation.

Répondez au sondage ici : https://fr.surveymonkey.com/r/7ZWC9MZ
Le saviez-vous?
 
62 % des Néo-Brunswickois ont au moins un problème de santé chronique, et 20% en ont trois ou plus.

Nouveaux membres du Conseil


Le Conseil de la santé s’est réuni le 24 juin au Delta Beauséjour à Moncton, au N.-B. C’était la première réunion du CSNB depuis la nomination de huit nouveaux membres par le Lieutenant-gouverneur plus tôt cette année. Les nouveaux membres sont :  Peggy Doyle de Miramichi, Mike Doiron de Campbellton, Danny Jardine de Saint John, Heather Jensen de New Denmark, Dre Meghan Richards de Fredericton, Kim Nash-McKinley de Richibucto Road, Paulette Richard de Dieppe, et Eva Sock d’Elsipogtog. 
 
Ils se joignent au Dr Shawn Jennings dont le mandat a été renouvelé, et aux membres actuels Nathalie Boivin, Rita Labrie, et Jean-Claude Pelletier, président du Conseil.  La réunion était aussi la première pour le nouveau Directeur exécutif de l’engagement du citoyen, Frank Vandenburg.
 
De courtes biographies des membres du Conseil se trouvent ici :
http://www.csnb.ca/propos-du-csnb/conseil-de-la-sante-du-nouveau-brunswick

À la réunion, les membres ont passé en revue les états financiers vérifiés, le plus récent rapport sur la viabilité et la nouvelle stratégie de communication multiannuelle du CSNB, en plus des affaires habituelles.
 
Le CSNB tient aussi à remercier ses anciens membres pour leur dévouement et leur service :
 
Cindy Howe de Burton, Floyd R. Haley de St. Stephen, Frank B. Trevors de Miramichi, Harry Doyle de Lower Coverdale, Jeffrey J. Beairsto de Fredericton, Julie Robichaud de  Dieppe, Laurie Boucher de Bouctouche, et Sharon E. Eagan de Perth-Andover.
Le saviez-vous?

D’après l’analyse réalisée par le CSNB, le coût moyen annuel en santé pour un Néo-Brunswickois ayant trois problèmes chroniques ou plus est quatre fois celui d’une personne n’en ayant aucun.

Possibilité d'emploi


Le CSNB est actuellement à la recherche d'un Coordonnateur ou d'une Coordonnatrice de la recherche. Il s'agit d'un poste contractuel d'un an avec possibilité de renouvellement. Pour en savoir plus, rendez-vous à l'adresse http://www.csnb.ca/propos-du-csnb/carrieres.
Le saviez-vous?

La tendance indique que la proportion de Néo-Brunswickois ayant trois problèmes de santé chroniques ou plus pourrait augmenter de 20 à 25 % en sept ans.



Si cela se produit, il en coûtera 100 millions de dollars supplémentaires.

Nouveau dossier sur la viabilité : Le coût des problèmes de santé chroniques au Nouveau-Brunswick


Le plus récent dossier du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) explique comment la viabilité du système de santé provincial est affectée par les problèmes de santé chroniques tels que l’hypertension, le reflux gastrique ou le diabète. Ce dossier, Le coût des problèmes de santé chroniques au Nouveau-Brunswick, présente les dépenses actuelles du système de santé et la réallocation des ressources dans la province. Il montre aussi comment la tendance de l’augmentation des problèmes de santé chroniques entraîne des coûts plus élevés ainsi qu’une plus grande demande envers le système de santé, au-delà de ce qui peut être géré efficacement.

Un nouveau modèle de prévision des coûts développé par le CSNB démontre à quel point les coûts augmentent plus rapidement lorsqu’il y a de multiples problèmes chroniques. Une projection illustre que le coût des soins pour les problèmes chroniques pourrait augmenter de 100 millions de dollars ou plus dans les sept années à venir.

Pour faire face à ce risque, le dossier identifie deux domaines prioritaires pour le système de santé :
  1. Réduire la fréquence des nouveaux problèmes chroniques dans la population du Nouveau-Brunswick par la distribution des ressources à la prévention des maladies et la promotion de la santé.
  2. Gérer les problèmes de santé chroniques actuels en harmonisant les ressources du système de santé aux besoins de la population, en mettant l’accent sur les services de santé primaire et les autres services de santé communautaires.
Le dossier est disponible en ligne au www.csnb.ca.
Le saviez-vous?
 
Relever le défi de la viabilité posé par les problèmes de santé chroniques nécessite un engagement à long terme, dont :

1. Réduire l’incidence de nouveaux problèmes chroniques dans la population du Nouveau-Brunswick en redistribuant les ressources vers la prévention des maladies et la promotion de la santé.

2. Gérer les problèmes chroniques actuels en harmonisant les ressources du système de santé aux besoins de la population, en mettant l’accent sur les services de santé primaires et les autres services de santé communautaire.

Articles des médias et annonces


Le CSNB reçoit un rapport hebdomadaire d’articles des médias et d'annonces qui touchent à ses activités principales : engagement, santé de la population, expérience vécue et viabilité. Les articles suivants démontrent des exemples du genre d’histoires qui y figurent. Si ce rapport hebdomadaire vous intéresse et que vous ne le recevez pas déjà, veuillez communiquer avec nous au info@csnb.ca pour savoir comment vous abonner.
  • Les troubles de mobilité chez les Canadiens âgés de 15 ans et plus
    Selon les données de l'Enquête canadienne sur l'incapacité de 2012, plus de 7 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus, ou environ 1 971 800 personnes, ont déclaré avoir un trouble de mobilité qui les limitait dans leurs activités quotidiennes. Ces personnes font partie des 3,8 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus ayant déclaré avoir une incapacité dans le cadre de cette enquête.
    http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/160705/dq160705b-fra.htm
     
  • Enfants autochtones : Après la discrimination, Ottawa verse des millions
    Le gouvernement fédéral a annoncé mardi des investissements allant jusqu’à 382 millions de dollars, en réponse à un jugement du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP), qui statuait en janvier qu’Ottawa s’est rendu coupable de discrimination en n’offrant pas aux enfants autochtones le même niveau de services sociaux qu’il offre aux autres jeunes Canadiens.
    http://www.ledevoir.com/politique/canada/474948/enfants-autochtones-apres-la-discrimination-ottawa-verse-des-millions
Le CSNB est un organisme indépendant qui mesure, surveille et évalue le rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick et la santé de la population.  Il a aussi pour mandat d’engager les citoyens dans l’amélioration des services de santé.
Visitez notre site Web
Visitez notre site Web
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Facebook
Visitez notre page Twitter
Visitez notre page Twitter
© 2016 Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick, Tous droits réservés.


se désabonner de cette liste    mettre à jour ses préférences d'abonnement 

Email Marketing Powered by Mailchimp