Copy
Éditorial

L’année 2015 se termine, particulièrement riche dans le cadre de cette Année européenne du patrimoine industriel et technique. Congrès, colloques, études, publications se sont succédé ces derniers mois et la présente newsletter se fait l’écho notamment du 16e Congrès du TICCIH à Lille, du Colloque international de l’Institut des mouvements sociaux à Bochum (D), de la restauration des machines exceptionnelles de la brasserie Wielemans-Ceuppens à Bruxelles (Forest) et, enfin, de l’édition du beau livre consacré à l’ancien charbonnage de Cheratte par l’Asbl Meta Morphosis.
En Wallonie, c’est aussi sur le terrain que les initiatives citoyennes ont marqué des points, tant à Péronnes-lez-Binche avec la tour d’extraction Saint-Albert qu’à Wasmes avec le charbonnage de Marcasse dont les sauvetages restent encore hypothétiques ; mais surtout à Marcinelle avec le haut fourneau N°4. Ce dernier n’a pas été retenu par Europa Nostra dans le cadre des 14 sites européens présélectionnés pour le programme des 7 sites les plus menacés en 2016, évoqué dans cette newsletter. 
C’est peut-être un signe, car sans dévoiler le contenu des négociations en cours entre la Région wallonne et Duferco, l’appel lancé, il y a 2 ans exactement dans ses colonnes par PIWB et ensuite relayé par un comité citoyen, a été entendu par le pouvoir politique. L’une des questions pendantes est d’en conserver l’intégrité. Les prochaines semaines seront cruciales. L’année 2016 sera sans doute un grand cru pour le patrimoine de l’industrie lourde du 20e siècle en Wallonie !
Tous nos vœux pour l’année nouvelle.

Jean-Louis Delaet
Président de PIWB
Lille : Congrès international du TICCIH
« Le patrimoine industriel au 21ème siècle : nouveaux défis »

 
Par Jacques CRUL, Secrétaire de PIWB
 
Du 7 au 11 septembre 2015 s’est tenu à la Faculté de Droit de l’Université de Lille, le 16ème Congrès international du TICCIH (The International Committee for the Conservation of the Industrial Heritage) sur le thème « Le patrimoine industriel au 21ème siècle : nouveaux défis ».
Le congrès était précédé de deux jours de visite dans la région de Calais & Dunkerque et suivi de deux journées de découverte dans la région parisienne.
Le congrès était présidé par le Professeur Florence Hachez-Leroy, de la ComUE Lille Nord de France et du CNRS, et organisé par le CILAC (Comité d’Information et de Liaison pour l’Archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel), organisme avec lequel PIWB entretient des relations suivies. Sa Présidente, Mme Gracia Dorel-Ferré, est membre de notre association.
PIWB était représenté par trois de ses administrateurs, à savoir M. Jean-Louis Delaet, Président, M. Guido Vanderhulst, Vice-Président Bruxelles et Président de BruxellesFabriques et votre serviteur. Mme Maryse Willems, du Grand-Hornu, a également  participé à la journée inaugurale.
Ce 16ème congrès du TICCIH fut sans conteste un bon cru, tant sur le plan du contenu que des visites proposées. L’organisation était toutefois perfectible, notamment, en ce qui regarde la traduction (qui n’était pas simultanée) et la disponibilité de la wifi. Mais l’essentiel était présent : le contenu, et les échanges furent riches et variés, montrant un contexte de plus en plus malaisé quelle que soit la région du globe où on se situe, aussi inquiétant que ne peuvent être passionnants tous les défis à relever pour le 21ème siècle !

Pour en savoir plus sur le déroulement... 
 
Bochum (Ruhr – D) : Workshop organisé sur le thème :
« Le patrimoine industriel dans la construction des identités régionales : une perspective globale »


Par Jacques CRUL, Secrétaire de PIWB    

Les 29 et 30 octobre dernier, au nom de l’asbl PIWB, j’ai été invité à participer activement à un workshop organisé par l’Institut des Mouvements sociaux de la Ruhr Universität Bochum (Université de la Ruhr de Bochum). Ce workshop a tenté de cerner  la manière dont les différents pays représentés avaient traité de l’aspect du patrimoine industriel et s’étaient (ou pas) appuyés sur ce vecteur pour (re)construire les identités régionales suite à la désindustrialisation qu’ils ont connue au cours des trente dernières années.

Mon exposé s’intitulait « La Wallonie, berceau de la Révolution industrielle sur le continent ». Il s’est limité au sillon industriel Vesdre-Meuse-Sambre-Haine. Il a visé à mettre en évidence :
-    à quel point la Wallonie fut pionnière dès la fin du 18ème siècle en matière d’importation et de développement des techniques industrielles venues d’Angleterre ;
-    combien son industrie fut diversifiée et la richesse en matière de patrimoine industriel que celle-ci a générée ;
-    le large éventail de ce qui a pu être conservé, le plus souvent à l’initiative des communautés locales, dans la plupart des cas avec l’aide des pouvoirs publics et de l’Europe. 
L’absence de politique globale en matière de préservation et les lacunes que cela a engendré dans l’éventail des biens et technologies conservés ont également été pointées.

Ce texte servira de trame à un état des lieux de la situation en Wallonie en matière de patrimoine industriel qui paraîtra dans la prochaine revue annuelle et à une future mise à jour de l’inventaire réalisé à la demande de la Région Wallonne en 1995.

Les participants ont eu l’occasion de découvrir la Jahrhunderthalle, composée d’anciens halls datant de 1902 destinés à abriter des soufflantes dans un complexe sidérurgique aujourd’hui à l’arrêt. Les halls sont maintenant réutilisés comme espaces de concert et de spectacle, et tout le complexe est librement accessible au public et pourvu d’un éclairage qui le rend particulièrement attrayant la nuit [www.jahrhunderthalle-bochum.de].
Une deuxième visite a concerné le Musée de la Mine de Bochum, de réputation mondiale. Ce musée, récemment rénové, présente l’histoire de l’industrie minière allemande dans sa globalité [www.bergbaumuseum.de].


En savoir plus...

Le texte complet de l’intervention en français

Le texte complet de l'intervention en anglais
Bruxelles

La restauration des machines exceptionnelles de l’ancienne brasserie Wielemans-Ceuppens (Forest), un projet socio-culturel original primé par Europa Nostra, démarre enfin !

 
L’ancienne brasserie Wielemans-Ceuppens située à Forest est un symbole pour la région de Bruxelles. Elle est un représentant majeur de l’une des industries qui a le plus marqué la ville de son empreinte. L’association BruxellesFabriques fut lauréate du Grand Prix du Patrimoine Culturel de l’Union européenne / Concours Europa Nostra 2013 dans la catégorie « recherche » pour son étude sur la restauration des machines exceptionnelles de cette ancienne brasserie. Construites en 1894 et 1905, ces machines seraient à notre connaissance les seules restantes de ce type en Europe et l’une d’entre elles, le compresseur new-yorkais de La Vergne, est unique au monde.
Cette étude, réalisée par Guido Vanderhulst, fondateur et Président de BruxellesFabriques et Vice-Président de PIWB, visait à analyser la faisabilité de la restauration de ce patrimoine technique et industriel dans le cadre d’un programme de sensibilisation des publics et de formation qualifiante de personnel. Elle représente un projet socio-culturel original pour ce site industriel historique, intégrant à la fois la restauration des machines - pouvant aller jusqu’à la mise en mouvement de certaines d’entre elles à titre didactique - la formation de personnes pour cette restauration, et leur implication dans la communication autour de ce projet envers le grand public et les écoles.
Grâce à l’appui essentiel du Fonds Inbev-Baillet Latour ainsi que du « Industrial and Engineering Heritage Committee » de Europa Nostra piloté par Pierre Laconte, ce projet de restauration démarrera le 21 décembre 2015.
Si vous voulez en savoir plus sur ce projet et suivre toutes ses étapes, rendez-vous sur son site web ainsi que sur sa page Facebook.
Wasmes (Colfontaine) : Marcasse et Vincent Van Gogh

Le projet de financement collectif (crowdfunding) pour la sauvegarde de l'ancien charbonnage de Marcasse à Wasmes est toujours en cours.  Si vous souhaitez participer à la sauvegarde de cet ancien charbonnage où Vincent Van Gogh est descendu à 700m de profondeur en avril 1879, vos dons sont les bienvenus.
Informations sur le projet de sauvetage et les modalités de soutien sur : https://www.mymajorcompany.com/sauvez-marcasse-lieu-frequente-par-v-van-gogh
Dons à verser sur :
Asbl Marcasse et sa mémoire
Fortis banque BE06001482724822
BIC  GEBABEBB /
IBAN BE06 0014 8272 4822
 
Contact : Filip Depuydt

BORIGINES
Rue de la Source 20

7080 Frameries
Tél. 0487-68 58 59
 
Projet sur
Télé Mons-Borinage 
http://whttp://www.telemb.be/les-reportages-wasmes-auriez-vous-quelques-euros-pour-marcasse-_d_17073.html

Vincent Van Gogh sur Marcasse :
Letter from Vincent to Theo, Wasmes, April 1879
http://vangoghletters.org/vg/letters/let151/letter.html
Letter from Vincent to Theo, Arles, October 1888
http://vangoghletters.org/vg/letters/let693/letter.html
Vincent Van Gogh au Borinage : http://vangoghborinage.canalblog.com
EUROPA NOSTRA : Quatorze sites européens présélectionnés pour le programme 2016 des 7 sites les plus menacés

Europa Nostra, la principale organisation européenne œuvrant pour la préservation du patrimoine, et l’Institut de la Banque européenne d’Investissement (BEI) ont annoncé les 14 monuments et sites présélectionnés par un panel international d’experts de différents domaines pour le Programme des « Sept sites les plus menacés » en 2016. Ces monuments en danger situés dans 14 pays européens sont : le site archéologique d’Ererouyk et le village d’Ani Pemza en Arménie, le Palais de Justice de Bruxelles en Belgique, la Forteresse maritime de Patarei à Tallinn en Estonie, l’aéroport d’Helsinki-Malmi en Finlande, le pont Colbert de Dieppe en France, le Château de Divitz en Allemagne, le Kampos de Chios en Grèce, la lagune de Venise en Italie, le Château de Rijswijk aux Pays-Bas, le Y-block à Oslo en Norvège, le Palais et la propriété de Valflores près de Lisbonne au Portugal, le Couvent Saint Antoine de Padoue en Estrémadure en Espagne, l’ancienne ville d’Hasankeyf et ses environs en Turquie et la maison Mavisbank près d’Edimbourg au Royaume-Uni.
Certains de ces sites sont menacés en raison d’une négligence ou d’une planification/d’un développement inapproprié(e), d’autres le sont suite à un manque de ressources ou d’expertise. Ces 14 monuments et sites ont été présélectionnés en tenant compte non seulement de leur exceptionnelle valeur patrimoniale et culturelle, mais aussi de la gravité de la menace à laquelle ils sont confrontés. L’engagement des diverses parties prenantes publiques et privées, ainsi que la mobilisation des communautés locales en faveur de leur sauvegarde sont aussi considérés comme essentiels. Un autre critère important est le potentiel de ces sites à servir comme ressource et facteur de développement durable pour l’ensemble de la région dans laquelle ils sont situés.
La liste finale des 7 sites sera dévoilée lors d’un évènement public qui aura lieu le 16 mars prochain à Venise.
 
Le Palais de Justice de Bruxelles
Le Palais de Justice, abritant les cours et tribunaux de Belgique, fut le plus grand bâtiment érigé en Europe au 19è siècle. L’architecte belge Joseph Poelaert a conçu cette œuvre monumentale d’architecture éclectique et a utilisé les technologies industrielles de fer les plus avancées. En dépit de sa valeur architecturale, historique et civique exceptionnelle, le bâtiment reste sous-valorisé. L’échafaudage installé sur la façade principale et le portique il y a près de 30 ans est désormais devenu corrodé et inutilisable. Plusieurs parties du Palais sont vides, tandis que des bureaux sont loués dans des bâtiments annexes pour exercer des fonctions judiciaires. La désignation pour la liste des « 7 sites les plus menacés » en 2016 a été soumise par Patrimoine Culturel Immobilier. Un savoir-faire et un soutien (inter)national vastes sont requis afin de réhabiliter le bâtiment, qui a également été inscrit sur la liste de l’observatoire mondial des monuments (World Monuments Watch) 2016.

EN SAVOIR PLUS : 
http://7mostendangered.eu/
http://7mostendangered.eu/advisory-panel
twitter.com/europanostra
EU Millennials Tour Project : Projet européen de tourisme éducatif en matière de patrimoine industriel textile
 
L’E-FAITH, Fédération Européenne des Associations de Patrimoine Industriel et Technique, participe à un programme européen qui vise le développement d'un tourisme éducatif en lien avec le patrimoine industriel du secteur textile et de la mode. L’E-Faith serait, à ce stade du programme, intéressée par recueillir les expériences positives de musées, sites et de toutes initiatives en la matière.

Ci-joint un questionnaire à retourner aussi rapidement que possible à : secretariat@e-faith.org


Adriaan Linters
p/a Vredelaan 72
B - 8500   Kortrijk
Parution de l’ouvrage « Ceci n’est pas que du Patrimoine » de l’asbl Meta Morphosis

Vient de paraître un ouvrage richement illustré portant sur le charbonnage de Cheratte, et les habitants de cette cité, œuvre d’Axel Ruhomaully, Franck Depaifve et du portraitiste Roméo Balancourt. Il est le fruit d’un travail débuté en mai 2014, réalisé en collaboration avec un certain nombre d’habitants de Cheratte qui ont fait carrière au charbonnage, et avec les institutrices et les enfants de l’école communale locale. Présenté depuis quelques mois sur le site internet de l’asbl www.meta-morphosis.org, ce travail est donc aujourd’hui décliné sur un support papier, prélude à une future exposition.
Le livre, vendu au prix de 30 € pour la Belgique, peut être commandé en ligne à l’adresse internet mentionnée ci-dessus. 
In memoriam

 
Décès d’André Delmer

PIWB a appris le décès d’André Delmer (Directeur honoraire du Service géologique de Belgique) le 14 août 2015, à l’âge de 99 ans. C’est lui qui avait notamment négocié le dépôt de carottes de sondage du Service Géologique de Belgique au triage-lavoir de Péronnes-lez-Binche, à Péronnes, démarche qui n’a pas abouti à ce jour mais qui serait toujours à l'ordre du jour, selon Nicolas Dupont, ingénieur et géologue de la Faculté Polytechnique de Mons. À suivre.
Décès de la photographe Hilla BECHER

Le patrimoine industriel a perdu le 10 octobre dernier une de ses figures emblématiques en la personne de la photographe allemande Hilla Becher.
Hilla Wobeser-Becher, et son mari Bernd Becher, décédé en 2007, ont entrepris à partir de 1959 une démarche consistant à établir un inventaire rigoureux et systématique du patrimoine industriel en le photographiant selon un protocole extrêmement strict.
Toutes les photos ont été prises selon un protocole immuable, en noir et blanc, avec une lumière neutre. Chaque photo d’une même série était réalisée de manière identique, tant en ce qui concerne l’angle de vue que le cadrage.
Dans leur travail, c’est la sérialité, la répétition des images qui se découpent sur un ciel neutre, qui crée l’émotion, par la comparaison des variations formelles entre les bâtiments photographiés.
Leurs œuvres, dont certaines portaient sur le patrimoine industriel belge des années 1970, ont, entre autres, été exposées à l’Eglise St André de Liège du 9 juin au 5 juillet 1981, aux côtés de photographies de Gustave Marissiaux et Paul Donnay (le catalogue de l’exposition est disponible au Cladic à Blegny-Mine), au Musée d'art moderne de Liège du 7 septembre au 13 octobre 1985, et au Grand Hornu, du 2 juin au 13 août 2006.
 
Copyright © *2015* *Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles*, Tous  droits réservés.

Se désinscrire