Copy
Use this area to offer a short preview of your email's content.
View this email in your browser

Editorial

2015 : Une année capitale pour le patrimoine industriel en Wallonie.

2015 : Année européenne du patrimoine industriel et technique…Une idée jadis lancée par des bénévoles et des associations non gouvernementales devient réalité. Le signal de départ a été donné officiellement ce 6 mars dans la salle du Comité des régions de l’Union européenne à Bruxelles. Les informations concernant cette année sont dès maintenant affichées sur le site web www.industrialheritage2015.eu. Il est dommage que la Région wallonne contrairement à Bruxelles n’en ait pas fait le thème des Journées du Patrimoine de septembre prochain. Tant pis ou tant mieux ! Ce qui permettra à beaucoup d’entre nous de participer pleinement au congrès du TICCIH à Lille du 6 au 11 septembre www.ticcih.org qui aura pour thème « Le patrimoine industriel du XXIe siècle. Nouveaux défis »

Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles ouvre cette année par la mise en ligne et l’édition des Actes du colloque du 6 juin dernier aux Moulins de Beez : « Que garder de l’industrie lourde du XXe siècle ? » qui rassemblent 10 contributions ayant trait principalement à la sidérurgie et au secteur automobile tant en Belgique qu’en France, au Grand Duché et en Allemagne. Il s’agit maintenant grâce aux enseignements de ce colloque de continuer notre travail de sensibilisation.

Comme vous le savez, PIWB est un acteur décidé pour la préservation d’un haut fourneau en Wallonie, à Liège ou à Charleroi. En ce qui concerne le HF4 de Marcinelle, l’avis du Collège communal est attendu prochainement suite au dépôt du rapport du groupe de travail sur le patrimoine sidérurgique. Le Bourgmestre Magnette déclarait dans une interview publiée par la Nouvelle Gazette du 2 février à propos du comité citoyen où PIWB joue un rôle actif : « Je salue leur action. Je pense qu’il faut conserver notre patrimoine industriel…Nous travaillons actuellement beaucoup sur la porte ouest et il faut voir ce que l’on peut faire avec ce haut fourneau mais il serait vraiment intéressant de le conserver dans le paysage ». C’est d’un bon présage d’autant plus que Paul Magnette est ministre-président de la Région wallonne.

C‘est en tout cas, durant cette année 2015, que devront être prises des décisions essentielles pour la préservation du  patrimoine sidérurgique wallon à laquelle PIWB aura apporté une contribution certaine. Nous aurons l’occasion d’en parler lors de notre assemblée générale qui aura lieu le 25 avril prochain à Mirwart dans le Luxembourg avec, l’après-midi, une visite d’un haut fourneau au bois à Marsolle. Une date à retenir dès à présent !

Jean-Louis Delaet,
Président de PIWB

 

Éditions numérique et « papier » du 5ème numéro de la collection 'Des usines et des hommes

"Que garder de l’industrie lourde du XXe siècle ?"

Un numéro certainement exceptionnel à plus d’un titre. D’une part, il rassemble les contributions originales et inédites (Actes du colloque) d’experts en matière de patrimoine industriel européen. En effet, rassemblés le 6 juin 2014 aux Moulins de Beez (Namur), à l’initiative de Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles (PIWB) et de l’Institut du Patrimoine wallon (IPW), ces experts ont débattu de l’avenir du patrimoine de l’industrie lourde du XXe siècle, un patrimoine relativement récent dont il est devenu urgent de préserver les vestiges remarquables. La définition de critères objectifs de sélection en vue d’une identification des éléments les plus représentatifs de ce patrimoine est une des priorités, en Belgique notamment, des milieux compétents en matière de préservation et revalorisation du patrimoine industriel et social. D’autre part, pour la première fois de son histoire éditoriale, Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles passe au numérique ! La revue N°5 est donc à présent disponible sous format « papier » (prix inchangé : 15 €) et sous une version numérique (8€) via l’E-shop de notre nouveau partenaire éditorial WAW – Wallonie Magazine (www.wawmagazine.be).




Photo de couverture : ©Lon Persich - Droits réservés 

Consultez le SOMMAIRE

Information et commande 

    - Version papier  (15 euros) 

CLADIC
Rue Lambert Marlet, 17 – 4670 Blegny
info@patrimoineindustriel.be
Tél. : 0032(0)4 237 98 18
Fax : 0032 (0)4 237 98 51

    - Version numérique (8 euros)

Waw – Wallonie magazine
www.wawmagazine.be – Onglet E-Shop
ou info@patrimoineindustriel.be


 


 

Assemblée générale des membres de PIWB, le 25 avril, à Marsolle - Visite guidée des vestiges d’un haut fourneau


La prochaine Assemblée générale de PIWB se tiendra, le samedi 25 avril, à Mirwart  (Saint-Hubert, province de Luxembourg). À l’ordre du jour, la visite du site de Marsolle (commune de Libin) où ont actuellement lieu d’importants travaux de dégagement et de mise en valeur d’un ancien haut fourneau: mise hors d'eau du bas du haut fourneau, remplacement d'un substitut de roue en relation avec les soufflets disparus, écoulements divers, figurations des constructions voisines, etc. Il est question de placer une structure pour figurer la partie haute du fourneau Ce complexe sidérurgique du 16e siècle (actif entre 1543 et 1592), fouillé et étudié entre 1984 et 1992 par Jean-Pol Weber à partir des riches archives du château de Mirwart, comportait un haut fourneau, actif entre 1537 et 1568, mais aussi une forge d'affinage, active jusqu'en 1592, d'un hall à charbon de bois et d'un habitat destiné au personnel (voir J.-P. WEBER, Marsolle: un complexe sidérurgique du XVIe siècle en terre de Mirwart. Bilan de neuf années de recherche (1984-1992), dans "Les notes du Fourneau Saint-Michel et du Musée de la Vie rural en Wallonie", 1997).
Jean-Pol Weber estime ce haut fourneau d'un type un peu plus ancien, plus sommaire, que celui du Hola de Spa, bien connu par la peinture de Jan Breughel dit de Velours (fin 16e-début 17e siècles) et par le dessin de Remigio Cantagalllina, en 1612.
De tels complexes sidérurgiques, proches des forêts d'où était tiré le combustible qu'est le charbon de bois, la Wallonie, de l'Entre-Sambre-et-Meuse aux Hautes Fagnes, en a compté sans doute des milliers, actifs du Moyen-Âge à la fin du 18e siècle. A cette échelle, cette tradition d'avant la révolution industrielle est bien plus qu'un artisanat et, comme d'autres activités à différents moments de l'histoire, elle relève de la pré-industrie par les investissements en capitaux qu'elle nécessite, par les techniques, affinées au fil du temps, qu'elle met en œuvre, par les hommes, techniciens et manœuvres, qu'elle a mobilisés ici ou là, pour des temps souvent fort courts mais sans cesse renouvelés. De plus, si l'épopée des sidérurgistes wallons en Suède au 17e siècle est connue, il serait étonnant que d'autres, depuis longtemps, n'aient pas exporté sous d'autres cieux un savoir-faire lentement constitué dans ce creuset wallon.
Dès lors, là où sera conservé le signal symbolique de toute la sidérurgie wallonne, n'y aurait-il pas lieu de faire une place à ces antécédents de la sidérurgie industrielle ?


Informations aux membres
- Accueil des participants à 10 h au Vieux Moulin (rue du Moulin à Mirwart).
- Assemblée générale.
- Repas au Centre d'Hébergement et de Loisirs de la province de Luxembourg (au menu : apéritif, salade périgourdine, barbecue, tarte maison et café).
- Descente vers la Lomme et la pisciculture du domaine provincial pour se rendre à pied à Marsolle à 2,5 km (45 minutes de marche sur une route en grande partie carrossable, sans forte montée, mais interdite aux véhicules - Pour ceux qui trouveraient la balade trop ardue, la possibilité d'un transport par véhicule sera possible, à l'aller comme au retour).
- Visite du site du haut fourneau de Marsolle sous la conduite de Jean-Pol Weber. 
- Retour à pied au parking et fin de la journée.

Accès au site :
a) Si vous n'avez ni GPS, ni carte, de Bruxelles par la E411 ou de Liège par Namur et la E42 et la E411 ou par la E25 et la E411, vous pouvez sortir de la E411 :
- soit à Wellin (sortie 23), prendre à droite (à gauche si vous venez de Liège par la E25) vers Halma (N94); au carrefour, puis prendre à gauche la direction de Rochefort (N846) par Chanly,  Resteigne et Tellin; à Tellin, au carrefour avec la N899, tourner à gauche; 200 mètres plus loin, tourner à droite vers St-Hubert (N846) par Bure; au rond-point à l'entrée de Grupont, tourner à droite (N803) vers St-Hubert; laisser Awenne à votre gauche et tourner à droite vers Mirwart, traverser le village puis descendre vers le Vieux Moulin et la pisciculture.
- soit à Tellin (sortie 23a) (attention : sortie impossible si vous venez de Liège par la E25 !), suivre la direction de Rochefort par la N899; à Tellin, tourner à droite vers St-Hubert (N846) par Bure; au rond-point à l'entrée de Grupont, tourner à droite (N803) vers St-Hubert, laisser Awenne à votre gauche et tourner à droite vers Mirwart, traverser le village puis descendre vers le Vieux Moulin et la pisciculture.
- soit à Transinne (sortie 24), tourner à droite (à gauche si vous venez de Liège par la E25) vers Beauraing (N40); après 500 m, laisser Transinne à gauche et tourner à droite vers Smuid ; dans le village juste après l'Hostellerie des Tilleuls , tourner à gauche vers Mirwart (attention : route étroite et sinueuse) pour arriver à la pisciculture du domaine provincial.
b) Si vous venez par Marche et Rochefort, prenez la N803 vers St-Hubert et rejoignez l'itinéraire ci-dessus à partir du rond-point de Grupont.
c) Si vous venez par St-Hubert, prenez la N803 vers Rochefort, laisser Awenne à votre droite et tourner à gauche à l'une des 2 routes d'accès à Mirwart.
Bref, pour arriver à Mirwart, il n'y a que 2 accès, l'un, par Smuid et la route étroite et sinueuse traversant le domaine provincial de Mirwart; l'autre, par 2 routes venant de la N803 reliant St-Hubert à Rochefort.

Le parking est aisé, soit près du Vieux Moulin, soit près de la pisciculture, de part et d'autre des ponts de la voie du chemin de fer Bruxelles-Luxembourg et de la Lomme. Pour ceux que la forte montée vers le Centre d'Hébergement et de Loisirs pourrait rebuter, il y a moyen de remonter en voiture et de se garer près du CHL (il vous faudra redescendre pour vous garer près de la pisciculture).


Inscription à l'adresse info@patrimoineindustriel.be.
Participation : 20 € par personne pour le repas (boissons comprises)

(Photo extraite de l'article "Fouille du haut fourneau de Marsolle" / J.P. Weber - Archaeologia Belgica, III - 1987. Coll. PIWB)

TICCIH Lille : Patrimoine industriel au XXIe siècle, nouveaux défis 



En clôture du colloque sur l’avenir du patrimoine de l’industrie lourde au XXe siècle, PIWB lançait un plaidoyer en faveur du patrimoine industriel et social en général. Ce plaidoyer (mémorandum) fut remis aux Gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Parmi les propositions du playdoyer, outre celle de déclarer 2015 « Année européenne du Patrimoine industriel et technique », PIWB proposait de consacrer, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, les traditionnelles et très fréquentées Journées du Patrimoine de septembre 2015 au patrimoine industriel. Dernière proposition qui n’a pas été retenue pour l’année à venir en Wallonie, contrairement à Bruxelles. Néanmoins, 2015 fera date ! En effet, le Comité international pour la conservation du patrimoine industriel (TICCIH) dédie son XVIe Congrès international (Lille, 6-11 septembre 2015) au « Patrimoine industriel au XXIe siècle, nouveaux défis ». Une semaine de conférences, de visites guidées et d’échanges d’expériences pour dresser un bilan du patrimoine industriel dans le monde et ouvrir de nouvelles perspectives sur ses acteurs, ses réalisations et sa reconnaissance.

À cette occasion, plusieurs membres de PIWB et de BruxellesFabriques (www.bruxellesfabriques.be) présenteront des communications (voir Newsletter N°43) :

-  L'action renouvelée de PIWB en faveur de la sauvegarde du patrimoine industriel en Wallonie et à Bruxelles, et particulièrement de l'industrie lourde du 20e siècle par Jean-Louis DELAET, président de PIWB

- Le patrimoine industriel en région bruxelloise, 25 ans d’actions par Guido VANDERHULST, président de BruxellesFabriques et vice-président de PIWB

- La restauration des machines exceptionnelles de l'ancienne brasserie Wielemans-Ceuppens, un projet socio-culturel original primé par Europa Nostra par Joaquin DE SANTOS DE BARBOSA, membre de BruxellesFabriques 

Le XVIe Congrès international du TICCIH sera également le forum idéal pour rappeler qu’il est urgent d’agir pour sauver notre patrimoine industriel et social belge et que, sans un travail collectif, concerté, participatif et pluridisciplinaire avec tous les acteurs concernés, il y a fort à parier que les démolitions iront toujours bon train.

Information sur le XVIe Congrès international TICCIH : ticcih-2015.sciencesconf.org

Péronnes-lez-Binche : la tour Saint-Albert en danger


L'AIRDC, association active pour la préservation du patrimoine, a fait appel à l’expertise de PIWB afin de sauver la tour Saint-Albert promise à la démolition. Les remarquables installations de surface de cet ancien charbonnage, propriété de la société Fluxys, doivent effectivement disparaître, comme l'ont confirmé les autorités binchoises le 26 décembre 2014. L’AIRDC est convaincue que la structure de cet édifice majestueux en béton armé ne souffre d'aucune défaillance et conteste de ce fait l'argument principal avancé par les autorités qui justifierait sa démolition, à savoir que le site requiert d'être sécurisé. La tour Saint-Albert, inaugurée en 1954, présente de nombreuses caractéristiques qui en font un bâtiment unique pour son époque, et précieux pour la région qui l'accueille. Il constitue notamment un exemple précieux de réalisation permise par le Plan Marshall en région wallonne. L’AIRDC cherche à convaincre les autorités compétentes de la faire classer rapidement, et ce, avec l'appui de très nombreux citoyens.

En lien :
a) un cahier réalisé par une association locale qui rassemble, de manière aboutie, des détails concernant la conception et la réalisation de ces bâtiments.
b) la lettre de PIWB au Ministre du Patrimoine

Information : sauvonslatoursaintalbert.wordpress.com/ www.facebook.com/Sauvonslatoursaintalbert


 

Blegny-Mine : exposition "Des mineurs et des savants"


La science n’est pas faite que par les savants. Entre production et interprétation, entre théorie et pratique, les échanges sont constants.
L'exploitation charbonnière était une activité structurante et a eu de multiples conséquences économiques et sociales. Mais nos mineurs ont aussi contribué à faire évoluer la Science et même notre conception du monde. Cette exposition vous propose de le découvrir.

L’exposition est ouverte les week-ends et jours fériés du 14 mars au 6 avril et tous les jours du 7 avril au 17 mai 2015, de 13 h à 17 h. Groupes sur réservation du 12 mars au 17 mai 2015, de 9 h à 17 h.

Cette exposition est proposée par le Centre d'histoire des sciences et des techniques de l'Université de Liège en collaboration avec Blegny-Mine.

Blegny-Mine
Rue Lambert Marlet, 23 
4670 BLEGNY
Tél. +32 4 387 43 33 
domaine@blegnymine.be
www.blegnymine.be
Prochaine conférence des Ministres du Patrimoine du Conseil de l’Europe à Namur !

A l’initiative de Maxime PREVOT, Ministre wallon du Patrimoine, et dans le cadre de la Présidence belge du Conseil de l’Europe, la 6ème conférence des Ministres du Patrimoine du Conseil de l’Europe sera organisée à Namur, du 22 au 24 avril prochain.

Le communiqué de presse.
Colloque international à Liège les 2 & 3 avril 2015 !
Les sites industriels de la Grande Région / Die Industriestandorte der Gro
ßregion


L'invitation - Le programmeL'inscription
 
Copyright © *2015* *Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles*, Tous  droits réservés.

Se désinscrire