Copy
www.volee-de-piafs.fr
voleedepiafs.asso@gmail.com
Retrouvez nous sur Facebook
Merci pour votre soutien à Volée de piafs et à la sauvegarde de la faune sauvage.
Faire un don

Bulletin de saison - été 2016

Chers adhérents et donateurs,

Tout d’abord, veuillez nous excuser pour ce bulletin tardif que vous auriez dû recevoir en juin. En cause, l’explosion des accueils qui nous laisse peu de temps pour le reste. C’est donc un bulletin d’été au lieu du bulletin de printemps habituel.

Les accueils


En ce début de mois d’août, nous venons d’atteindre le nombre d’accueils de toute l’année 2015, soit 2300 animaux ! Hors de question de refuser des animaux en détresse, mais comment les accueillir dans de bonnes conditions quand nous n'avons pas assez de moyens, pas assez de personnel et que nos infrastructures sont insuffisantes ? Nous lançons un appel à l'aide pour être secondés dans nos tâches au quotidien, mais aussi dans la recherche de financement.
 

Appel à l'aide !!!


L’association compte trop peu de bénévoles ! Nous recherchons des bénévoles sur différentes missions :
  • Participation aux soins des animaux : les bénévoles doivent venir régulièrement et sur la durée afin de pouvoir être formés au fur et à mesure. Attention, la majorité du travail consiste à nettoyer les cages et les box et préparer la nourriture des animaux. On ne les caresse pas, on ne les photographie pas : ils sont à l’hôpital !
  • Aménagement et maintenance des infrastructures : construction et entretien des aménagements, fabrication de petit matériel (couveuse, box), entretien du site....
  • Actions administratives et de communication : notamment la recherche de mécènes et de donateurs, la rédaction des dossiers de subventions...
  • Appui auprès des autorités locales : nous aider à faire du lobbying auprès des instances publiques pour que Volée de piafs soit reconnue et subventionnée (ex : en envoyant des lettres de soutien)
Les bénévoles sont sous la responsabilité du CA et de l'équipe en place. Ils recevront toute l’aide nécessaire pour accomplir leur mission. Sans aide supplémentaire, nous serons contraints d’annuler certaines actions ce qui est très dommageable au fonctionnement de Volée de piafs.

Pour toute information : voleedepiafs.asso@gmail.com

Les sous


Grâce à vos dons et adhésions de plus en plus nombreux, nous avons pu embaucher deux soigneuses en contrat aidé (financé en grande partie par l’Etat) depuis le début de l'année 2016. Ces emplois sont une aide précieuse pour Didier Masci, le responsable capacitaire du centre. La durée des contrats aidés (CAE) ne peut pas excéder 24 mois, nous espérons donc que nous aurons trouvé d'autres sources de financement afin de pouvoir pérenniser le poste d'une des deux soigneuses, sans les aides de l'Etat. Nous savons d’ores et déjà que nous n’aurons pas assez de subventions publiques pour cela, nous comptons sur le mécénat et sur vous !

A ce sujet, nous remercions chaleureusement les sociétés ECODIS et NUTRIFORM pour leur soutien financier.

Les financements obtenus fin 2015, grâce à la plateforme de financement participatif, nous ont permis d'acheter le matériel nécessaire à la construction d'une nouvelle volière à passereaux et d'un poste de lavage pour les oiseaux au plumage souillé. Dès que nous aurons assez de main d’œuvre bénévole sur le centre, nous débuterons les travaux : la volière sera construite en priorité.

Des pensionnaires atypiques

Au début de l'année, Volée de piafs a accueilli des pensionnaires assez inhabituels : des phoques gris. Quatre jeunes mâles ont été successivement accueillis en soins. Âgés de 3 mois environ, ce sont des juvéniles ayant perdu toute leur réserve de graisse après leur sevrage récent. Ces jeunes ont subi de plein fouet les intempéries de cet hiver et sont arrivés au centre en grande détresse : anémiés, affamés, blessés, en hypothermie, parasités... Ils proviennent de toute la côte atlantique : Île de Ré, Le Croisic, Noirmoutier et Cap Ferret. Les centres de soins spécialisés étant débordés, ils n'ont pas pu les accueillir. L'équipe a dû s'équiper en urgence avec du matériel adapté, et ce sans aucune subvention ou aide spécifique, pour prendre soin de ces nouveaux patients qu’il a été nécessaire de nourrir par sonde et de mettre au chaud.
Hélas, 3 des phoques n’ont pas survécu car trop affaiblis pour remonter la pente malgré les soins.
En photos, notre rescapé, arrivé du Cap Ferret maigre et couvert d’abcès. Aujourd’hui il est guéri, il s’est remis à apprécier le bain en barbotant tout d’abord, puis en nageant. Il a ensuite rejoint ses congénères au centre de soins des phoques d’Océanopolis avant d'être relâché avec succès le 11 mai 2016.
Le centre a également accueilli pour la première fois un bébé loutre, trouvé très affaibli au bord de l'Odet (29). La prédation était sûrement la cause de l'absence de sa mère. Malgré tous nos efforts et les soins que nous lui avons apporté, ce loutron n'a pas survécu. Il était beaucoup trop jeune et trop faible pour pouvoir survivre à cette épreuve.
Ces accueils spéciaux sont l’occasion de rappeler que Volée de piafs est le seul centre de soins breton habilité à détenir et soigner des loutres. Nous sommes également habilités à accueillir les phoques, mais nous ne recevons aucune aide publique pour cela, contrairement aux autres centres de soins et ce malgré nos diverses demandes et échanges, notamment avec la Région Bretagne ! Pourquoi cette différence de traitement ? Nous ne saurons malheureusement pas vous fournir de réponses.....

Les conseils de saison


L’été, c’est aussi la saison des insectes et malheureusement, tous ne sont pas des plus sympathiques. Il n’y a pas que les mouches et les moustiques, qui ont au moins le mérite de nourrir oiseaux et chauves­souris, il y a les plus vicieux et dangereux pour nos animaux, à savoir les poux et les puces.

Nous avons récemment découvert un produit formidable et écologique pour s’en débarrasser, à savoir, la Terre de diatomée. Une poudre extra fine fonctionnant comme de microlames de rasoir qui sectionnent la cuticule des insectes, provoquant leur dessèchement et leur mort. Nos poules étaient victimes des poux gris depuis des années sans que nous parvenions malgré tous nos efforts à les éliminer totalement, même en utilisant par désespoir des produits pas propres du tout. Mais depuis que nous utilisons la Terre de diatomée dans les nids, nos cocottes dorment paisiblement et ne se grattent plus. Ce produit est utilisable également sur l’animal lui-même et inoffensif pour nos amis à poils et à plumes.

Cet insecticide naturel est en vente dans toutes les Biocoop et produit par la Droguerie écologique basée à St Nolff.

La campagne gwelan rescue

... Autrement dit, la « Campagne goélands » a démarré le 1er juin comme chaque année. Les poussins de goélands en danger au port de Lorient ont investi le centre de soins en nombre, 650 à ce jour.
Cette campagne n’est plus seulement la nôtre, mais celle de l’ONG Sea Shepherd  dont les membres s’investissent à nouveau cet été pour sauver ces oiseaux. Depuis juin, les pirates de Paul Watson sont à nos côtés pour récupérer les grisards en détresse sur le port et effectuer les soins ainsi que le nourrissage au centre.

Sevices sur la faune sauvage: coup de gueule !

Nous recueillons régulièrement des renards et autres espèces, victimes de leur mauvaise réputation ou de leur statut de « nuisibles ». En ce début d'année, nous avons encore vu l'inadmissible : une petite renarde nous a été amenée très maigre, complètement paniquée et couverte de blessures sur le flanc droit. Elle restait prostrée, refusant de manger. La raison de son état ? Elle servait d’appât pour « l’entraînement » des chiens de battue ! Les blessures au flanc sont le résultat de morsures. Il lui manque également des dents, suite à des coups de pieds ou de bâton.
Les inspecteurs de l'ONCFS du Morbihan ont également conclu à un cas flagrant de maltraitance et de détention illégale. Nous avons porté plainte contre l'auteur des faits, auprès du Tribunal de Grande Instance de Lorient.

De tels sévices sur un être vivant et sensible doivent être immédiatement rapportés aux autorités et aux associations locales, pour avoir une chance de sauver l'animal et surtout empêcher son tortionnaire de récidiver.

L'animal du mois: Le martinet noir


On me confond souvent avec l’hirondelle et je suis comme elle synonyme du retour des beaux jours.
Comme l’hirondelle de fenêtre, j’arrive au mois de mai et comme elle aussi, je suis un citadin. Comme elle encore, je fends le ciel et sillonne gobant des insectes. Mais la ressemblance s’arrête là.
Avec mes ailes en forme de faux, on me surnomme la faucille du ciel. Et je suis vraiment le roi des airs ! Pensez que je passe ma vie à voler, et jusqu’à 1000 m d’altitude, que je ne me pose que sur mon nid pour couver et élever mes jeunes, à tel point que mes pattes sont devenues si courtes qu’elles ne me permettent pas de marcher, juste de ramper en m’agrippant pour aller dans mon nid. Je dors, mange et m’accouple en volant. Je niche principalement dans des fissures de mur, sous les toits, dans des cavités de rochers et falaises.

Fin mai début juin nos couples déposent 2 à 3 œufs dans une sorte de coupelle faite de matériaux attrapés en vol et agglomérés à la va­comme­j’te­pousse avec de la salive, car il faut bien avouer que la construction n’est pas notre fort, mais on n’est pas des hirondelles.

Au bout de 18 à 25 jours d’incubation, des crevettes roses voient le jour. Papa et maman se relaient pour les nourrir durant 45 jours en moyenne de mouches, coléoptères, moustiques...
Lorsque les jeunes sont en âge de partir et bien, ... papa et maman s’en vont et débrouillez-vous ! Alors c’est le grand saut dans le vide et c’est parti pour une année de vol sans se poser. Courant août, tout le monde prend la route vers le grand sud tout en bas là-­bas, l’Afrique du Sud.
Causes d’accueils au centre de soins

Chute au sol des adultes durant le vol : Si pour une raison ou une autre (choc, appel d’air d’un camion...) un martinet se retrouve au sol, ses courtes pattes et ses ailes trop longues ne lui permettent pas de reprendre son envol.
Il ne peut repartir qu’en se lançant dans le vide. Peu de gens connaissent ce détail et nombreux sont les découvreurs qui nous amènent l’animal le croyant blessé.

Blessures classiques dues à un choc : Véhicule en général

Chute au sol des juvéniles encore trop jeunes pour voler : Le problème des martinets en reproduction est le même que celui de nombreuses autres espèces, soit la raréfaction des sites pour nidifier. Nos bâtiments étant de plus en plus hermétiques (caches­-moineaux...) et restaurés, les sites sont en nombre insuffisant et souvent trop petits, provoquant la chute des oisillons devenus trop grands dans l’espace restreint. Ceux qui souhaitent venir en aide à ces oiseaux peuvent installer d’ici l’année prochaine des nids artificiels en vente à la LPO ou à fabriquer soi­-même selon ces plans

Attention : si vous trouvez un martinet au sol, recueillez­-le, mais ne tentez pas de le lancer sans nous téléphoner d’abord pour que nous vous expliquions comment faire.

Merci à vous !

Idée Culture

 
Cette saison, nous vous proposons de découvrir un bel ouvrage pour mieux comprendre  les renards.
Jean-Steve Meia, Le renard. Collections: Les sentiers du naturaliste, Delachaux et Niestlé, 2007 (édition originale), 2016 (ré-édition)

Mais aussi


Volée de piafs, invitée par L214, a participé à la Vegan Place de juin à Rennes et a reçu un accueil très favorable de la population rennaise.
Prochain RDV à Rennes, en septembre, avec les t-shirts, les autocollants et les badges de l'association. A suivre....

On parle de nous

 

Divers articles de presse à retrouver sur notre site internet:  Presse

A bientôt pour de prochaines nouvelles de Volée de piafs!

 
Si vous n'avez pas encore adhéré pour l'année 2016. Cliquez sur:
 Dons et adhésions

 
Copyright © 2016 Volée de Piafs, All rights reserved.