Copy
Août 2016
Facebook
Blogue

Info-Serre


 
Bonjour tout le monde,

La saga ayant suivi l'abrogation du Règlement sur les fruits et légumes frais nous a montré à quel point la mobilisation des voix convergentes était essentielle pour se faire entendre des décideurs.  Les PSQ, entourés d'autres acteurs du secteur bioalimentaire et des consommateurs, auront su utiliser les médias traditionnels et les médias sociaux afin que la mention "Produit du Québec" redevienne obligatoire.  Notamment, mon intervention et celle de Claude Laniel (DG) auprès du journal Le Soleil, ICI RDI, CBC et LCN auront permis au PSQ de faire pencher la balance en faveur des produits locaux.  Une belle victoire, et un soulagement de voir que le gouvernement va changer pour faire reconnaître les "Produits du Québec".

La production de végétaux d'ornements, et de fruits et légumes, les deux secteurs en importance en production serricole dans la province et représentés par les PSQ, évoluent ensemble, cependant dans des environnements assez différents.  

En horticulture ornementale, la consommation des ménages stagne depuis quelques années, voir diminue, malgré un engouement certain pour les plants potagers et comestibles au Québec et ailleurs.  Règle générale, les entreprises sont peu compétitives, les activités de production peu automatisées, et la concurrence étrangère fait sa loi.  Pourtant, le marché américain est en expansion, et les ventes aux magasins à succursales demeurent à ce jour marginales.  De réelles opportunités d'expansion existent!    

Vous l'avez lu dans notre Infolettre de juillet 2016 sous la rubrique "Un plan de croissance réaliste", les fruits et légumes de serre ont quant à eux le vent dans les voiles et le potentiel de croissance du secteur se heurtent à peu de défis de taille, si ce n'est que la faible production actuelle ne permet pas de dicter les prix sur les marchés locaux...  Des prix trop souvent bas couvrant à peine les coûts de production sur une base annuelle.  L'accroissement des superficies en production constituent donc la condition première pour une industrie en santé.  Plusieurs entreprises s'y affairent déjà!

Peu importe le secteur observé, il demeure possible d'en faciliter le rayonnement au Québec et à l'extérieur par la modernisation des moyens de production, par plus de concertation et de promotion, par des investissements privés accrus et des appuis publics augmentés.  L'automne qui s'en vient sera propice à la mise en oeuvre d'activités nous permettant d'y parvenir.  La compétitivité des entreprises en dépend, la satisfaction des consommateurs soucieux de consommer des produits de serre locaux de qualité également! 

André Mousseau, président Les Producteurs en serre du Québec

Quoi de neuf?

Adhérez aux PSQ, c'est dans votre intérêt!
Producteurs en serre, l'occasion est arrivée d'adhérer aux PSQ ou de renouveler votre adhésion!

Calculer le montant de votre cotisation n'aura jamais été aussi facile.  Une fois vos informations inscrites dans le formulaire d'''Adhésion membre 2016-2017'' (téléchargez-le ci-dessous), il vous suffit d'appuyer sur le bouton ''Calculez votre cotisation''.

Ensuite, 1) envoyez-nous votre formulaire rempli par courriel à slavoie@upa.qc.ca, et 2) faites-nous parvenir votre chèque par la poste à l'adresse indiquée en fin de formulaire.
 
Commencez dès maintenant à bénéficier de vos avantages comme membre des PSQ pour 2016-2017...  C'est dans votre intérêt!
Adhérez dès maintenant!
Formulaire adhésion PSQ 2016-2017
TÉLÉCHARGEZ
Être membre associé des PSQ, c'est payant!
Les PSQ vous offrent l’opportunité de devenir membre associé pour la période du 1er août 2016 au 31 juillet 2017.  Ce que nous vous offrons?  Un choix de quatre (4) plans de visibilité vous permettant d’atteindre, en plus de nos membres producteurs, entre 2 000 et 32 500 personnes impliquées dans le rayonnement de la serriculture au Québec (producteurs, transformateurs, fournisseurs d’équipements, d’intrants et de services, distributeurs, consommateurs et professionnels).  
 
N’attendez plus, faites votre choix parmi les options de membre Régulier, membre Or, membre Élite ou membre Privilège, et commencez rapidement à bénéficier des avantages offerts par le plan de commandite des PSQ.

Le savez-vous?!  Les producteurs en serre s’approvisionnent à hauteur de 50 M$ (millions de dollars) en intrants diversifiés, sans compter les dépenses énergétiques et les dépenses de main-d'oeuvre.  Vous êtes fournisseurs d'intrants, de biens ou de services pour les entreprises serricoles?  Il ne fait aucun doute que quelques-uns de nos membres producteurs bénéficient déjà de vos activités et comptent parmi vos clients! 
 
Être membre associé des PSQ, c’est payant!  Au plaisir de vous compter parmi nos collaborateurs pour 2016-2017…  Par ICI !!!
Devenez membre associé!
Formulaire 2016-2017
TÉLÉCHARGEZ
Pépinière Boucher, Saint-Ambroise
Horticulture ornementale: à la conquête des marchés!
Nous vous présentions dans l'Infolettre de juillet 2016 notre plan de croissance à l'horizon 2020 pour la production de légumes et de fruits sous serre.  Dans ce secteur, la consommation étant en constante augmentation et les prix toujours dictés par les importations, la volonté de doubler les superficies en production d'ici 2020 s’avérait réaliste.  Il en est tout autre pour le secteur de la production de végétaux d'ornements sous serre...

C'est connu, la production de végétaux d’ornements en serre au Québec stagne depuis quelques années.  La faible demande des consommateurs québécois et la difficulté des entreprises à pénétrer le marché des magasins à succursales (réseau de détaillants, chaines alimentaires et autres détaillants) en sont grandement responsables.  Néanmoins, les retombées économiques du secteur s'avèrent significatives.  En 2015, les retombées directes, indirectes et induites se sont chiffrées à 228 M$.  De plus, le secteur a généré pour les municipalités, les gouvernements du Québec et du Canada des retours fiscaux à la hauteur de 47 M$ net de subvention, en plus des 20 M$ annuels en taxes de ventes sur les végétaux.  Un apport non-négligeable à l'économie de la province! 

Tel que mentionné, la demande québécoise en végétaux d'ornements est toujours faible en comparaison aux autres provinces canadiennes: la moyenne des dépenses des ménages québécois est largement inférieure à la moyenne canadienne, l’écart étant de 60$ par ménage et par année, pour un écart total de 216 M$ annuellement (3,6 millions de ménage sont recensés au Québec).

En matière de distribution, les serriculteurs québécois ont vendus au cours de la période 2011-2015 près de 32% des leurs produits aux magasins à succursales et aux grossistes.  En comparaison, ce pourcentage est de 50% pour l’ensemble des entreprises canadiennes, soit 54% pour l'Ontario et 56% pour la Colombie Britannique. 
 
À la lumière de ces réalités et en projetant une augmentation de la dépense des ménages québécois au niveau de la moyenne canadienne actuelle à l'horizon 2021, nous estimons le potentiel de croissance de l’industrie à 15% par année...  Pour atteindre 275 M$ en 2021.  Actuellement, la valeur de la production de végétaux d’ornements en serre est estimée à 123 M$.  Pour y parvenir, une diversification des marchés sera requise... 

Malgré que les exportations québécoises aient décliné depuis quelques années - elles sont passées de 11 M$ en 2011 à 1,8 M$ en 2015 - le potentiel de croissance des marchés d’exportation s'avère élevé.  Selon les prévisions du Département de l'agriculture des États-Unis (USDA), l'organisme fédéral chargé de préparer les perspectives à long terme du marché et de la production, la balance commerciale américaine au chapitre des végétaux d’ornements sera négative à l’horizon 2021.  Les États-Unis devront importer pour une valeur de 67,5 M$ annuellement en 2021 afin de satisfaire la demande intérieure.  Une opportunité rêvée pour les entreprises québécoises d'étendre leurs activités hors du pays!  
 
Pour parvenir à fidéliser les consommateurs finaux et les intermédiaires de vente, et à conquérir les marchés étrangers, dont le marché américain, la compétitivité des entreprises devra cependant s'accroître.  Cela passe notamment par la modernisation des équipements et des structures de serre des entreprises.  De plus, un plan de développement complet susceptible de permettre l'atteinte des objectifs à l'horizon 2021 sera requis.  Il devra comprendre des actions concrètes pour supporter la présence des produits québécois dans les magasins à succursales et chez les grossistes.  Une étroite concertation avec le « Marché floral interprovincial » sera requise afin d'y parvenir.  De plus, un plan de promotion ciblant les consommateurs québécois permettra d’accroître les dépenses en végétaux produits en serre.  Les actions auprès des municipalités et des organismes publics, notamment par l'entremise de la campagne "Les fleurons du Québec", devront se poursuivre afin d’accroître les parts de marché des serriculteurs québécois en production ornementale.

Certes, la demande des consommateurs est faible et changeante, et les marchés locaux et d'exportation sont très compétitifs.  Le secteur n'en est cependant pas à son premier défi...  Et Il saura le relever avec brio!

Guide tomate

Production de la tomate de serre au Québec
En ligne!
Guide de production de la tomate de serre au Québec
TÉLÉCHARGEZ

Taxes municipales et scolaires

Vous avez sûrement été informés que le programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) sera bientôt modifié.  La réforme du PCTFA, qui accorde actuellement 1) un crédit de 100% pour les premiers 300$ de taxes municipales, de taxes scolaires et des compensations admissibles, 2) un crédit de 70% pour l'excédent des premiers 300$, et 3) un crédit de 85% pour la portion des taxes municipales admissibles applicables aux terres d'une valeur supérieur à 1 712$ l'hectare, transformera prochainement ces trois taux de crédit en un seul de 78%.  

Ce faisant, nous estimons que certaines entreprises serricoles paieront davantage de taxes, alors que d'autres verront leurs paiements de taxes diminuer.  Pour nous permettre de déterminer plus précisément l'impact de cette réforme du PCTFA sur les producteurs en serre, et afin de vérifier les modalités d'établissement des taux de taxations en fonction dans les différentes régions du Québec, une dizaine d'entreprises nous ont déjà fait parvenir leurs relevés de taxes municipales et scolaires des deux (2) dernières années.  Nous les en remercions!

Vous ne l'avez toujours pas fait?  Envoyez-nous le tout à psq@upa.qc.ca ...

Merci de votre participation!

Infolettre de juillet 2016

Vous n'avez toujours pas lu l'Infolettre de juillet 2016!?  Cliquez ICI  pour la parcourir...
Fraise-O-Bec, Métabetchouan-Lac-à-la-Croix

Énergie

Ferme aux petits oignons, Mont-Tremblant
La biomasse forestière a la cote!

L'intérêt pour l'utilisation de la biomasse forestière pour le chauffage en production serricole ne se dément pas.  Dans le cadre du projet ''Compétitivité maraîchère et serricole'', plus de 25 entreprises en production ornementale, de légumes et de fruits sous serre souhaitent mettent de l'avant des projets impliquant la ressource renouvelable en question.  Les initiatives sont multiples: modernisation du système de chauffage, installation de réservoir d'hydro-accumulation, installation de chaudière à biomasse, signature d'ententes d'approvisionnement, etc. 

Dans plusieurs régions de la province, la biomasse forestière constitue une ressource abondante dont l'approvisionnement en quantité et en qualité s'avère facile.  Cependant, il n'est pas toujours simple de déterminer les bons équipements à utiliser avec une biomasse donnée pour un chauffage optimal des infrastructures serricoles.  Pas évident non plus d'y voir clair dans les différentes configurations de systèmes de chauffage possibles!

Un partenariat prometteur entre le Fonds Biomasse Énergie, la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) et Les Producteurs en serre du Québec est en voie de concrétisation afin de faciliter la réalisation des projets des producteurs serricoles.  Il permettra aux producteurs d'obtenir du financement sous forme de prêts ainsi qu'un appui technique pour la réalisation de leurs projets diversifiés...  Plusieurs forfaits seront disponibles en fonction des besoins exprimés par les producteurs.  Plus de détails à venir, surveillez nos prochaines publications mensuelles...  Un projet pilote débutera à l'automne.

Ceci étant dit, le projet ''Compétitivité maraîchère et serricole'' est sur son air d'aller. Plus de 200 entreprises serricoles ont été contactées, et si la tendance se maintient, nous communiquerons avec les 700 entreprises de la province d'ici la fin du projet en 2018.

L'objectif demeure le même depuis le début: accompagner les producteurs en serre dans la réalisation de projets susceptibles d'influencer leur compétitivité, plus particulièrement lorsque l'amélioration de l'efficacité énergétique et la transition vers l'utilisation d'énergies renouvelables pour le chauffage et l'éclairage des serres sont concernés.

Vous avez mis en oeuvre ou planifiez de réaliser des projets en lien avec l'énergie nécessaire au chauffage et à l'éclairage de vos serres, ou vous prévoyez réaliser des activités susceptibles d'accroître la compétitivité de votre entreprise serricole?  Vous recherchez du financement ou des subventions pour y parvenir?

Contactez Simon Lavoie, agent de projet et d'information, pour bénéficier d'un accompagnement de qualité pour la réalisation de vos projets...  Au plaisir de se rencontrer!

Des freins au virage vert

En production de plantes ornementales, de légumes et de fruits sous serre, la facture énergétique représente 15 à 30% des charges annuelles d'exploitation.  Pour le chauffage des serres, une grande diversité de sources d'énergie est utilisée, soit (par ordre d'importance) les produits pétroliers, la biomasse, le gaz naturel, l'électricité et les énergies décentralisées (géothermie notamment). 

Par souci de réduire leur empreinte écologique tout en demeurant compétitives et rentables, les entreprises se détournent progressivement des produits pétroliers, contribuant ainsi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).  Pour la transition vers l'utilisation d'énergies renouvelables et l'amélioration de l'efficacité énergétique des activités de production, notre industrie est visiblement proactive!   

Le secteur serricole peine néanmoins à réaliser son virage vert, la disponibilité et l'accessibilité des incitatifs financiers n'étant pas optimales.  Notamment, lorsque les programmes de subventions du Bureau de l'efficacité et de l'innovation énergétique (BEIE) - puisant à même le Fonds vert - sont ouverts, les conditions d'admissibilité complexes et coûteuses pour la soumission de projet, et le suivi peu transparent en démotivent plusieurs, surtout les petits et moyens producteurs.  Or, par la force du nombre, ces entreprises locales privilégiant souvent des circuits courts de distribution ont le potentiel d'engendrer un impact significatif sur la réduction des émissions de GES.

Les activités d'accompagnement des producteurs réalisées dans le cadre du projet Compétitivité maraîchère et serricole mené par les PSQ depuis l'hiver 2016 le confirment: malgré leur détermination, les petits et moyens producteurs peinent toujours à effectuer la transition vers l'utilisation de biomasse forestière et d'électricité, ou à investir pour améliorer l'efficacité énergétique de leurs entreprises.  En effet, les programmes de subvention ne sont pas adaptés à leur situation.  Ce faisant, compétitivité des entreprises obligeant, ils n'auront d'autres choix que de privilégier, à regret, l'utilisation des produits pétroliers. 

Les objectifs ambitieux de la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec de réduire de 40% la quantité de produits pétroliers consommés et d'améliorer de 15% l'efficacité énergétique nous donnent tout de même bon espoir.  Les Producteurs en serre du Québec sont confiants que l'accès aux programmes en découlant sera démocratisé et que les incitatifs financiers seront davantage adaptés aux besoins des entreprises serricoles de petite et moyenne superficie.

"Produits du Québec", un retour tant espéré!

Les Producteurs en serre du Québec ont récemment partagé leurs inquiétudes quant aux conséquences de l'abrogation du Règlement sur les fruits et légumes frais du 25 juillet dernier concernant l'identification en magasin des produits québécois. Dans l'Infolettre de juillet 2016, les PSQ mentionnaient que c'est la non-obligation d'apposer la mention ''Produit du Québec'' aux points de vente au terme de la suppression du Règlement qui faisait craindre le pire, soit une plus grande confusion chez les consommateurs à la recherche de produits du Québec, de fruits et légumes frais locaux. 

Depuis, une masse critique formée de consommateurs et de producteurs ont su profiter de la diversité des tribunes médiatiques traditionnelles et des médias sociaux pour partager leurs préoccupations… Et ils ont été entendus! 

Les PSQ accueillent positivement l'initiative du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Pierre Paradis, qui a fait savoir récemment par voie de communiqué qu'il entendait ''réintroduire l'obligation ''Produit du Québec'' pour les fruits et les légumes frais'' offerts dans les différents points de vente au détail. C'est tout à l'honneur du gouvernement de chercher tous les moyens possibles pour faire la promotion des aliments du Québec, car ultimement c'est le consommateur québécois qui en profite!

Alors que les parts de marchés rudement acquises des fruits et légumes cultivés en serre au Québec semblaient vouloir s'effriter, voilà une annonce encourageant les distributeurs à mettre de l'avant l'identification ''Produit du Québec'' sur tous les légumes produits en serre que ce soit sous une marque privée du distributeur, sous la marque du producteur ou sous l'appellation « Aliment du Québec ».

Les PSQ au Canadian Greenhouse Conference

Le plus important événement canadien regroupant les producteurs et les intervenants du milieu serricole du pays, le Canadian Greenhouse Conference, se tiendra les 5 et 6 octobre prochain, au Scotiabank Convention Centre de Niagara Falls, en Ontario.

Les PSQ rassemblent actuellement un groupe de producteurs ou d'intervenants pour y assister, ça vous intéresse?  Contactez-nous le plus tôt possible au 450-679-0540, poste 8368, ou au slavoie@upa.qc.ca .

Veille PSQ

Vous souhaitez connaître, à chaque semaine, l’évolution des prix des tomates et concombres de serre sur les marchés grossistes de Montréal, Boston et New-York, l’évolution des volumes d’expéditions, et les recommandations de prix à fixer?  Vous désirez connaître les prix bottin de ces mêmes produits semaine après semaine?
 
Téléchargez le formulaire d’inscription ‘’Veille PSQ’’ et faites-nous le parvenir avec votre paiement par chèque.   N’hésitez pas à nous contacter pour plus de détails sur les modalités d’inscription ou pour toute autre suggestion. 
 
Nous regardons les possibilités d’ajouter d’autres légumes au bulletin Info-marchés…  Restez à l’écoute!
Abonnez-vous!
Formulaire Veille PSQ tomate (anciennement Info-marché tomate)
TÉLÉCHARGEZ

Une force pour prospérer!

Production de la tomate de serre au Québec
En ligne!
Dépliant ''Une force pour prospérer!''
TÉLÉCHARGEZ
Petits, moyens et gros producteurs de légumes de serre, engagez-vous dans la démarche de constitution d'une chambre de coordination et de développement (CCD), c'est la vôtre! 

Contactez ''Une force pour prospérer'' au 450-679-0540, poste 8366

Collaboration spéciale
Le Fonds Biomasse Énergie:  des solutions adaptées à vos besoins!

Horticulteur ou maraîcher, l’énergie est un élément essentiel à la production en serre et un enjeu pour la compétitivité de votre exploitation.   La chauffe à la biomasse forestière résiduelle représente une solution avantageuse.  Le prix est compétitif et plus stable que celui des énergies fossiles ce qui facilite la gestion de votre budget énergétique.   De plus, la biomasse forestière résiduelle constitue une source d’énergie renouvelable dont l’utilisation permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de valoriser une ressource locale contribuant ainsi à la vitalité des régions.

Toutefois, le montage d’un tel projet nécessite de l’expertise et du financement adapté.    De bons choix techniques et financiers peuvent faire la différence entre un succès ou non.     C’est avec ce souci qu’a été créé le Fonds Biomasse Énergie dont la mission est le développement structuré et durable de la filière énergétique de chauffe à la biomasse forestière résiduelle au Québec.
Le Fonds Biomasse Énergie offre un montage financier adapté, flexible et pouvant répondre à 100% des besoins.  Cependant, contribuer au développement structuré et durable d’une filière exige plus que du financement.  Le Fonds Biomasse Énergie cherche à  répondre aux différents défis d’implantation de projets de chauffe à la biomasse, directement ou par son réseau de partenaires.   Ces partenaires collaborent, par leurs services et expertises,  à la réalisation de projets.   Pour une entreprise désireuse d’utiliser la chauffe à la biomasse forestière résiduelle, le Fonds Biomasse Énergie représente une porte d’entrée qui facilite sa démarche et par conséquent contribue au succès de son projet.


Quels sont ces facteurs de succès ?

À chaque exploitation sa solution

Chaque serre comporte ses spécificités.  Avant de lancer un projet, le diagnostic de votre exploitation s’impose.  Il s’agit de dresser le portrait de la  situation énergétique de vos installations, sur les plans technique et économique.  Par la suite, si effectivement la biomasse est une option intéressante, l’étude de faisabilité technico-économique permet au promoteur de déterminer par quels moyens et dans quelles conditions un projet de chauffe à la biomasse peut être réalisé de manière rentable.  Différentes firmes offrent ce service mais assurez-vous de leurs historiques de réalisations.  Le Fonds Biomasse Énergie peut vous y aider.

Le financement

Il est impératif de bien planifier le financement du projet très tôt dans le processus. Le Fonds Biomasse Énergie peut préautoriser rapidement, à partir de l’étude de faisabilité, un financement qui pourra être ajusté, par la suite, lorsque le projet sera confirmé.  Ce positionnement financier facilite la planification budgétaire du projet et permet de poursuivre les étapes suivantes, l'esprit tranquille. 

Le Fonds Biomasse Énergie finance 100% du projet et les modalités flexibles protègent votre trésorerie. L’option d’emprunter davantage ou temporairement selon vos besoins est également disponible.
 
De plus, Le Fonds Biomasse Énergie compte parmi ses partenaires Fondaction, un Fonds d’investissement de 1.4 milliard de dollars.    Avec son produit Nutressor, Fondaction appuie l'industrie agroalimentaire dans ses projets de croissance.  Ainsi, un producteur en serre ayant un projet de chauffe à la biomasse doublé d’un projet de croissance, pourrait bénéficier d’un financement du Fonds Biomasse Énergie et d’un financement Nutressor de Fondaction

L’approvisionnement

L’approvisionnement a un impact important sur la performance énergétique, la fiabilité et la viabilité du projet.   Il s’agit probablement de l’étape la plus critique du projet.   

À ce jour, la biomasse forestière est un produit qui n’est pas normalisé de sorte que l’on retrouve sur le marché une biomasse aux caractéristiques très variables.   Or, ces caractéristiques ont souvent une forte incidence sur la performance énergétique selon les équipements utilisés.   Un approvisionnement de qualité doit fournir un produit aux caractéristiques relativement uniformes et stables, facilitant ainsi les opérations de la chaufferie.  Les principaux critères de qualité sont: le taux d’humidité, la granulométrie (grosseur et forme), l’absence de contaminants et le taux de cendre.

L’approvisionnement se doit également d’être efficace et sécuritaire, c’est-à-dire fournir de la biomasse en toutes circonstances et sur de nombreuses années.  La durée du contrat d’approvisionnement est un élément clé pour sécuriser ce volet.  Il est conseillé de prévoir une durée de contrat équivalente à la durée de retour sur investissement.  Quant au prix, il est important de tenir compte de la valeur réelle du produit en considérant son pouvoir calorifique optimum.  

Le Fonds Biomasse Énergie compte parmi ses partenaires un réseau de centres de conditionnement et d’approvisionnement provincial créé par le réseau des Coopératives forestières du Québec. 

Les coopératives forestières du Québec travaillent depuis déjà quelques années au développement de leur expertise en matière de récolte et de conditionnement de la biomasse forestière. Plusieurs missions d’études, des essais et des expérimentations ont été réalisés en collaboration avec des centres de recherche.  Le réseau bénéficie d’un programme de formation sur la gestion de l’approvisionnement en biomasse forestière et des services du centre de développement forêt-bois-énergie de la Fédération québécoise des coopératives forestières.

Ce réseau représente donc un atout important pour un approvisionnement efficace,  sécuritaire et répondant à des normes en matière de qualité du combustible.
Le choix, l’implantation et l’exploitation des équipements

Il existe aujourd’hui des équipements performants, dotés de système de contrôle automatisé qui assure une efficacité optimale sur les plans énergétique et environnemental. Encore faut-il les connaitre et savoir les choisir. La puissance est un critère important pour minimiser les coûts et maximiser la performance de l’équipement.  Quant au type de chaudière, le choix est fonction des caractéristiques de la biomasse qu’on va utiliser.  La sélection d’une chaudière s’effectue donc nécessairement après une étude des besoins et des possibilités d’approvisionnement.  Il est préférable de bénéficier de conseils puisque plusieurs paramètres techniques devront être considérés.   De bons choix, une planification adéquate du projet, un suivi de chantier et le recours à des compétences professionnelles et techniques représentent des facteurs de succès lors du choix et de l’implantation des équipements.

Bien choisir, bien implanter, reste à gérer la phase d’exploitation afin que les économies prévues soient au rendez-vous. La qualité de suivi et de maintenance est essentielle.

Vous voulez utiliser la biomasse sans avoir la responsabilité des opérations de la chaufferie ou sans investir dans les équipements ?    Le Fonds Biomasse Énergie compte parmi son réseau de partenaires, des entreprises qui offrent un service clés en main comprenant l’approvisionnement, la gestion et l’entretien des installations.  Dans certains cas, l’entreprise réalise les investissements et vend de l’énergie à ses clients au kilowattheure consommé.


Une compréhension de vos enjeux

Le passage à une énergie « durable » visant à améliorer l’efficacité énergétique et la réduction de l’émission de gaz à effet de serre, telle que la biomasse, requiert expertise et investissement adapté.  C’est pourquoi, Fonds Biomasse Énergie et Les Producteurs en serre du Québec unissent leurs efforts et leurs compétences respectives par une entente de partenariat visant à  stimuler et faciliter le développement de projets.   Ce partenariat témoigne de notre conviction que la chauffe à la Biomasse représente une option énergétique pouvant contribuer à la compétitivité du secteur de la production en serre au Québec.


par Claire Bisson, Chef Adjoint Investissement   

Nouvelles du monde serricole

Priorités de recherche du secteur serricole

Un travail de consensus s’est effectué au sein du Comité cultures en serre du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec - CRAAQ, au courant de l’été 2016, pour déterminer les besoins prioritaires de recherche du secteur serricole.

C’est avec grande fierté que nous vous présentons le document « Priorités de recherche – Culture en serre (légumes et ornemental) », lequel détaille chacune des 5 priorités élaborées, soit 1) la recherche économique incluant la commercialisation, la main-d'oeuvre et le comportement du consommateur, 2) l'évaluation des nouvelles technologies et de l'efficacité énergétique, 3) l'amélioration de la qualité des plantes horticoles, diversification des produits et salubrité des aliments (conventionnels et biologiques), 4) la gestion des ennemis des cultures et lutte antiparasitaire, et 5) protection de l'environnement et valorisation des résidus.  À lire!

Confusion dans la provenance des fruits et légumes

L'émission l'Épicerie est allée à la rencontre des consommateurs dans les chaînes d'alimentation du Québec afin de constater la confusion qui règnent chez les marchands en matière d'identification juste et claire de la provenance des fruits et légumes frais.  Pas facile de s'y retrouver!  Écoutez le reportage ICI.

Que préconisez-vous afin d'être assurés et rassurés d'acheter hors de tout doute des fruits et légumes du Québec?
Les Serres Bertrand en pleine expansion

Les Serres Bertrand ont agrandi en 2015 leur complexe serricole, passant de 17 000 mètres carrés à 65 000 mètres carrés de superficie.  Aujourd'hui, cela représente "une récolte de 4 millions de kilos de tomates roses par année, soit quatre fois plus de tomates qu'en 2014.  Elle sont distribuées dans les épiceries IGA et Métro."  Plus d'information dans cet article de Les Affaires...
 
BioClips - Investissements dans le secteur bioalimentaire

Nouveau Bioclips du MAPAQ! Un premier trimestre 2016 fertile en investissement dans le secteur bioalimentaire, notamment en production serricole...

Notamment, un investissement de 27 M$ a été fait aux Serres Lefort, à Sainte-Clothilde, en Montérégie, pour la culture de légumes de serre biologiques. Il est soutenu par un prêt et une garantie accordés par Investissement Québec (IQ). Le Fonds de solidarité FTQ et le Mouvement Desjardins sont également partenaires.
Programme Innov'Action
 
Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) annonce l’ouverture du concours 2016-2017 du Programme Innov’Action agroalimentaire.

Les demandeurs sont invités à présenter leurs projets en remplissant le formulaire de présentation ainsi que la documentation disponible sur le site internet, pour le volet 1 « Recherche appliquée » ou le volet 2, « Innovation en production agricole ». Tous les documents doivent être envoyés dans un même courriel avant le mercredi 5 octobre 2016, à 16 h. Inscrivez-vous!!!

À vos insectes!

Le Laboratoire de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ a besoin de VOS INSECTES RAVAGEURS dans le cadre d'un projet de collaboration avec l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA). L'objectif? améliorer les techniques d’identification moléculaires des ravageurs pour répondre aux besoins en diagnostic du secteur agricole.

Contactez Jean-Philippe Légaré du MAPAQ pour plus de détails et sur les modalités pour envoyer vos échantillons...

Le tétranyque de Lewis et la compatibilité fongicides et biofongicides avec la lutte bio...

Le tétranyque de Lewis, connu aussi sous son nom anglais Lewis mite,a été dépisté la semaine dernière dans la culture du poinsettia au Québec. Voici l'avertissement le concernant ainsi que des informations sur les stratégies d'intervention à adopter et les méthodes de lutte à privilégier.  Également, un avertissement sur la compatibilité des fongicides et biofongicides avec la lutte biologique en serre  Bonne lecture!
Donnez votre avis pour l'agriculture au Canada
 
Vous souhaitez donner votre avis sur les priorités identifiées par Agriculture et Agroalimentaire Canada pour l'élaboration du prochain cadre stratégique canadien en agriculture qui orientera les programmes à venir?! Suivez ce lien, vous avez jusqu'au 30 novembre 2016 pour y participer!
 

Événements à venir

SEP
11
Journée portes ouvertes sur les fermes du Québec
INFORMATION
SEP
15
Bilan phytosanitaire en pépinière et visite guidée de jardins méconnus
INFORMATION ET INSCRIPTION
SEP
15
Nouveautés printanières 2017 et marchandisage en jardinerie
INFORMATION ET INSCRIPTION
SEP
15-16
Congrès annuel de l'Ordre des agronomes du Québec
SEP
19-21
Conférence scientifique canadienne en agriculture biologique - 2ème édition
INFORMATION ET INSCRIPTION
SEP
21-22-23
Colloque international sur le développement durable
INFORMATION ET INSCRIPTION
SEP
22
Stratégie d'affaires 2016
INFORMATION ET INSCRIPTION
SEP
25
Webinaire - Le plan de marketing agroalimentaire
INFORMATION ET INSCRIPTION
OCT
5-6
Canadian Greenhouse Conference
INFORMATION ET INSCRIPTION
OCT
6-7
2ème Colloque international de la Chaire de recherche en droit sur la diversité et la sécurité alimentaires
INFORMATION ET INSCRIPTION
OCT - DÉC
22 - 3
Organic master gardener course
INFORMATION ET INSCRIPTION
NOV
16-17-18
Expo-FIHOQ 2016
INFORMATION
NOV
17
Assemblée générale annuelle - Les Producteurs en serre du Québec (PSQ) (dans le cadre de l'EXPO-FIHOQ)
INFORMATION

Remerciements

Les Producteurs en serre du Québec remercient ses membres associés PRIVILÈGE
Les Producteurs en serre du Québec remercient ses membres associés ÉLITE
Les Producteurs en serre du Québec remercient ses membres associés RÉGULIER
Blogue
Facebook
Vous recevez l'Infolettre mensuelle parce que vous avez demandé à rejoindre notre liste d'envoi.
Pour vous abonner / désabonner, envoyez votre adresse courriel à:

psq@upa.qc.ca






This email was sent to <<Adresse courriel:>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Les Producteurs en serre du Québec · 555 boul. Roland-Therrien · Longueuil, Qc J4H3Y9 · Canada

Email Marketing Powered by Mailchimp