Copy

Voir sur le web  | Rejoindre le club

Friteletter #2 - Samedi 26 décembre 2020

jjjjjj
Mon espace très perso

Salut Frites adorées, vous l'avez choisi en masse, c'est donc votre nom officiel, gravé dans la roche et pas sorti de nulle part (avec une mention spéciale à Las Fritas, notre suggestion préférée).

Donc, si vous êtes des Frites, il paraît logique que ceci n'est plus une It-List mais une... Friteletter bien-sûr, la newsletter qui donne la frite ! Tu vas voir, après l'optimisme (notre première Friteletter), on a choisi un thème très différent, parce qu'il nous a paru à la fois obscur, complexe, galvaudé et actuel. On a nommé la laïcité et on espère que ça te plaira !

LAÏCITÉ, DIS-MOI QUI TU ES

Tu vas me parler de quoi exactement ?
Entre l’assassinat de Samuel Paty et la loi sur les séparatismes on a encore beaucoup parlé de laïcité cette année. On a relevé le challenge costaud de 1 : te parler du sujet sans que ça donne de l’urticaire et 2 : t’aider à voir la lumière (sans mauvais jeu de mots) sur ce concept qui est, en fait, plus simple qu’il n’en a l’air. 

Ralentis Stéphanie, comment tu définis la laïcité ?
Bien vu. On a ressorti nos bouquins de collège (faux : on a tapé sur Google) pour trouver l’étymologie. Côté racine grecque : “laikos” signifie “tout le peuple”, côté latin “laicus”, veut dire “qui n’a pas reçu d’ordre du clergé”. Au-delà de nous permettre de briller, ces racines nous éclairent sur 2 points fondamentaux : la laïcité s’applique à tous les citoyens, et exige une indépendance entre Église et État. Pas étonnant que ce mot n’ait pas vraiment existé avant la fin du 19e siècle (on y revient). Ah, et un truc tout bête : il ne faut pas confondre “laïque” et “laïc” : laïque fait référence à la laïcité, alors qu’un laïc c’est un croyant qui n’exerce pas de fonction religieuse dans sa communauté. On peut donc être croyant et laïque, athée et laïque, laïc et laïque. Tu vois l’idée ? 

Je crois, oui. Mais ça ne me dit pas en quoi ça consiste.
On a compris une chose : la laïcité n’est pas une opinion ou un courant de pensée philosophique, c’est un cadre juridique. Ensuite, il peut y avoir des interprétations voire des instrumentalisations du concept juridique, mais dans ce cas-là, on ne peut pas utiliser le mot “laïcité”. D’ailleurs, voici quoi répondre à Tonton Grande Gueule qui dit que “la laïcité, c’est une idéologie".

Et dans ce cadre juridique, il y a quoi ?
Le socle de la laïcité en France, c’est la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État. Elle énonce 2 principes : 1/ d’abord, la liberté de conscience (art 1), cad la liberté d’avoir une religion, ou pas, d’en changer et de l’exprimer - dans la limite du respect de l’ordre public. Attention, on pense souvent qu’exprimer son culte c’est se rendre dans un lieu de culte (église, mosquée, pagode, synagogue...), mais en réalité c’est “toute manifestation extérieure de la foi”. Concrètement, ça veut dire que, quelque soit ta foi, tu peux la montrer par les signes que tu veux, et si pour ça tu veux t’habiller en vert fluo des pieds à la tête tous les jours, tant que ça n’empiète pas sur l’ordre public, c’est ok. 2/ Ensuite, la loi sépare les Églises et l’État (art 2) : l’État n’a pas de religion et est neutre, inversement, la loi n’intervient pas dans les cultes, et particulièrement pas dans leurs financements : les monuments des Églises tombent alors dans le domaine public et à partir de 1905, elles devront compter sur la générosité de leurs fidèles pour se financer.

Ok, si tu récapitules ?
Garde en tête que la règle #1 de cette loi c’est la liberté : de conscience et des cultes, qui sont égaux entre eux et face à la Loi. La séparation et la neutralité permettent de garantir cette liberté et cette égalité. Avec une limite à la liberté : l’ordre public. La liberté d’exprimer sa religion est la règle, l’interdiction est l’exception. Pourtant, aujourd’hui on peut avoir le sentiment que la laïcité c’est surtout des interdits. C’est dû à 2 lois passées dans les années 2000, l’une interdisant le port du voile à l’école publique (2004) et l’autre de dissimuler son visage dans l’espace public (2010). On assimile souvent cette dernière à un souci de respect de la laïcité, en réalité, elle ne mentionne pas la religion et à cette époque, on justifie la mesure par le besoin d’être à visage découvert pour faciliter le vivre ensemble ou pour des besoins d’ordre public (besoin de reconnaître les gens pour faciliter les contrôles par ex).

Ok, et pourquoi ça fonctionne comme ça en fait ?
Ahahah attention, on t’embarque dans un tunnel historique : on part au 16e siècle ! La France est dirigée par la dynastie des Valois, qui sont cathos. La couronne n’a pas la maxi côte et les catholiques et les protestants se livrent depuis 1562 une guerre de religion sanglante. Pour y mettre fin, en 1598 Henri IV promulgue l’Édit de Nantes : on reconnaît la religion protestante et on la tolère, mais on ne la perçoit pas comme “égale” à la religion catho. On ne parle pas des juifs, ni des athées. Moins de 100 ans plus tard, Louis XIV révoque cet édit et interdit à nouveau le culte protestant. Les relations entre les différentes religions et avec l'Etat sont agitées. C’est notamment pour ça - et aussi pour mettre le clergé au pas - que Napoléon Bonaparte décide de mettre un place le Concordat à partir de 1801 : les rapports entre les différentes religions et l’Etat sont réglementés, les prêtres et les pasteurs sont nommés et payés par l’Etat, et les religions minoritaires sont reconnues. Déjà une grosse avancée, mais à ce moment-là, le catholicisme est encore désigné comme “religion prépondérante en France”, alors que la France commence petit à petit à se séculariser.

Ah oui ? Ça se manifeste comment ?
Concrètement, séculariser, ça veut dire que des fonctions qui étaient accomplies par l’Eglise passent sous la coupe de l’Etat : sacre du Roi, mariages, et surtout : école. En 1882 et 1886, les lois de Jules Ferry lancent l’enseignement public gratuit, laïque et obligatoire. Ces lois scolaires mettent le pied dans la porte, on est en pleine IIIe République et deux courants s’affrontent : on a d’un côté la team d’Emile Combes, chef de gouv., très anticlérical et qui pense que la religion doit être uniquement privée. Leur blaze ? Les “laïcistes”. De l’autre, celle d’Aristide Briand (et pas de Dany), les “libéraux” : ils considèrent que la liberté de conscience doit primer et que les religions peuvent s’exprimer dans l’espace public. Je te précise ça, parce que cette division entre laïcistes et libéraux est encore présente aujourd’hui.

Ok. Et tu disais qu'en 1905, l'État coupe les ponts avec l'Église 
Oui, la loi fixe que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Mais elle essaie d’anticiper des situations concrètes et ça peut l'amener à se contredire. Par ex, elle dit aussi que les collectivités peuvent prévoir des budgets dédiés à des services d’aumônerie et « au libre exercice des cultes dans les lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons”. Donc, je ne finance pas directement, et je suis neutre en tant qu’Etat, MAIS, mes services peuvent financer des choses liées à la religion pour assurer que tous les citoyens puissent exercer leur culte librement.

Ah bon, mais c'est pas contraire au concept ?
En fait non, parce que l’Etat est garant de cette liberté de culte, c’est son taf d’assurer que ce soit possible d'exercer ou non sa religion, quelle qu'elle soit. L’idée, c’est notamment de rééquilibrer le rapport avec les religions présentes en France en 1905, dont les communes entretiennent les monuments - souviens toi, l'Etat a saisi les biens des Églises - et celles qui ont pris de l’ampleur après et dont les édifices dépendent uniquement des dons des fidèles. Ainsi, les collectivités ont le droit de mettre à dispo un local municipal ou de louer de manière ultra favorable un bâtiment public à une asso cultuelle qui en a besoin et elles peuvent aussi financer des travaux de lieux.

Bigrement tordu mais bougrement intelligent.
Yes, les mecs ont bien bossé, mais forcément, une fois cette loi passée, les communes ont commencé à poser des questions à l’État central : dois-je accepter que les cloches sonnent 15 fois par jour dans mon village ? Dois-je autoriser telle procession funéraire religieuse ? Puis-je mettre des crèches dans l'école ? Et puis avec l’évolution démographique de l’hexagone au cours du 20e siècle - une immigration notamment musulmane, montée en puissance de “nouvelles religions” comme l'Évangélisme - d’autres questions ont commencé à pointer le bout de leur nez. On a pris quelques questions pour voir comment le Conseil d’État (notre juge administratif suprême) a tranché.  

Donne moi du concret. Est-ce que je peux montrer ma religion quand je vais en rdv à la Mairie ?
Concrètement, ça dépend de quel côté du bureau tu es assise : si t’es agent public, non, tu es tenue à la neutralité, surtout si t’es en contact avec l'usager. MAIS, cela ne veut pas dire que tu n’as pas de religion, bien sûr, d’ailleurs, l’État interdit la discrimination à l’embauche pour ses opinions (religieuses, politiques, etc) et encourage les responsables à autoriser les absences au moment des fêtes religieuses. En revanche, si tu viens juste refaire tes papiers par ex, pas de problème, l'État respecte ton appartenance religieuse et peut aller jusqu’à prévoir l’organisation du culte cf. dans les hôpitaux ou les aéroports. Tant que ta façon de montrer ta religion n’empêche pas le service public de fonctionner, c’est ok.

Ok, je continue à te tester, et à l’école publique ?
Ah, ça c’est un sujet qui pique et dont on commence à parler dans les 90’s avec l’affaire des “foulards de Creil”. A l’époque, le Conseil d’Etat dit “Pas de problème pour le voile, SAUF, si cela empêche l’école de fonctionner correctement : cf. si cela nuit à la sécurité des élèves (ex. voile pourrait être dangereux en cours de chimie) ; si cela provoque du prosélytisme ou des pressions ; si cela empêche de prodiguer le même enseignement à tous (cf. les évangéliques qui demandent d’enseigner le créationnisme). C’était un peu une réponse à la normande quoi “les filles peuvent être voilées mais...c’est toi qui voit”. Pour les laïcistes (les héritiers de Combes t’as suivi), le prob c’est que “ça dépend”, bah, “ça dépasse”. Ils ont obtenu en 2004, la loi qui interdit « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port des signes ou tenues par lesquelles les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse ». Donc pas de voile, kippa ou croix énorme, en revanche, les signes religieux “discrets” sont autorisés.

Ok, et donc si je ne peux pas montrer ma religion à l’école, je ne peux pas demander un menu spécial alors ?
Si, justement, tu peux demander et les cantines scolaires ne sont pas obligées d'accepter mais, elles sont encouragées à faciliter l’exercice de la liberté de conscience par les élèves, toujours dans le même esprit de liberté des cultes. Evidemment, c’est toujours tant que ça respecte l’ordre public, le bon fonctionnement du service, la santé publique, etc. (Ici toutes les règles à jour sur la laïcité à l’école).

Capiche, et est-ce que si je porte un voile, je peux accompagner la classe des kids au Puy du Fou ?
Encore une polémique récente, des mères voilées avaient accompagné des élèves et il y a eu des critiques disant que c'était “contraire à la laïcité”. En fait, il a fallu se demander : est ce qu’on doit considérer l'accompagnement comme intervenante et donc soumise à la neutralité de l’agent public, ou est ce que c’est juste une usagère ? Au final, le Conseil d’Etat a considéré que, l’accompagnante était une usagère. Donc, elle fait ce qu’elle veut. Ceci dit, les établissements peuvent décider de favoriser une personne sans signe religieux en fonction du contexte (cf. tensions, activité dangereuse avec un voile etc).

Ok, et au boulot, je fais ce que je veux si c’est privé, non ?
A priori, oui, mais ça dépend de ce que t’y fais. Par défaut, l’employeur ne peut pas restreindre ta liberté sauf si c’est pas compatible avec ce que tu fais. Si ton truc c’est de marcher sur les mains toute la journée par ex, mais que tu bosses dans une usine avec plein de trucs dangereux au sol, ton boss peut te demander d’arrêter. Par ex, c’est comme ça qu’il a été donné raison en 2013 à la directrice de la crèche Baby Loup qui avait viré une salariée qui ne souhaitait pas enlever son voile. Un autre sujet sur la religion et le taf, c’est celui des jours fériés. Aujourd’hui on a 5 jours fériés civils et 6 fêtes chrétiennes. Pour contrebalancer, l’Etat encourage les employeurs privés - et les profs - à accorder des jours off lors des fêtes majeures des différentes religions.

Je vois, et t’as que des histoires de voile ?
Non, mais c’est vrai qu’il y a eu pas mal de décisions sur ce sujet qui était certes existant en 1905 (il y avait déjà 4 à 5 millions de musulmans dans les colonies françaises) mais pas central, moment où la loi a été bâtie surtout en réaction contre l’Eglise catho. Mais, justement, il y a aussi eu des décisions sur les crèches dans les bâtiments publics : certaines considéraient que cela devrait être interdit au nom du principe de neutralité, et d’autres que cela devait être autorisé car les crèches étaient en fait une manifestation culturelle et non religieuse. En 2016, le Conseil d’Etat a tranché : voie du milieu ! Ok pour mettre des crèches, si elles sont une manifestation culturelle et ne montrent pas d’allégeance religieuse particulière.

D’accord, mais on peut quand même se demander si ce concept de laïcité est encore au goût du jour non ?
Disons que, même si la société se sécularise (= devient moins religieuse), il y aurait encore une majorité de croyants aujourd’hui : 58 % des Français se considèrent chrétiens, alors que les "non religieux" représentent 32 % de la population et les musulmans un peu plus de 8 %. Mais la tendance pourrait bien changer d’ici à 2050 où on aurait plus de non religieux que de chrétiens et où l’Islam et les autres religions pourraient atteindre 12% de la population. Aujourd’hui on a donc un débat entre les “libéraux” qui disent “en fait la loi de 1905 est super, elle est claire et promeut la liberté, elle peut s’adapter à toutes les religions”. Et en face, on a les “laïcistes” qui souhaiteraient écarter la religion de l’espace public. Au milieu de ces teams, on retrouve les enjeux politiques et géopolitiques, sinon ce serait trop simple : c’est ça qui fait que Macron - plutôt de la team libéraux -  a proposé en 2018 une “refonte de la laïcité”, notamment pour encadrer et organiser l’Islam de France. Un des sujets mis en avant pour justifier le besoin de réforme c’est le sujet du financement de cultes, et en particulier des mosquées par des états étrangers, comme le Maroc, l’Algérie, la Turquie ou l’Arabie Saoudite, qu’on accuse d’ingérence et d’influence.

Et la loi sur les séparatismes alors, qu’est ce que ça a à voir avec la choucroute ?
Tu l’as deviné, cette “refonte de la loi de 1905”, n’a pas (encore?) eu lieu, mais, avec les attentats de 2020 - Charlie Hebdo, Basilique de Nice, Samuel Paty - réalisés au nom du terrorisme islamique, le sujet de la laïcité et particulièrement de l’intégration de l’Islam dans cette dernière a été remis sur la table. Pour E.Macron dans son discours de référence sur le sujet en octobre,"le problème, c'est le séparatisme islamiste” et le gouvernement a proposé une loi “confortant les principes républicains”. On l’expliquait ici.

Attends, et dis-moi, au fait on a le droit de blasphémer cad de critiquer voire injurier une religion ?
Avec l’assassinat du prof Samuel Paty en octobre, c’est un peu le grand débat actuel, sur lequel se retrouvent 2 principes : la liberté d’expression et la laïcité. Bon, déjà, en soi, le blasphème n’est pas une notion juridique : on peut critiquer ce que l’on veut en France, tant qu’on reste dans les limites de la loi, notamment qu’on incite pas à la haine (ce qui est passible de sanctions pénales). Donc la réponse est “oui, mais”. Le sujet ici c’est peut-être, au-delà du droit et de ce qui est puni ou pas, de se parler et se demander ce qui va être ressenti comme une insulte, ou pas.

Ok, et ça se passe comment à l’étranger ?
Déjà, il existe à peu près autant de façons de concevoir les relations entre le religieux et le politique, qu’il existe d’Etats. Dans certains pays, les 2 pouvoirs ne sont pas séparés et le religieux dirige le tout - comme en Iran où l’Islam est la religion officielle ; dans d’autres ils ne sont pas séparés mais toutes les religions sont libres - comme au UK où la Queen chapote à la fois Royaume et Église anglicane  ; dans d’autres encore, Églises et État sont séparés mais la société est très religieuse - comme aux US où le Président jure sur la Bible, la devise dit “In God we trust” etc. D’ailleurs, les US sont le pays le plus proche du droit français à ce sujet mais les 2 pays en ont une interprétation assez différente et l’Etat français se "mêle" davantage des affaires de religion. C’est sans doute ce qui fait que notre version du secularism (je t'ai pas dit que "laïcité" se traduisait pas ?) est souvent mal comprise voire mal perçue à l’étranger.

🥡L'info à emporter : La France se définit dans sa Constitution comme une “République indivisible, laïque, démocratique et sociale”, elle assume d'emblée que son absence de lien avec une religion en particulier est dans son ADN et c’est une vision assez singulière. Cette laïcité à la française est d’ailleurs souvent mal comprise par l’étranger et il existe autant de façon de concevoir les relations entre politique et religieux qu’il existe d'Etats. En France, même 115 ans après la loi de 1905, le clivage entre la team des libéraux qui sont ok d’avoir la religion dans l’espace public et des laïcistes qui veulent la cantonner au privé est encore présent. À cela s’ajoute que le concept de laïcité est pas mal instrumentalisé à des fins politiques et qu’on perd parfois de vue ce que c’est : un concept juridique qui dit que la liberté de cultes prime par défaut et qu’on l’interdit exceptionnellement.


J'ai encore soif, tu me conseilles quoi pour devenir une re-sta hors catégorie ? 

Pour combler tes oreilles pendant que tes mains sont occupées
  • Prends 20 min. et plonge dans l'histoire d'Henri IV et des guerres de religion. Le + : tu peux l'écouter avec tes neveux.
  • Ces 6 podcasts de 10 min. qui nous font rencontrer 6 penseurs de la laïcité dont Ataturk, Jaurès, Briand et Voltaire.
  • Ce podcast de 40 min. reprend l'historique de la loi 1905, le contexte de sa conception et sa remise en cause en 2020.
  • Ce débat de 30 min. sur la laïcité à l’école en 2020 entre Vincent Peillon (ancien ministre de l’Education Nationale) et la sociologue Dominique Schnapper.
  • Cette chronique de 3 min. sur la loi de 1905 dans les colonies.
  • Découvre pendant 1h, Samuel Grzybowski, ce mec qui, à 17 ans, a créé l'asso Coexister, qui deviendra la référence sur le sujet de l'interconviction et dont on reçoit la présidente, Radia Bakkouch en janvier (t'es pas inscrite ?).
Pour ravir tes mirettes d'images et de graphiques.
  • Ces vidéos de 3 min. faites par Bibliothèques sans frontières qui posent des questions pratiques concrètes, pensées pour les collégiens, mais bien pour nous aussi.
  • La chaîne Youtube de Coexister France, notamment leur vidéos pédagogiques qui donnent des clefs sur les grandes religions monothéistes. On apprends plein de trucs aussi sur leur compte Insta.
  • Cette vidéo sur les positions des candidats à la présidentielle de 2017 par rapport à la laïcité.
  • La bible statistique sur les religions en France.
  • Les dates clefs de la laïcité 
Pour mettre un pavé dans tes mains.

Pour binger utile.

  • Pour découvrir l'horreur des guerres de religion : La Reine Margot
  • Le film des Hommes et des Dieux, qui raconte l'histoire des moines de Tibhirine en Algérie. Très beau.
  • Timbuktu, magnifique film africain sur la façon dont un peuple fait face aux islamistes.
  • Ce docu chanmé sur l'islam à Marseille.
Vous en avez d'autres ? Dîtes-nous, on fera passer le mot !

 
Sondage : Dis, cette Friteletter, t'en a pensé quoi ? 
 
Génial
 
Pas mal
 
J'ai pas aimé

❤️ I love it, I love it

Pour alléger ta valise, le bord de ta baignoire, et tes poubelles. Dans la team cosmétique solide, on fait pas beaucoup mieux que Superbon. Ingrédients 100% naturels, sans perturbateurs endocriniens, sans plastique et ils duurent. Bref, c'est superbien, et t'as 15% sur tout le catalogue (sauf les coffrets). Il suffit de passer par ici !

Vous faîtes quelle taille ? Question piège, côté lingérie, on a l'impression que c'est jamais la bonne taille. C'est pour ça que les cops de Lolo font 57 tailles de soutiens-gorges, confectionnés à la demande avec des des matières qui ne font mal ni à la planète, ni à tes lolos. Et t'as 15€ de réduc dès 95€ d'achats avec le code LOLOVE-VOXECLUB-15. Yololo !

Biotifoule. Comme toi. Pour le rester sans te tartiner le visage de cochoncetés et tout en te débarassant de ce bouton tout mignon et tout rond sur ton menton, il y a un secret : le sérum guerre des boutons de Cosmoz. Et comme c'est vraiment des supers cops, t'as 20% de remise avec le code VOXE20. Oui oui.

Psst. Ça, ce sont nos derniers bons plans spécial Club, comme tout, tu peux les retrouver en permanence dans ton espace perso.


🍟 Que demandent les frites ?

Joyeux Noël, Frite chérie ! On espère qu'il y avait plein de trucs cools dans ton petit soulier. Du côté de la team, on a fini par offrir des cartes cadeaux du Club à tours de bras, on a pas trouvé mieux. 

En tous cas, à l'heure où tu nous lis, on prend des vacances après cette année de montagnes russes et on est probablement en train de se piffrer de tranches de saumon sur lits de blinis en se disant qu'on a une chance folle de vous avoir toutes rencontrées, frites chéries !

Depuis qu'on a mis en place nos questionnaires pour faire connaissance, on a des bouffées de fierté. Comme par exemple quand on a découvert que Tanja D. s'est motivée à passer son bac à 26 ans, qu'Adeline S. s'est lancée dans une reconversion (toutes les deux un peu grâce au Boostcamp !), que Laura P. s'est lancée dans l'écriture d'une BD, qu'Anne G. fait des formations théâtrales pour lutter contre le sexisme (tu nous invites ?) et que Pauline R. donne des cours en ligne de
yoga et méditation et reverse une partie à la Fondation des femmes - C'est tous les dimanches matins et tu payes ce que tu veux, on a hâte de tester !

Franchement, bravo les meufs !!!

Si tu l'as pas encore fait, viens nous parler de toi et dis-nous si tu veux qu'on fasse une annonce pour toi👇.
 

Je te parles de moi !



On te salue bien bas et on se retrouve le 2 janvier dans tes fritemails, il paraît qu'on aura une fritesurprise pour toi (trop de frites tue la frite ?). Bisou-coude !


👀 Who's next ?

Vu qu'on est des as de l'organisation, on a décidé de pousser cette friteletter jusqu'au bout, et lundi 11 janvier à 19h, on a un ASKIP à l'heure de l'apéro avec Radia Bakkouch, la Présidente de Coexister, mouvement interconvictionnel génial présent dans toute la France. Petite ou Grande Frite, lève la main si tu viens !

 
Je viens !


Psst. Toutes les Frites qui veulent venir sont bienvenues, les inscriptions sont dans l'espace perso, c'est gratis pour les Grandes Frites, réduit pour les Petites et pour vos amies.
Mon espace très perso
Tout se passe dans ton espace perso : inscriptions aux Askip, codes promos et autres surprises. 

Si t'as une question, répond à ce mail, Chloé la frite lit tout !

 

Voxe
112ter rue Cardinet 75017 Paris