Copy
Infolettre SSE #7
View this email in your browser

PROJET PILOTE DE RECYCLAGE DES PLASTIQUES MÉDICAUX


Dans le cadre d'un projet pilote financé par Environnement Canada, l'équipe de SSE réalise depuis décembre 2014 une caractérisation des plastiques générés par les activités de l'hôpital Pierre Boucher à Longueuil. Par la suite, en février et mars 2015, ce sera au tour de l'hôpital Jean-Talon. 

Tous les jours, les hôpitaux du Québec envoient des tonnes de plastique à l'enfouissement au lieu de les recycler... sacs de solutés, emballages divers, tubulures, masques à oxygène, champs bleus, etc. Les premiers résultats de cette étude montrent cependant qu'un fort pourcentage des ces plastiques sont d'excellente qualité et feraient certainement le bonheur de l'industrie du recyclage. 

Le but de ce projet est justement de dresser un portrait ultra précis des types de plastiques générés par chaque département pour interpeller l'industrie du recyclage des plastiques et leur faire valoir la haute pertinence de mettre en place des systèmes de récupération adaptés à la réalité terrain des hôpitaux. L'objectif ultime étant de voir ces matières non comme des déchets mais comme une richesse qui a une valeur économique. 
 












 

 






 
















Source : CSSS Pierre-Boucher


Plus d'informations
Un projet pilote pour recycler le plastique des hôpitaux

LE BISPHENOL A ET SES ALTERNATIVES : UN SUJET TRÈS CONTROVERSÉ.

Le bisphénol A (BPA) est un plastifiant et un antioxydant utilisé en particulier dans les revêtements des boites de conserve et des bouteilles en plastique. Il est classé comme « perturbateur  endocrinien », c'est-à-dire qu’il perturbe le système hormonal humain. Selon certaines études, il augmenterait également la pression artérielle… voilà plusieurs bonnes raisons d'éliminer les produits en contenant de nos vie!
 
Selon une étude réalisée par l’équipe Inserm/CEA/université Paris Diderot et publiée dans la revue spécialisée Fertility & Sterility, les deux produits de substitution du BPA,  le bisphénol S (BPS) et le Bisphénol F (BPF) provoquent le même niveau de perturbation hormonale sur des cellules masculines que le BPA.
 
L’Union Européenne a banni le BPA en janvier 2011 des biberons en plastique alors qu'il a été banni de ces mêmes contenants en 2007 au Canada. Par la suite, en 2013, la France l’a interdit dans les contenants alimentaires destinés aux enfants de 0 à 3 ans et en janvier 2015, son interdiction a été étendue à toutes les boites ou bouteilles à usage alimentaire. Il n’y a cependant à l'heure actuelle aucune réglementation concernant le BPS et le BPF.
 
En janvier 2015, l’EFSA (l’autorité de sécurité alimentaire européenne) a publié sa réévaluation complète de l’exposition au BPA et de sa toxicité. Les experts de l’EFSA ont conclu que le BPA ne posait pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge (y compris les enfants à naître, les nourrissons et les adolescents) aux niveaux actuels d’exposition. Cette affirmation a été hautement contestée par Anja Leetz, directrice Générale de Health Care Without Harm Europe, un organisme qui a pour mission d'accompagner les établissements de santé à réduire leurs impacts sur l'environnement et sur la santé.

Dossier à suivre. Nous recommandons cependant de privilégier le principe de précaution dans ce dossier. Il existe en effet de nombreuses alternatives saines à coût égal!




Plus d'informations  
 

COMMENT LES DOCTEURS PEUVENT AIDER À REDUIRE LA POLLUTION LIÉE AUX MÉDICAMENTS?


Notre partenaire Health Care Without Harm vient de publier un nouveau guide s’adressant aux médecins. Ce document oriente les docteurs vers des pratiques plus vertueuses en matières de gestion des déchets pharmaceutiques. 

Beaucoup de résidus de médicaments sont en effet rejetés dans l’environnement via les excréments et l’urine. Entre 30 et 90% des médicaments en prise orale peuvent en effet se retrouver dans l’urine. Cette situation est problématique dans la mesure où ces résidus peuvent entraîner l'apparition de nouvelles maladies. Une surconsommation d’antibiotiques ingérés en buvant de l'eau du robinet "contaminée" peut résulter dans le développement d'une résistance microbienne. Autre exemple, les œstrogènes synthétiques contenus dans les pilules contraceptives peuvent entraîner des problèmes de reproduction chez les amphibiens en conduisant à la féminisation des mâles.

Une étude réalisée à l'échelle de la planète a d'ailleurs montré que partout dans le monde les sources d'eau potables contiennent différents résidus pharmaceutiques et leurs métabolites. Par ailleurs, il n'y pas que l'eau qui peut contenir des résidus de médicaments, les animaux aquatiques peuvent bio-accumuler ces matières que nous ingérons donc à travers la nourriture que nous consommons.




Plus d'informations
Guide élaboré par Healthcare without harm

ELECTROBAC: OFFRIR AUX EMPLOYÉS ET AUX VISITEURS UN SYSTÈME SIMPLE DE COLLECTE DES PRODUITS ÉLECTRONIQUES  DE PETITES DIMENSIONS

 
Au Québec, seulement 11% des déchets électroniques sont récupérés ou recyclés, le reste va directement au site d’enfouissements des déchets, faute  de bacs de récupération mis à disposition dans des endroits accessibles pour tous.

Electrobac répond à ce problème avec ses 100 bacs actuellement accessibles dans des lieux de fréquentation tels que des hôpitaux, des universités, des supermarchés (…). On peut par exemple en apercevoir au métro Longueuil ou au complexe Desjardins. Ces bacs de récupération sont d’une taille variable, et récupèrent tous types d’appareil électroniques comme des portables, des tablettes numériques, des Ipod, des brosses à dents électriques, des rasoirs électriques, des cartouches d’encre (…).

Certes, les frais initiaux s’élèvent à 1 500$ de dépôt de garantie mais les avantages sont nombreux et rendent ce système indispensable. En effet, outre un service à la population, ces bacs offrent une meilleure sécurité des données personnelles. Ils sont composés d’un métal résistant, et il est impossible de rentrer la main pour voler les objets. De plus, ils réduisent les frais logistiques et les déplacements inutiles grâce à un système de signal automatique lorsqu’ils sont pleins, sans pour autant avoir besoin d’être branchés : leur batterie a une autonomie de 7 ans. Et c’est sans compter le rapport annuel que fournit l'entreprise, permettant ainsi de faire un suivi environnemental et de bonifier l’image de l'établissement en vue d'une certification Boma Best ou LEED par exemple.

Tous les électroniques récupérés sont envoyés à des centres canadiens qui sont certifiés par le Bureau de Qualification des Recycleurs(BQR). Cet organisme audite et atteste que le centre a et maintient des normes rigoureuses en matière de recyclage, de réemploi et de destruction des données tout en s’assurant que les appareils électroniques ne sont pas exportés dans des pays en développement. Une fois arrivé au centre de recyclage, il y a deux parcours possibles pour l’appareil électronique : s’il est considéré comme apte au réemploi, il est remis en état pour une utilisation subséquente par des particuliers, des organismes sans but lucratif et d’autres organisations. S'il est en fin de vie utile, il est recyclé. Les matières issues du recyclage des électroniques telles que les métaux et les plastiques seront réutilisées dans la fabrication d’une foule de produits.

Dans le secteur de la santé, un projet pilote a été monté au Centre Universitaire de Santé McGill, plus précisément à l'hôpital général de Montréal. Le bac a récupéré 100 lbs de déchets électroniques depuis son implantation à l'été 2014. 

Bac à l'hôpital général de Montréal
crédit photo : Électrobac



Plus d'informations
Site internet d'Électrobac
Qu'arrive-t-il aux produits électroniques en fin de vie utile? (vidéo)

POUR INFORMATION

SSE est une entreprise d'économie sociale dont la mission est d'accompagner les établissements de santé et de services sociaux à réduire leurs impacts tant sur l'environnement que sur la santé en adoptant les principes de santé environnementale et de développement durable.

Depuis sa fondation par des professionnels de la santé en 2006, SSE a accompagné une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux dans des mandats de santé environnementale et de développement durable.

SSE regroupe une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux membres bénéficiant d'outils variés et de l'expertise spécifique de l'équipe de SSE.


Communiquez avec SSE?

SYNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT - 2014
Copyright © 2014  SSE, Tous droits réservés.