Copy
Infolettre SSE #16 - janvier 2016
Visionner ce courriel dans votre navigateur
SSE a tenu son assemblée générale annuelle le 12 janvier 2016. 
 
Une trentaine de personnes y ont assisté, représentant les organismes et établissements suivants :
  • APTS,
  • CHUM,
  • CISSS de la Montérégie-Est,
  • CISSS de la Montérégie-Ouest,
  • CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'île-de-Montréal,
  • CIUSSS du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal, 
  • CIUSSS de l'Ouest-de-l'île-de-Montréal,
  • CIUSSS du Nord-de-l'île-de-Montréal,
  • Conseil régional de l'environnement de Montréal,
  • CSN, 
  • CUSM,
  • D'un couvert à l'autre,
  • Lange Bleu,
  • RECYC-QUÉBEC,
  • Résidence Angelica,
  • SigmaSanté,
  • Université McGill,
  • Urgences-santé.
Nathalie Chauvin, directrice des services techniques du CISSS de la Montérégie-Est, a donné une conférence sur les actions mises en oeuvre par le CSSS Pierre-Boucher en matière de santé environnementale.

Des élections ont eu lieu. Les neuf places du conseil d'administration sont comblées :
  • Dr Jean Zigby, membre fondateur, médecin de famille au CLSC de Côte-des-Neiges et spécialiste en soins palliatifs à l'hôpital général juif de Montréal
  • Thomas Adams, membre fondateur, spécialiste en évaluation des impacts sociaux chez Hatch 
  • Fiona Hanley, infirmière, professeure au collège Dawson
  • Julie d'Entremont, directrice des ressources informationnelles au CIUSSS du Nord-de-l'île-de-Montréal
  • Yves Charbonneau, directeur des opérations chez SigmaSanté
  • Joël Bolduc, responsable des approvisionnements chez Urgences-santé
  • Germain Caron, chef de service en Éco-salubrité au CUSM
  • Chelsea Pandelidis, responsable DD à l'hôpital général juif de Montréal (CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'île-de-Montréal)
  • Lise Marcotte, directrice adjointe des services techniques au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal
De gauche à droite : Joël Bolduc (CA), Julie d'Entremont (CA), Yves Charbonneau (CA), Fiona Hanley (CA), Jérôme Ribesse (directeur général SSE), Alicia Herlem (conseillère SSE), Jean Zigby (CA), Thomas Adams (CA), Lise Marcotte (CA), Germain Caron (CA), Chelsea Pandelidis (CA) et Nathalie Robitaille (directrice adjointe SSE).

SEL, DÉNEIGEMENT, POLLUTION ET SOLUTIONS


Le déneigement est la principale dépense de la ville de Montréal. Pour une tempête de neige, le coût peut s'élever jusqu'à 17 millions de dollars. Les dépenses liée à ce service sont donc phénoménales, pour un résultat qui laisse souvent les piétons insatisfaits. Outre l'aspect financier, les pratiques actuelles soulèvent de grandes questions sur les impacts environnementaux des pratiques actuellement en cours. En effet, le sel de voirie est particulièrement mauvais pour l'environnement. Santé Canada le considère d'ailleurs comme toxique.

Lors des périodes de dégel, les substances contenues dans le sel de voirie se retrouvent dans les nappes phréatiques et
dans les cours d'eau dont le fleuve Saint-Laurent. Selon une étude menée par l'université Laval, le sel perturberait le pH de l'eau, favorisant alors la propagation d'algues bleu-vert. On se rappelle les alertes aux cyanobactéries que le Québec a vécu il y a 2 ou 3 étés et qui ont rendu un grand nombre de lacs impropres à la baignade.



C'est là que le jus de betteraves fait son entrée. Non toxique pour l'environnement et résistant à des températures plus rudes que le sel, la betterave semble n'avoir que des avantages. Sauf que... bien que les betteraves utilisées dans ce cas précis soient incolores, il semble, selon les témoignages de plusieurs riverains, qu'elles ne soient pas inodores! Second problème : l'utilisation de betteraves pour des fins de voirie entre en compétition avec leur utilisation comme aliments. 

Pour aller plus loin :
Québec : la betterave permet de le déneigement

Déneigement au jus de betteraves à Montréal 

DES HYDROCARBURES DANS NOTRE ALIMENTATION ?


Nouveau scandale dans l'industrie agro-alimentaire ! Des hydrocarbures se cacheraient dans nos aliments.
Comment est-ce possible ?
Les emballages seraient en partie responsables, sans oublier les pesticides utilisés pour cultiver les aliments et qui contiennent parfois des dérivés d'hydrocarbures tels que des phtalates.





 

En France, six produits sur dix testés présentent un risque cancérigène selon Foodwatch, y compris des produits bio ou destinés aux bébés. Les substances concernées sont également mutagènes et présentent des risques pour le système endocrinien. On y retrouve des huiles minérales ou des hydrocarbures aromatiques d’huiles minérales (MOSH ou MOAH).

La contamination peut avoir lieu durant la chaîne de production, l'entreposage ou le transport. Mais à en croire l’étude menée par Foodwatch, les huiles minérales ont généralement migré des emballages en papier ou carton recyclé vers les aliments. La faute notamment aux encres d’impression abondamment utilisées. « Le recyclage du papier est, bien sûr, important pour l’environnement, mais les emballages fabriqués à partir de fibres recyclées présentent un danger réel pour la santé si les aliments ne sont pas protégés de façon adéquate », peut-on lire dans cette étude. Le problème majeur réside dans le fait que le consommateur ne peut en aucun savoir si des hydrocarbures se cachent ou non dans ses aliments.
Quant à l’hydroxyanisol butylé dit BHA, - See more at: http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/31311/comment-petrole-vous-mangez-sans-savoir-tue-votre-libido#sthash.5MEHUyww.dpuf

Exemple de substance préoccupante, l'hydroxyanisol butylé dit BHA est un additif alimentaire capable de conserver goût, odeur et forme. Les gommes à mâcher, les soupes déshydratées, la margarine en contiennent, tout comme des viandes, céréales et aliments riches en matières grasses.
C’est aussi un additif alimentaire capable de conserver goût, forme et odeur. Les gommes à mâcher, soupes déshydratées, margarine en contiennent tout comme des viandes, céréales, aliments riches en matières grasses.  - See more at: http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/31311/comment-petrole-vous-mangez-sans-savoir-tue-votre-libido#sthash.5MEHUyww.dpuf
C’est aussi un additif alimentaire capable de conserver goût, forme et odeur. Les gommes à mâcher, soupes déshydratées, margarine en contiennent tout comme des viandes, céréales, aliments riches en matières grasses.  - See more at: http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/31311/comment-petrole-vous-mangez-sans-savoir-tue-votre-libido#sthash.5MEHUyww.dpuf
Quant à l’hydroxyanisol butylé dit BHA,
Quant à l’hydroxyanisol butylé dit BHA, - See more at: http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/31311/comment-petrole-vous-mangez-sans-savoir-tue-votre-libido#sthash.5MEHUyww.dpuf



Pour aller plus loin :

ENTRE DOUTES ET VÉRITABLES DANGERS: LA CONTRACEPTION ÉCOLO EST-ELLE POSSIBLE ?

Plusieurs questions surgissent lorsque l'on mentionne la contraception. Quels sont les effets sur l'organisme des femmes ? N'est-ce pas sexiste de considérer la contraception comme exclusivement (ou presque) féminine ? Quel est l'impact des oestrogènes sur notre environnement, que ce soit sur la faune ou sur la flore ? Une contraception écologique est-elle possible ?



 

Le réseau internet s'affole face à ces questions. Entre lobby médicamenteux, théorie du complot, témoignages et fausses études, difficile de distinguer le vrai du faux. Les produits chimiques constituant les moyens contraceptifs classiques tels que la pillule, l'implant, les patchs, etc... endorment le cycle naturel des femmes, déréglant ainsi volontairement leur organisme. Source de troubles psychologiques chez certaines, les hormones ne conviennent pas à toutes. De plus, de nombreux scientifiques s'inquiètent de l'impact environnemental de ces oestrogènes passant dans les urines, n'étant pas traités dans les stations d'épuration et polluant les rivières. La fertilité de certains poissons en serait altérée. 

Mais alors quel moyen de contraception choisir ? Les préservatifs constituent une méthode fiable, mais leur composition
en latex peut entraîner des allergies. Le plus souvent biodégradables, ils sont néanmoins composés de produits chimiques, dont certains sont des perturbateurs endocriniens. Les préservatifs naturels constituent donc un meilleur choix, mais ils sont rares et plus chers. Le solution la plus écologique et fiable serait alors le stérilet en cuivre, sans hormone, peu cher et d’une durée de vie de quelques années. D'autres méthodes sont également en pleine expansion et consistent à la connaissance parfaite de son corps.



Pour aller plus loin :

VIVRE DANS UN ENVIRONNEMENT SAIN, PREMIÈRE ÉTAPE POUR UNE SANTÉ DURABLE


Ce bâtiment révolutionnaire innove en matière d'architecture et de respect de l'environnement. Son architecte, Werner Sobek le décrit comme "propre, efficace, et fonctionnel". Cette maison est totalement autonome. Elle n'a besoin d'aucun combustible fossile, d'aucune énergie et peut se recycler entièrement. D'où son surnom : "maison triple", une maison zéro déchet, zéro énergie et zéro émission.



 

Cette maison, produite en Allemagne, fournit 8 300 kilowatts par an et n'en consomme que 4 200 grâce à des panneaux solaires, mais aussi à son ingénieuse conception. Les 4 100 kilowatts produits en excès ne sont pas perdus, ils sont simplement exporté aux maisons voisines.

Cet habitat encore au stade de prototype, va bientôt être testé par quelques rares chanceux. Si les résultats sont concluants, la maison pourrait être mise sur le marché d'ici quelques années. Bien qu'il faudra encore longtemps avant de pouvoir envisager cette solution triple à l'échelle d'un centre de soins, voilà qui pousse la réflexion et la technologie dans le sens d'une construction plus respectueuse de l'environnement et donc de la santé.

 


Pour aller plus loin :

La maison du futur est allemande et s'appelle B10 - hi-tech

Présentation de la maison triple
 

LE CLIMATO-SCEPTICISME, ÇA EXISTE ENCORE !?

Alors que les experts du climat ne cessent de démontrer la preuve du réchauffement climatique, certains continuent de douter de ce fait. Par exemple, 44% des habitants du Québec se disent climato-sceptiques. Entre doutes, manipulation gouvernementale et faux prétexte pour taxer plus, tous les arguments sont bons pour renier ce phénomène climatique.




Bien que le climato-scepticisme puisse paraître cocasse et même risible, il reste un danger. Ce scepticisme pousse au nihilisme et fatalement à l'inaction. Or, les effets sur la santé, que l'on croit ou non aux changements climatiques, sont, eux, bien réels ! Les milieux urbains sont désormais des espaces dans lesquels les maladies respiratoires et cardiovasculaires sont fréquentes. Les allergies et l'asthme se développent très rapidement. D'après le bilan dressé par l'OMS, le taux de concentration de particules nocives serait en moyenne de 11,2 microgrammes par mètre cube d'air à Montréal. Bien que préoccupant pour la santé des montréalais, ce taux est bien faible en comparaison d'autres villes, comme Paris, ou ce taux atteint 22,7 microgrammes, Mexico qui atteint 66 microgrammes ou encore Beijing avec 121 microgrammes par mètre cube d'air, selon l'OMS.

Le climato-sceptiscisme est donc toujours existant malgré une santé dont la qualité se détériore. Ce phénomène de remise en cause des preuves existantes du réchauffement climatique peut engendrer une baisse d'intérêt et donc d'action. Or notre santé, elle, n'attendra pas.


Pour aller plus loin :

Climatosceptiques : la science, le doute et le déni #DATAGUEULE 49

Les paradoxes du climato scepticisme (en français) 

LE PAVILLON K, UN BATIMENT AXÉ SUR LE BIEN-ÊTRE DES EMPLOYÉS ET DES PATIENTS

Si le nouveau pavillon K de l'Hôpital Général Juif de Montréal a d'abord été pensé dans un contexte  de réhabilitation et de gain de place, son architecture s'est aussi fortement orientée vers le bien-être de ses occupants, tant patients qu'employés.

Sur dix étages, quatre seront consacrés aux soins. Spacieux, haut de plafond et lumineux, ces étages ont été conçu dans une logique de bien-être. La lumière naturelle a été favorisée grâce à de nombreuses fenêtres, mais aussi grâce à deux cours intérieures. Le bien-être des employés a également été mis en avant avec des salles de repos presque entièrement vitrées.





Dans ce nouveau bâtiment, les visiteurs pourront suivre en temps réel le cheminement "médical" de leurs proches grâce à des tableaux numériques dignes de terminaux aéroportuaires. Une salle unique au monde a même été créée pour l'accompagnement des nouveaux-nés prématurés. La nouvelle "mode" étant le plus souvent de les isoler dans des chambres individuelles, les enfants pourront ici être regroupés par six dans une seule et même salle en fonction du niveau de soins dont ils ont besoin. Stimulant pour les nourrissons, rassurant pour les parents, encore une fois le bien-être reste le mot d'ordre.

Pour aller plus loin :

COMMENT RÉDUIRE L'EMPREINTE CARBONE DE NOTRE ALIMENTATION?

Grâce à l'expansion du choix et des produits, la consommation alimentaire s'est peu à peu transformée. Laissant souvent place à la consommation rapide, beaucoup d'aliments encore comestibles sont jetés à la poubelle. Cela constitue dès lors un problème de gaspillage qui a également des effets sur  notre empreinte carbone.



 

L'empreinte carbone du gaspillage alimentaire mondial est estimé à 3,3 milliards de tonnes de CO2. Autant de tonnes de CO2 qui pourraient être évitées, au moins au niveau individuel, par quelques solutions simples qui reposent sur la conservation, la prévoyance et l'organisation.

Pour ce qui est des établissements de santé, le problème est réel. Parmi les métiers de la restauration collective, les centres de soins détiennent le record en matière de gaspillage, ce qui se traduit par des coûts financiers et environnementaux élevés.



 

Le déshydrateur thermique peut alors être un bon moyen de pallier ce phénomène. Récoltant les déchets alimentaires, il les transforme en une poudre sèche pouvant ensuite être utilisée comme compost. Ne résolvant pas la queston du gaspillage à la source, il permet néanmoins d'en soutirer quelques bénéfices.


Pour aller plus loin :

PCB, ENVIRONNEMENT ET SANTÉ

Jean-Claude Amiard 


Après avoir été fabriqués massivement et utilisés pour des applications extrêmement diversifiées jusqu'à contaminer tous les écosystèmes de la planète, les polychlorobiphényles (PCB) sont interdits depuis plus de 30 ans. Leur persistance dans l'environnement, leur (éco)toxicité chronique et la difficulté qu'on a à les détruite ont engendré depuis les années 1970 un problème majeur à la fois environnemental et de santé publique, dont la gestion est délicate.

Cet ouvrage de référence propose une synthèse complète des connaissances actuelles sur les PCB, leur comportement au sein des différents compartiments physiques de l'environnement et leurs effets sur les organismes vivants. Croisant des expertises universitaires, opérationnelles et industrielles, cet ouvrage convoque de nombreuses disciplines telles que la chimie, la biochimie, la physique, l'(éco)toxicologie, l'épidémiologie, la médecine clinique...

PCB, environnement et santé s'adresse à tous les ingénieurs, techniciens et industriels concernés par la prévention, l'évaluation et la gestion des polluants ainsi qu'aux gestionnaires, décideurs et autorités impliqués dans les problématiques de risque sanitaire et d'impact environnemental. Il intéressera également les enseignants et les étudiants de troisième cycle.



 

 

 
Vous avez envie d'informations hebdomadaires de la part de SSE? Suivez-nous aussi sur LinkedIn et/ou sur Facebook .
 
 

POUR INFORMATION

SSE est une entreprise d'économie sociale dont la mission est d'accompagner les établissements de santé et de services sociaux à réduire leurs impacts tant sur l'environnement que sur la santé en adoptant les principes de santé environnementale et de développement durable.

Depuis sa fondation par des professionnels de la santé en 2006, SSE a accompagné une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux dans des mandats de santé environnementale et de développement durable.

SSE regroupe une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux membres bénéficiant d'outils variés et de l'expertise spécifique de l'équipe de SSE.


Communiquez avec SSE?

SYNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT - 2014
Copyright © 2014  SSE, Tous droits réservés.