Copy
Infolettre SSE #9
View this email in your browser

ZOOM SUR L'HÉMODIALYSE


En France, le Centre de dialyse DIAVERUM ARLES accueille chaque année 95 patients et réalise 13 562 séances d’hémodialyse. Des services qui génèrent un volume important de matières résiduelles, notamment des déchets ménagers et des déchets biomédicaux. Plusieurs raisons à cet état de fait : les emballages et conditionnement des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux (carton, polystyrène, palettes, …), les contenants/contenus de produits pharmaceutiques, l’utilisation de dispositifs médicaux à usage unique, ou encore le papier et les déchets alimentaires.

















L'agence Primum non nocere, notre partenaire français, a donc mis en place une série de préconisations pour réduire les impacts environnementaux des soins de dialyse. L’eau osmosée, par exemple, rejetée en quantité importante peut être réutilisée pour les toilettes et/ou pour l’entretien des espaces verts. Par ailleurs, le centre utilise des dispositifs médicaux exempts de phtalates, ce qui permet ainsi de réduire les impacts sur la santé tant des patients que des employés. 

Dans l’étude réalisée, il est également question des émissions de gaz à effet de serre induites par les déplacements domicile-travail du personnel et par les trajets des patients. Enfin, un programme d’achats éco-responsables a aussi été mis en place grâce à un logo « indice vert »sur les catalogues de la centrale d'achats CAHPP.

Pour en savoir plus
Dialyse, Enjeux et préconisations

LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L'ENVIRONNEMENT MENACÉS PAR LE TRAITEMENT TRANSATLANTIQUE EENTRE L'EUROPE ET LES ÉTATS-UNIS

Dans le cadre de ce nouvel accord commercial transatlantique visant à uniformiser les normes phytosanitaires de part et d'autre de l'Atlantique, un nouveau produit de rinçage antimicrobien, déjà utilisé aux États-Unis, devrait être autorisé cette année en Europe pour désinfecter les carcasses et les viandes de volailles. 

Les risques? Premièrement, un des composants de ce produit antimicrobien, le HEDP, n’étant pas biodégradable, pollue les rivières et se retrouve ainsi dans les assiettes des citoyens. Selon les calculs de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), cette molécule, toxique pour la faune aquatique, pourrait se retrouver en fortes quantités dans les eaux de surface, jusqu’à 32,5 fois la dose jugée sans risque. Autre danger, celui de l’émergence de bactéries résistantes au produit lui-même, mais aussi aux antibiotiques.

Un traité qui laisse donc perplexe… Les pressions exercées par l’industrie agroalimentaire et les responsables commerciaux états-uniens seraient-elles si fortes qu'elles puissent entraîner un recul des normes alimentaires de l’Union Européenne?

Mentionnons que récemment aux Etats-Unis, une réforme sur l'utilisation des produits chimiques dangereux a été écrite par... le lobby des produits chimiques lui-même! 

Cette nouvelle menace pour notre santé s'ajoute aux taux déjà élevés de pesticides présents dans nos fruits et légumes, si l'on en croit le dernier rapport publié par l'agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). 




Pour en savoir plus :

BLOC OP : LES TEXTILES RÉUTILISABLES SONT DE RETOUR!

Lorsque l'on parle de bonne gestion des matières résiduelles, on a tout de suite en tête les fameux "3 RV", c'est-à-dire, la réduction à la source, le réemploi, le recyclage et la valorisation. Qui dit réduction à la source, dit inévitablement approvisionnements éco-responsables. En 2015, plusieurs hôpitaux américains se sont regroupés pour trouver une alternative réutilisable aux blouses et champs utilisés en grande quantité dans leurs salles d'opération. 

Avant d'opérer ce "retour en arrière", il a toutefois fallu répondre à certains questionnements : 

  • Les tissus peuvent être abîmés durant le lavage et il faut s'assurer qu'ils sont stérilisés ;
  • Il arrivent souvent aux chirurgiens de couper dans les tissus lors des opérations ;
  • Un grand nombre de blouses sont égarées.

Ces questions prisent en compte, les avantages de revenir aux textiles sont nombreux : confort, coûts moindres, efficacité et respect de l’environnement. Cerise sur le gâteau, ce changement s'accompagne d'une réduction de 90% des déchets ultimes des salles d’opérations, excluant les déchets biomédicaux.

Alors, qui se lance au Québec? 



Pour aller plus  loin :

WEBINAIRE

SSE a tenu un webinaire sur la conservation de l'eau dans les établissements de santé. Ce webinaire a été développé en partenariat avec notre partenaire ontarien, la Coalition canadienne pour un système de santé écologique (CCGHC). Ce projet a été rendu possible grâce à un financement d'Environnement Canada dans le cadre de son programme de financement Éco-Action.

Cliquez ici pour accéder à l'enregistrement du webinaire.

AGORA DU C2DS 

La 9ème Assemblée générale annuelle du C2DS aura lieu le 4 juin 2015 à Paris.

Sujet : Les impacts du changement climatique sur la santé humaine et animale en France et dans le monde. 


POUR INFORMATION

SSE est une entreprise d'économie sociale dont la mission est d'accompagner les établissements de santé et de services sociaux à réduire leurs impacts tant sur l'environnement que sur la santé en adoptant les principes de santé environnementale et de développement durable.

Depuis sa fondation par des professionnels de la santé en 2006, SSE a accompagné une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux dans des mandats de santé environnementale et de développement durable.

SSE regroupe une vingtaine d'établissements de santé et de services sociaux membres bénéficiant d'outils variés et de l'expertise spécifique de l'équipe de SSE.


Communiquez avec SSE?

SYNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT - 2014
Copyright © 2014  SSE, Tous droits réservés.