Copy

Vendredi 1er octobre 2021

Bonjour à toutes et à tous,


Notre campagne Ulule est toujours en cours ! Nous avons besoin de votre soutien pour dépasser les 50%, nous en sommes à 46 % ! Vous pouvez toujours retrouver toutes les informations concernant le projet sur la page Ulule.

Nous comptons sur vous pour être parmi les premiers à nous soutenir. Vous pouvez toujours profiter des quelques dernières offres early bird encore disponibles. Cette promotion est limitée, n'hésitez pas à en profiter vite. Nous comptons sur vous pour parler du projet autour de vous !
Aujourd’hui, nous vous proposons une newsletter spéciale climat et fonte des glaces ! Alors que la France peine toujours à diminuer assez ses émissions de gaz à effet de serre, le tribunal administratif de Paris pourrait bientôt sommer l’Etat de réparer ce préjudice écologique, dans le cadre de l’Affaire du siècle. Ce jeudi, la rapporteure publique a fait ses propositions, on vous détaille les enjeux. On apprenait mercredi que le Mont Blanc avait perdu 91 cm en deux ans, on vous explique aujourd’hui pourquoi. Et on en profite pour vous expliquer aussi pourquoi il est important de scruter le changement climatique aux pôles grâce à Jean-Baptiste Sallée, l’un des soutiens de notre campagne ! Enfin, la Norvège annonce qu’elle n’exploitera plus de charbon en Arctique à partir de 2023.

Bonne lecture, et à lundi !

Merci pour votre soutien, de la part de toute l'équipe : Chaymaa, Ouns, Jeanne, Sophie, Léo, Amira et Matthieu
L'AFFAIRE AVANCE
#AffaireDuSiècle - La France doit réparer son préjudice écologique d'ici fin 2022
Le 3 février 2021, le tribunal administratif de Paris reconnaissait l’État coupable d’inaction climatique et l’existence d’un préjudice écologique. Une nouvelle audience a eu lieu ce jeudi 30 septembre pour évaluer une possibilité d’injonction. La rapporteure publique a proposé aux juges d’enjoindre l’Etat à prendre toutes les mesures nécessaires pour cesser l’aggravation climatique d’ici la fin de l’année 2022.
Lire l'article
91 CM EN MOINS
#FonteDesGlaces - Pourquoi la hauteur du mon Blanc a-t-elle diminué ?

L’Ordre des géomètres a mesuré à la mi-septembre l’altitude du mont Blanc. Depuis sa dernière mesure officielle en 2017, le sommet a perdu quelques centimètres. Il est passé de 4808,72 m à 4807,81 m en 2021. Entretien avec Ludovic Ravanel, géomorphologue au CNRS, spécialisé en hautes montagnes, pour comprendre ce phénomène.

Il souhaite rassurer : "Pour l’instant, et heureusement à 4800 m d’altitude, il n’y a pas encore d’effet du réchauffement climatique, si ce n’est peut-être une augmentation de la température des glaces elle-même. Mais on reste de toute façon à des températures très largement négatives. Il n’y a donc pas de modification d’aréologie, c’est à dire de l’écoulement du glacier en tant que tel."

Lire l'article
SUIVRE LES PÔLES
#Climat - Le changement climatique aux pôles nous concerne tous

Jean-Baptiste Sallée, chercheur en océanographie au CNRS a contribué à l’écriture du dernier rapport du GIEC. A l’occasion d’une conférence organisée par la fondation Le Français témoin des pôles, il rappelle à quel point, et pourquoi, le changement climatique en Arctique et en Antarctique nous concernent directement.

"La banquise et le permafrost réagissent très rapidement au réchauffement climatique, contrairement aux océans et aux calottes polaires qui ont une réponse très lente au changement", souligne Jean-Baptiste Sallée. En fonction de nos émissions de gaz à effet de serre, elle sera donc amenée à fondre plus ou moins rapidement. "Ce qu’on prévoit dans ce dernier rapport du Giec, c’est que, quoi qu’on fasse, on vivra un été entièrement libre de glace une fois avant 2050", annonce le chercheur. La fréquence de ces événements dépendra de l'ampleur du réchauffement.

Lire l'article
LA DERNIÈRE MINE
#Charbon - En 2023, la Norvège fermera sa dernière mine de charbon en Arctique
Dans deux ans, la Norvège fermera sa dernière mine de charbon. Une annonce venue ce jeudi de son exploitant, la société Store Norske. Celle-ci se situe au Svalbard, un archipel qui doit son essor aux activités minières. La mine 7, seule à être encore exploitée par des Norvégiens dans ce territoire, fermera en septembre 2023. Une décision qui n’a pas été prise pour la préservation de l’environnement, mais bien pour une histoire de contrats. “La raison d’être de la mine 7 est de fournir du charbon à la centrale électrique à Longyearbyen. Maintenant que l’accord de fourniture de charbon a été résilié, il n’y a plus de raison d’exploiter la mine“, a déclaré Jan Morten Ertsaas, directeur de Store Norske. Après la fin du charbon, cette centrale thermique de Longyearbyen sera alimentée par du diesel jusqu’à ce qu’une solution à base d’énergies renouvelables soit mise en place.
Lire l'article
Vous aimez ce que vous lisez ? Rejoignez-nous sur Ulule !
Je me pré-abonne
INFO EXPRESS
  • #Famine - Le président kényan Uhuru Kenyatta a déclaré le 8 septembre l'état de catastrophe naturelle en raison de la sécheresse qui a d'ores et déjà plongé au moins 2,1 millions de personnes dans la faim, selon l'Autorité nationale de gestion de la sécheresse (NDMA).  "Ce chiffre devrait atteindre 2,4 millions de personnes à partir de novembre 2021",  d'ici novembre en raison de la sécheresse dans le Nord et l'Est du Kenya, selon le Programme alimentaire mondial (PAM), qui redoute un épisode similaire à celui qui a frappé le pays en 2017.  Cette projection alarmante est près de trois fois supérieure aux chiffres de l'an dernier à la même période, où 852.000 personnes se trouvaient dans une insécurité alimentaire sévère entre octobre et novembre 2020, rappelle le PAM dans une note appelant à une mobilisation urgente de fonds.
  • #MarcheClimat - "Il fait moins chaud en enfer": des centaines de jeunes ont défilé vendredi dans le centre de Milan, derrière la militante suédoise Greta Thunberg. Ils réclament des actions rapides pour le climat à un mois de la cruciale conférence COP26 de Glasgow. Après près de deux années de pandémie et de restrictions qui les ont forcés à manifester uniquement en ligne, ils sont de retour, comme vendredi dernier à Berlin, déjà avec Greta Thunberg, égérie de ce mouvement. Elle avait fait descendre des millions de personnes dans les rues du monde entier en 2019. En tête de cortège, Greta Thunberg et la militante ougandaise Vanessa Nakate sont venues à Milan à l'occasion d'une réunion de 400 jeunes du monde entier réunis par l'ONU pour donner leur vision de la bataille climatique avant la COP26.
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
Website
Pensez à supprimer les Récap' de Natura lorsque vous en finissez la lecture. Vous pouvez retrouver l'ensemble des anciens numéros ici.
Afficher le Récap' de Natura dans votre navigateur
Copyright © 2021 Natura Sciences, Tous droits réservés.


Vous souhaitez modifier la façon dont vous recevez nos mails?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désinscrire de cette liste.