Copy

Vendredi 9 juillet 2021

Bonjour à toutes et à tous,


Si le changement climatique ne prend pas de vacances, les politiques, eux, en profitent pour accumuler les reculs. Ainsi, le gouvernement abandonne le projet de réforme de la Constitution et explique que la centrale au charbon de Cordemais continuera à être exploitée jusqu'en 2024 au lieu de 2022. Pourtant, Nicolas Hulot expliquait en 2017 que le report de 2025 à 2035 de la réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production d'électricité se justifiait par la fermeture de toutes les centrales en 2022. Il y a un loup, non?

Le Récap' de Natura lève le pied pour l'été. La quotidienne tire sa révérence jusqu'en septembre. Quand à l'hebdomadaire, elle vous est envoyée le vendredi à midi au lieu de 18h ! Cela nous permettra de revenir en pleine forme à la rentrée pour développer une toute nouvelle version du site (ça va être génial!) Vous souhaitez nous aider dans cette belle aventure? Vous pouvez nous faire un don, ponctuel ou mensuel, sur Okpal.


Bonne lecture, bon week-end et à vendredi prochain à midi !

Chaymaa, Christelle, Jérémy et Matthieu
SANS GRANDE SURPRISE
#Référendum - Les querelles politiques mettent fin au projet de Constitution écologique
Les Français ne voteront pas pour inscrire la préservation de l’environnement et de l’urgence climatique dans la Constitution. C’est ce que l’exécutif a annoncé mardi 6 juillet, faute d’accord entre les deux chambres du Parlement. Ce projet de référendum était né suite aux propositions de la Convention citoyenne pour le Climat. Lundi, le Sénat à majorité de droite, avait adopté en deuxième lecture une formulation différente de celle votée par l’Assemblée. Les parlementaires ne sont jamais parvenus à se mettre d’accord sur une formulation commune.
Lire l'article
CHALEUR EXTRÊME
#Canada - Un dôme de chaleur "quasi-impossible" sans changement climatique 

La vague de chaleur qui a frappé fin juin l’ouest des États-Unis et du Canada aurait été “presque impossible” sans le changement climatique. Voici le constat lancé par le World Weather Attribution (WWA). Ce comité estime que le changement climatique a augmenté d’au moins 150 la probabilité qu’un tel épisode météorologique de cette ampleur survienne. Avec un réchauffement de 2°C, la WWA calcule qu’un tel événement pourrait se reproduire tous les 5 à 10 ans, contre une fois tous les 1000 ans en absence de changement climatique.

Lire l'article
EN IMAGES
📣  Vous aimez ce que vous lisez ? Soutenez-nous à prix libre sur Okpal. Merci !
Je participe
LE CHIFFRE
#Sanction - Obernai prévoit 1000 euros d'amende pour tout déchet jeté sur la voie publique

Depuis le 1er juillet, la ville d’Obernai (Bas-Rhin) prévoit une amende de 1000 euros pour le dépôt de déchets sur la voie publique, mégots et déjections canines inclus. Cette commune touristique espère la sanction dissuasive afin de lutter contre ce “fléau”De trop nombreux déchets, mégots, déjections canines et autres immondices” comme des “pneus”, des “matériaux de chantier” ou des “gravats”, sont encore trop souvent illégalement abandonnés en ville ou dans la nature, déplore sur son site Internet cette ville du piémont des Vosges. Et elle regrette “souvent un sentiment d’impunité des auteurs”.

Lire l'article

INFO EXPRESS

  • #CharbonFrançais -  La France continuera à exploiter la centrale au charbon de Cordemais au moins jusqu'en 2024 au lieu de 2022. Le projet de reconversion à la biomasse de cette centrale située en Loire-Atlantique a été abandonné, ont annoncé ce jeudi le ministère français de la Transition écologique et EDF. Cette centrale, qui sera la dernière, sera utilisée "à la marge", pour répondre aux besoins de la région Ouest, "durant les pointes de consommation en hiver, pendant quelques dizaines à quelques centaines d'heures par an tout au plus", précise le ministère. La loi en 2019 avait acté la fermeture en 2022 des quatre dernières centrales à charbon du pays, combustible le plus nocif pour le climat. Deux d'entre elles ont déjà fermé et une autre doit s'éteindre l'an prochain.
  • #LoiClimat –  Plusieurs membres de la Convention citoyenne pour le climat entament aujourd'hui une tournée pour porter leurs 149 propositions originelles. Au cours des prochains mois, vingt rencontres ouvertes à tous se dérouleront partout en France dans dix-huit tiers-lieux. Ces derniers sont gérés par des associations et des collectifs citoyens engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Plus précisément, l'objectif des organisateurs est de mettre en avant les initiatives locales pour préparer l'avenir des territoires. La première journée débute ce vendredi 9 juillet à Autrêches (Oise) en présence du secrétaire d’État chargé de la ruralité Joël Giraud. Cette tournée est une réponse à un projet de loi Climat bien en-deçà des ambitions initiales portées par la Convention citoyenne.
  • #DieselGate - Le constructeur allemand Volkswagen a été condamné en Italie à verser 200 millions d'euros de dommages et intérêts à plus de 63.000 propriétaires de véhicules modifiés pour dissimuler des émissions polluantes, a indiqué ce mercredi une association de consommateurs. L'association Altroconsumo a salué une victoire "historique" dans un communiqué. En vertu du jugement du tribunal de Venise, Volkswagen devra verser "3.300 euros (plus les intérêts) à chacun des plus de 63.000 consommateurs qui se sont associés à notre recours collectif", précise Altroconsumo. Le dieselgate, qui a donné lieu à des actions en justice dans de nombreux pays, a déjà coûté 30 milliards d'euros à Volkswagen, en grande partie aux Etats-Unis où le groupe allemand a plaidé coupable de fraude en 2017. La Commission européenne a pour sa part infligé jeudi une amende de 502 millions d'euros à Volkswagen et de 373 millions à son compatriote BMW.
  • #Lubrizol - L'incendie hors norme de l'usine Seveso Lubrizol en 2019 à Rouen a eu un "effet négatif" sur la "santé psychologique" de la population exposée, selon une étude de Santé publique France (SPF) publiée lundi. "Il y a une altération de la santé mentale un an après" l'incendie, a souligné Franck Golliot, directeur adjoint de SPF lors d'une réunion sur l'incendie en préfecture. SPF a enquêté sur 5.300 personnes représentatives de 340.000 habitants de 133 communes impactées. Selon cette étude, 62% des habitants ont ressenti au moins un symptôme ou problème de santé qu'ils ont attribué à l'incendie. Près de 38% des adultes ont perçu des picotements des narines, de la gorge, de la langue, un écoulement ou une obstruction nasale; 37% des maux de tête des malaises ou des vertiges, 15% une toux ou un encombrement bronchitique ou une difficulté à respirer ou une crise d'asthme.17% des adultes qui ont ressenti au moins un trouble de santé ont eu recours au système de soin.
Natura Sciences vit des soutiens de ses lecteurs. Vous pouvez souscrire à un abonnement à prix libre, déductible des impôts à 66%, tous les mois, ou en une fois, à partir d'un euro, sur Okpal.
Je m'abonne
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
Website
Pensez à supprimer les Récap' de Natura lorsque vous en finissez la lecture. Vous pouvez retrouver l'ensemble des anciens numéros ici.
Afficher le Récap' de Natura dans votre navigateur
Copyright © 2021 Natura Sciences, Tous droits réservés.


Vous souhaitez modifier la façon dont vous recevez nos mails?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désinscrire de cette liste.