Copy
View this email in your browser
Hello <<First Name>>

As-tu passé une belle semaine ?
La mienne a été ponctuée de belles petites galères administratives, qui ont fait de ma semaine un marathon, et j’en finis É-PUI-SÉE.
Pour autant, j’assure ce rendez-vous bi-mensuel grâce à ma toute nouvelle organisation, qui date d’il y a 3 semaines à présent (et aux 9h30 de sommeil cette nuit qui m’ont remise d’aplomb). Chaque matin, je consacre 1h30 à l’écriture, mon podcast et ma petite entreprise - et aussi aux messages et mails qui traînent sans réponse (pardonne-moi, je ne suis pas la plus réactive). Sans faute.


Au programme de cette newsletter, je te propose : 
  • Mes quelques réflexions pour le podcast - partie 2/2
  • 6 enseignements du 5e (oui oui) épisode de podcast
  • 3 ressources qui m’ont permis d’évoluer et m’ont inspirée ces derniers temps
1. Mes quelques réflexions sur le podcast - partie 2/2

Je t'en parlais lors de la précédente édition : élargir ou non le thème du podcast. 
Et si je parlais de l’écriture au sens large ? Et si j’interviewais des personnes sur tous les domaines de l’écriture que j’ai cités ? Y compris autour de l’écriture d’un livre.

Je t’avais d’ailleurs aimablement demandé de voter :
  • Rester sur ma ligne éditoriale initiale : UX writing & copywriting
  • Ou parler de l’écriture au sens large : écriture web (sites, applications, réseaux sociaux, e-mails, etc.), mais pas que (livres, scénarios, print, thérapies, etc.) ?
Les réponses mitigées et mes nouvelles réflexions (oui, il se passe trop de choses là-haut) m’ont amenée à couper la poire en deux.
  • Parler de l’écriture web, plus largement que l’UX writing et le copywriting. En plus de ces deux domaines, j’aborderai ainsi d’autres sujets comme les réseaux sociaux, la rédaction d’articles ou d’e-mails.
  • Je m’autoriserai un petit kif de temps à autre, probablement en fin de saison, en partant à la rencontre d’un auteur, d’une littérothérapeute ou d’un·e scénariste par exemple.
J’espère que tu seras toujours au rendez-vous. 
D’ailleurs, as-tu des idées de sujets ou d’intervenant·es ? N’hésite pas à m’en proposer par retour d’e-mail (promis, je te réponds… euh sous une semaine - Croix de bois, croix de fer, si je mens, j'vais en enfer).

En attendant, rendez-vous le 29 septembre pour le premier épisode de la saison 2 du podcast Le Brief 😊

 
2. Épisode 5 - Trouvez votre pourquoi | Thomas Burbidge

Rendez-vous (de nouveau) avec Thomas Burbidge, qui accompagne les indépendants à faire grandir leur activité. Peut-être le connais-tu au travers de son podcast Young, Wild & Freelance ou de la communauté d’indépendants Inside Freelancing, qu’il a créée.

Thomas a été mon tout premier invité sur le podcast Le Brief.

La semaine dernière, je me suis replongée dans nos échanges (qui dataient de juin 2020), pour en faire la transcription écrite.
Le sujet ? T’inviter à te questionner sur ton « Pourquoi », et le sens de ta vie professionnelle (/personnelle). C’est-à-dire la raison profonde qui te pousse à te lever le matin, à faire ce que tu fais.

J’ai profité de cette retranscription pour plonger également dans mon « Pourquoi », pas encore tout à fait assumé.
Je suis de celles et ceux qui ont besoin d'une mission de vie (qui peut évoluer, qui évoluera) pour avancer. Mais, comme le dit Thomas : on n'a pas 4 heures pour trouver la réponse, on a toute la vie.

Avant cet épisode, j'avais du mal à cerner cette notion de « Pourquoi » (même si Simon Sinek, m'y a éduquée au travers de son livre Start With Why).
Ça peut paraître abstrait. Ça peut faire peur, aussi, d'explorer au plus profond de soi. Parce que c’est une mise à nu. On ne peut pas se mentir à soi-même.

En relisant nos échanges, j'ai encore appris énormément de choses. Parce que je suis de celles et ceux qui retiennent bien mieux par écrit. Oui, allez savoir pourquoi j'ai créé un podcast 🤭

Si tu n’as pas encore écouté cet épisode et/ou si tu préfères lire, sa retranscription te tend les bras !

9 enseignements tirés de l'épisode de podcast

1. Ça veut dire quoi « trouver son Pourquoi » ? 
Quel est le truc le plus profond possible qui fait que, quand tu te connectes à ça, tu es émotionnellement tellement engagé·e que tu dépasses toutes les difficultés qui sont face à toi ?
Une fois que tu l’as trouvé, demande-toi : « comment je fais en sorte que ma vie, mon activité professionnelle, mon quotidien nourrissent encore plus cette chose ? ».

Le vrai combat de notre vie, c’est nous face à nous-même. Et nous face aux excuses qui viennent naturellement dans notre tête. Le « Pourquoi » est une arme pour lutter contre nos excuses et pour réaliser les choses qu’on a vraiment envie de réaliser.


2. Trois exercices pour trouver son « Pourquoi ».
  • Les 5 niveaux de « Pourquoi » : explore sur 5 niveaux. Le premier, demande-toi : « pourquoi je fais cette activité professionnelle ? » (tu peux te poser la même question pour tes activités personnelles). Tu as une première réponse, ok. Pourquoi cette réponse ? Et ainsi de suite. Prends le temps de réfléchir. Mets-toi à nu (pas littéralement… enfin fais comme tu veux). Questionne-toi vraiment, en étant honnête avec toi-même, en toute authenticité et vulnérabilité : « qu’est-ce qui est vraiment important pour moi ? Et pourquoi ça, ce que je réponds, c’est si important pour moi ? ». S’il y a de l’émotion et que c’est difficile, c’est un bon indicateur...
 
  • Observe-toi sur le long terme, chaque jour. Qu’est-ce qui te rend émotionnel·le ? Où est-ce que tu sens que tu as un élan naturel ? Est-ce qu’il y a des causes qui t’attirent plus que d’autres ? Est-ce qu’il y a des combats que tu veux mener ? Est-ce qu’il y a des sujets sur lesquels tu pourrais lire et écrire toute la nuit et ne pas dormir parce que ça te donne de l’énergie ? Note les réponses à ces questions.
 
  • Retrace ton histoire de vie. Note tes souvenirs importants : les jeux que tu aimais faire quand tu étais plus jeune, les grandes étapes qui, selon toi, ont marqué ta vie, les souvenirs les plus forts et les plus marquants. Écris-les sur une feuille et cherche ensuite les points communs.

3. Ton « Pourquoi » va évoluer, il n’est pas figé dans le marbre.
Il n’y a pas vraiment de destination finale.
Ton « Pourquoi » va inévitablement évoluer. L’erreur, c’est de dire « ça y est, je l’ai trouvé, je vais l’afficher dans mon bureau et je vais le regarder tous les jours ».
Ça peut être frustrant. Ou tu peux te dire « wow, génial, il n’y a jamais de ligne d’arrivée, je vais toujours grandir, toujours me poser des questions, toujours découvrir de nouvelles choses sur moi toute la vie ».
On n’a pas 4 heures pour trouver la réponse, on a toute la vie.

4. La page blanche n’existe pas...
… quand tu es vraiment aligné·e avec ce que tu fais, quand tu te sens au bon endroit, que tu contribues à ce pourquoi tu as envie de contribuer, quand tu fais ce que tu as vraiment envie de faire.
Les choses viennent plus naturellement.

5. On peut créer du contenu facilement grâce à la pyramide de contenus.
Construis un gros morceau de contenu, comme un article de blog, un épisode de podcast ou une vidéo assez longue. Puis, exploite ce pilier de contenu en le découpant en plusieurs petits contenus. Que tu peux alors publier sur tes réseaux sociaux, et en plusieurs formats (écrit, audio, vidéo, visuel), espacés de plusieurs jours, semaines, mois.

C’est d’ailleurs ce que je fais ici : j’exploite l’épisode de podcast, pour en tirer plusieurs enseignements. Et aussi pour partager des citations ou des conseils sur LinkedIn ou Twitter. Je ne crée rien de nouveau.

Tu pourrais te dire « ah bah super sympa ! Elle ne se foule pas », mais il faut garder en tête la notion de pédagogie : il faut répéter plusieurs fois une chose, et si possible de manières différentes, pour qu’elle soit entendue et comprise.

6. Documente ta vie, ton évolution pour créer du contenu.
Souvent, avec la création de contenus, on se dit qu’il faut toujours avoir de nouvelles idées, qu’il faut toujours créer. Pour éviter cette prise de tête, documente tout ce qu’il se passe. Et transforme-le en contenu.
Pose-toi souvent ce genre de questions : 
  • Qu’est-ce qui m’arrive dans mon quotidien ? 
  • Comment je peux transformer ça en un truc intéressant pour que les gens apprennent quelque chose ?
Tires-en des leçons, que tu partages aux autres. 
Et double bénéfice : tu seras conscient·e de tes apprentissages, de ton évolution.

7. Fais passer tes propres envies en priorité
Faire preuve d’un brin d’égoïsme est tout à fait sain. 
Même face aux personnes qui t’aiment le plus, ce qui compte, c’est : ta propre décision de vie, ce que tu as envie de vivre, ce qui est le plus important pour toi. 
Fais passer tes propres envies, le mode de vie qui te convient et ce qui est le plus important pour toi par-dessus le regard des autres. Parce que tout le monde va calquer sur toi leur vision d’une vie bien vécue, mais ce n’est pas forcément la tienne.
Qu’est-ce qui compte le plus pour toi ? Comment as-tu envie de mettre ton travail au service de ça ? Qu’as-tu envie de construire ?

8. Toute ambition personnelle est acceptable.
Tu n’es pas obligé·e d’avoir une ambition folle.
Ou tu peux avoir une grande ambition. Dans ce cas, sois patient·e, ça se joue sur le long terme.
Ton ambition, il n’y a que toi pour la négocier. 

9. Le travail, c’est une transformation, et non quelque chose qu’on fait par obligation ou une souffrance.
Il y a deux manières de regarder l’étymologie du mot travail. 
La première vient du latin trepalium, qui veut dire instrument de torture. La croyance et la perception commune des gens, c’est que travail égale souffrance – quelque chose qu’on n’a pas envie de faire ou qu’on nous oblige à faire parce qu’on doit gagner de l’argent.
On peut aussi voir le préfixe tra-, qui veut dire « transformation ». Travailler, c’est une transformation de matières. On peut le voir comme une transformation personnelle, par nos apprentissages, et comme un levier d’épanouissement.
3. Quelques ressources qui m’ont permis d’évoluer et m’ont inspirée ces derniers temps Sur le podcast Design MasterClass, Gladys Diandoki a échangé avec Céline, Egon et Vincent, en situation de handicap, pour comprendre, concrètement, l’impact du design d’interface et les difficultés qu’ils et elle rencontrent dans leur quotidien. 
On y écoute aussi Anne-Sophie Tranchet, Marie Guillaumet et Antoine Garcia Suarez, qui ont fait de l’accessibilité une priorité dans leurs projets. 
Un épisode de podcast riche d’enseignements (avec des retours d’expériences concrets) et de conseils autour des erreurs à éviter quand on crée une interface web ou mobile. 
J’ai découvert il y a peu la newsletter Bend It Like Socrate (aka BILS), écrite par Marie Gaymard. Je dois dire que les 3 premières éditions que j’ai lues m’ont donné envie de continuer et de m’abonner. Parmi elles, une édition qui parle de… Laurent Voulzy. 
Je ne suis pas une très grande fan de Laurent Voulzy, mais Marie a presque su me réconcilier avec cet artiste, grâce à ces 7 conseils pour rythmer nos textes.

« Quand vous intégrez enfin une dimension rythmique à votre écriture, c’est que vous avez transcendé le seul sens de vos mots. Vous leur avez ajouté une composante fluide et vivante. Ce ne sont plus seulement des lettres, des idées, des effets de style. Ce sont des battements. Une fois qu’on saisit cette dimension, on commence à la voir partout et sa propre écriture, à force de travail, gagne alors terriblement en impact. »
Oui, on nous a déjà assez rabâché l’importance de créer un blog pour son entreprise, mais je dois dire qu’une piqûre de rappel ne fait pas de mal. Surtout quand cette piqûre est bien dosée en arguments, conseils et inspirations !


Bonne lecture / écoute / visionnage !

Belle journée,
Apolline
Tu as pensé quoi de cette newsletter ? 
Ton avis me serait très utile pour améliorer les prochaines !
 
Donne ton avis
Tu penses qu'un·e de tes collègues ou un·e de tes ami·es serait intéressé·e par cette newsletter ? Transfères-lui ce mail, il ou elle peut s'inscrire par ici https://apollinerouze.fr/inscription-emails-prives/ 😉

Pour être sûr·e de recevoir mes mails, ajoute bonjour@apollinerouze.fr à tes contacts. Cela évitera que certains arrivent dans les indésirables...
 
LinkedIn
Twitter
Website
Copyright © 2021 Apolline Rouzé, Tous droits réservés.