Copy
Plug|Think #3 | une lettre hebdo qui fait réfléchir...
Visionner dans votre navigateur
ET SI FACEBOOK METTAIT LA MAIN SUR LE "WEB" ?

Facebook ambitionne de mettre la main sur le Net, ce n'est un secret pour personne. Mais cet été, entre quête de neutralité et explosion de satellites, les choses se sont un peu compliquées pour le réseau social américain... Pas au point de le mettre en péril, bien entendu... mais suffisamment pour que plusieurs questions soient une nouvelle fois levées. 


On commence très symboliquement, par un anniversaire. Le fil d'actualité Facebook proposait le 23 août de célébrer "25 ans de connexion" [1]. En fait, les 25 bougies soufflées étaient celles du World Wide Web, l'une des interfaces les plus populaires d'Internet. Celle que nous utilisons quotidiennement sur tablette ou ordinateur pour effectuer des recherches sur Google ou vérifier l'activité de nos amis sur Facebook...
Le Web, et son principe d'hypertexte - les liens sur lesquels vous cliquez pour consulter une nouvelle page - ont en effet été ouverts au grand public par Tim Berners-Lee et l'équipe du CERN en août 1991 [2]. Mais les bases du réseau mondial étaient en place depuis les années 1960, les emails circulaient depuis 1971, les forums Usenet étaient actifs depuis les années 80... Et l'idée même du Web date en fait de 1989... Facebook fait figure d'enfant dans cette généalogie, son fil d'actualité n'a fêté ses 10 ans que début septembre [3].

Querelles de Geeks ? Pas vraiment... Le symbole est fort : En célébrant ces "25 ans", Facebook entend bien montrer qu'il est dans la continuité de l'épopée digitale. Et en choisissant le thème de la "Connexion", c'est un vieux cheval de bataille de Mark Zuckerberg qui resurgit...

Facebook travaille en effet depuis de nombreuses années à un projet de réseau satellitaire destiné à améliorer l'accès à Internet du continent africain. Il se bat, sur ce terrain, contre son grand rival Google qui ambitionne lui aussi de devenir l'épine dorsal de l'accès internet en Afrique [4].
Symboliquement, en rendant visite au Pape François au mois d'août, Mark Zuckerberg a emmené dans ses bagages un de ces satellites [5]. Malheureusement, le déploiement de ce réseau risque de prendre du retard : le premier satellite, dont le lancement été prévu en 2016, a été détruit dans l'explosion d'une fusée SpaceX d'Elon Musk à Cape Canaveral [6] le 1er septembre...

Mais les soucis de Facebook ne sont pas que... spatiaux. Si Mark Zuckerberg tient tant à déployer son propre réseau, c'est surtout qu'il envisage de faire de Facebook LE point d'entrée d'Internet pour la majeure partie de la population africaine. Une ambition qui soulève beaucoup de questions, notamment quant à la neutralité de ce réseau.
Facebook s'est déjà fait épinglé sur ce sujet par le biais de ses Trending Topics, la liste des sujets populaires ou importants du moment. D'abord confiée à des journalistes, cette liste a été automatisée - comprendre confiée à une intelligence artificielle - au cours de l'été. Jusqu'au dérapage... L'intelligence artificielle, se basant sur les fréquences de partage des sujets, aurait mis en avant des scènes de masturbation avec un hamburger [7]. Malheureux accident qui oblige Facebook à revenir à une gestion semi-manuelle de ses sujets populaires [8] - le temps d'éduquer l'intelligence artificielle explique Mark Zuckerberg... 
Historiquement, Facebook s'est régulièrement fait pointer du doigt pour sa censure des contenus photos. Les femmes allaitantes sont en général bannies du réseau, et plus récemment un rédacteur en chef norvégien s'est offusqué de la censure de Facebook sur un célèbre cliché de la guerre du Vietnam [9].

Si Facebook se défend d'émettre des choix éditoriaux, la question de la "neutralité" du réseau reste importante. La vraie question soulevée par le journaliste norvégien est légitime : Facebook a-t-il à décider ce qui doit être visible ou non pour les Internautes ? Et si Facebook devient une passerelle technique obligatoire pour l'accès Internet de l'Afrique, pourra-t-il réellement se permettre de "choisir" les contenus accessibles à un continent entier ? 
On comprend qu'une "connexion" assurée prioritairement via Facebook inquiète jusqu'à Tim Berner Lee [10]. Non, vraiment, ce n'est pas une querelle de geeks...
CA VOUS FAIT REFLECHIR ? PARTAGEZ !
FACEBOOK
TWITTER
LINKEDIN
EMAIL
ON CONTINUE LA DISCUSSION ?
PLUG|THINK sur Twitter
 
Envie de partager votre point de vue ? 
Lancez le débat sur Twitter (tag #PlugThink03),
ou commentez l'article sur Facebook !
SOURCES ET REFERENCES POUR ALLER PLUS LOIN : 
[1] DataNews : Et non Facebook, le web ne fête pas aujourd'hui ses 25 ans!
[2] World Wide Web Foundation : History of the Web
[3] BFM TV : Le fil d'actu a 10 ans : comment il a rendu Facebook incontournable
[4] Mays-Mouissi : Comment évolue l'accès à internet en Afrique ? 
[5] Courrier International : Le pape et Mark Zuckerberg : drôle de rencontre
[6] Engadget : SpaceX Falcon 9 rocket explodes on launch pad in Cape Canaveral
[7] Rue89 : Sans aide humaine, l’algo « Trending Topics » de Facebook part en vrille
[8] Numerama : Facebook piégé par l’illusion de neutralité qu’il veut donner
[9] Courrier International : Norvège. “Cher Mark Zuckerberg, je vous accuse d’abus de pouvoir”
[10] The Guardian : Why Tim Berners-Lee is no friend of Facebook
Copyright © 2016 Plug|Think, All rights reserved.



  se désinscrire
  mettre à jour ses préférences 
Email Marketing Powered by Mailchimp